AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 Rencontre impromptue avec mes crocs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Mina M. Harker
La Résistance

avatar

× Dollars : 163
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 273

MessageSujet: Rencontre impromptue avec mes crocs   Jeu 3 Mar - 15:02


 ❝Rencontre impromptue avec mes crocs❞
feat. Emrys


J’avais vu quelques endroits, parlé avec certaines personnes, mais me mêler dans un endroit où le sang était à profusion et où les morsures, les morts où des vols ne se serait visibles pour personnes. Direction l’hôpital pour s’amuser un petit peu. Il n’y a pas mieux que cet endroit pour se refaire une bonne dose de fontaine de jouvence. Le plus dur était de savoir ce que je prendrais, une poche de sang ? Un enfant ? Une vieille femme ? Un médecin ? Un gars de maintenance ? C’était très difficile. Je déambulais dans les couloirs, personne ne me prêtait de réelle attention. Etait-ce la blouse blanche que j’avais prise et mise sur mon dos qui me donnait cet air de passe partout ? Talon aiguille et juste la blouse pour seul vêtements, je me fondais dans la masse humaine qui tentait de sauver des vies. Soyons d’accord, sauver des vies, ça n’est pas ce que je veux, c’est indéniable. J’étais, ici, leur pire cauchemar en plein combat de force avec la mort qui me faisait concurrence.  C’est dur de se battre contre un ennemi que l’on ne peut toucher et que l’on a battu, 3 siècles avant. J’étais une hérésie, une abomination de la nature, une chose impossible en somme. J’étais loin d’être « fascinante », comme l’avait dit Rylyyn. Comment peut-on trouver les vampires fascinants ? Nous sommes ici pour tuer, point barre. Bon, soit, certains aiment, vivent comme des humains. D’une certaine manière, oui, je vivais comme un humain étant donné que j’avais une activité professionnelle, mais je refusais d’être comparé à ces insectes.
Comme je disais, je déambulais dans les couloirs à la recherche de ma divine proie. J’en trouvais une, une jolie infirmière, très charmante, très blonde, très humaine et très influençable.
- Ma belle, tu vas te laisser faire, tu ne vas pas crier et quand ça sera fait, tu partiras te soigner faire comme si de rien n’était.
Je la mordais avec avidité, la laissant tout de même en vie. Il était clair que même si j’aimais tuer, je voulais surtout mordre, boire, mordre, boire. Vous avez saisi ? Je ne savais pas ce que je voulais, j’étais totalement indécise. C’est dur dans ces cas-là de trouver quelqu’un. Je ne voulais pas qu’une simple victime, j’en voulais plusieurs, j’en voulais plein, et j’en voulais de bonne qualité. Je voulais me régaler les yeux et les sens. J’étais dans l’optique de m’amuser, de trier sur le volet qui tomberait sous mes crocs, je voulais autre chose.


@Eques sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Rencontre impromptue avec mes crocs   Mer 9 Mar - 20:48


 ❝Rencontre impromptue avec mes crocs❞
feat. Mina


Une semaine que j'étais à Mystic Falls et je n'avais toujours pas réussi à me procurer ma drogue, j'avais beau chercher, écouter certaines conversations, rien ne filtrait, j'étais comme face à un mur de silence, ne pouvant que regarder impuissant mes réserves diminuer chaque jour un peu plus, hanté par l'idée du moment où  il ne resterait rien et que où devrais affronter à la fois le manque et la réalité.
Je n'en dormais plus la nuit, un peu plus anxieux chaque jour, je vivais depuis si longtemps dans une réalité altérée que je n'avais plus la moindre idée de comment vivre autrement, comment être normal, je m'étais habitué aux hallucinations, aux voix, aux morts qui m'utilisaient pour passer dans l'au-delà et aussi étrange que ça puisse paraître je ne voulais pas arrêter, j'aimais me réveiller dans des endroits que je ne connaissais pas, ne pas tout comprendre, je me sentais bien comme ça, dans un rêve permanent, entre les mondes et les réalités.

Alors j'avais pris une décision, si la drogue ne venait pas à moi, alors je viendrais à elle, et le seul endroit contenant suffisamment d'hallucinogènes ou de psychostimulants aux environs, restait l'hôpital, j'allais m'y introduire, comme ma mère y travaillait on ne me poserait pas de questions, puis je prendrais ce dont j'avais besoin et je repartirai, rien de plus simple. Sur le papier en tout cas.

C'était comme ça que j'étais arrivé là, au coin d'un couloir, capuche rabattue sur le visage, attendant patiemment que la jeune infirmière termine sa tournée mes chambres pour m'y introduire et voler le traitement des patients.
Pourtant alors qu'elle sortait de la dernière chambre, prête à repartir, rien ne se passa comme prévu, une femme sortit de l'ombre, une grande brune à l'aura mystérieuse, de là où j'étais je n'entendis pas ce qu'elle dit à l'infirmière mais le fait est que la jeune blonde ne poussa pas un seul cri alors que la créature était en train de boire son sang, comme hypnotisée.
J'aurais pu croire à une hallucination mais je savais faire la différence, je savais quand les choses étaient réelles et cette créature l'était indéniablement. Pourtant au lieu de hurler ou de m'enfuir, je la regardais faire calmement, fasciné mais ni effrayé ou dégoûté, après tout j'entendais des morts toute la journée, pourquoi les vampires n'existeraient pas ? Pas de quoi en faire tout un plat.

En revanche son intervention m'offrait le champ libre pour aller chercher mes médicaments dans les chambres sans me faire remarquer. Sortant de l'ombre à mon tour, je passais devant la vampire, enjambant l'infirmière blonde.

« Faites comme si j'étais pas là »

Est-ce que je m'imaginais un seul instant qu'elle pouvait m'attaquer si elle le souhaitait ? Absolument pas, j'étais bien trop occupé à fouiller les tiroirs des chambres, trop obnubilé par une seule idée : Avoir ma prochaine dose.


@Eques sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Mina M. Harker
La Résistance

avatar

× Dollars : 163
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 273

MessageSujet: Re: Rencontre impromptue avec mes crocs   Mer 16 Mar - 13:47


 ❝Rencontre impromptue avec mes crocs❞
feat. Emrys


Douce enfant si bonne en gout, mais tellement peu résistante. Etait-ce dû à sa capacité douce et gentille, attentionnée et à son travail que son gout était presque délicieux ? Une fois finis, cette demoiselle tomba à mes pieds. Elle n’était pas morte, juste inconsciente. Aurais-je trop bu ? Je n’eu pas le temps pensée qu’une voix masculine attira mon attention. En général, c’était des cris, des « que faites- vous ? » parfois aussi des « Je vais vous tuer vermine », mais je ne m’attendais pas à ce qu’un humain me fasse comprendre de faire ce que je voulais, de continuer, de l’ignorer. J’étais interloquée. Je tournais la tête vers lui en la penchant doucement. Un filet de sang coulé sur mon menton et sur le coup, je ne savais pas quoi dire. Que dire à quelqu’un qui se fiche de votre nature ? Qui se moque que vous veniez que presque tuée quelqu’un, sous ses yeux d’ailleurs. Je me retournais et avançait vers lui, j’étais intriguée. Il ne s’occupait vraiment pas de moi, ni de mon méfait. J’étais inexistante. Avec mon corps, ma fierté, ma condition, être inexistante était totalement nouveau et je n’aimais pas ça. Je suis Wilhelmina Murray Harker, je suis vampire, j’ai 300 ans et je refuse que l’on passe à côté de moi sans aucun regard, sans me regarder, me reluquer, sans voir que je suis divinement parfaite et que l’on ait même pas peur de moi. Je serrais un poing serrais les dents. C’était inoui. Cet humain n’avait aucune idée de ce qu’il venait de provoquer. Il semblait chercher avec insistance quelque chose, ça n’était pas compliqué à savoir quoi. Il aurait été vampire, on aurait partagé un repas, mais c’était un humain et j’avais assez d’expérience pour savoir ce qu’il cherchait.
Sur une table, comme signe du destin je vis une petite fiole de morphine. Un sourire pervers vint se poser sur mes lèvres. De la morphine… C’est tellement rapide et dangereux sur eux, sur ces petites choses éphémères.
Je le pris dans ma main et l’agita à l’attention de cet insecte.
- C’est ça que tu cherches ?
Je m’approchais de lui et le tirait avec une certaine violence vers moi, pour me retrouver presque collait à lui. Mon regard se fit mauvais, sombre, synonyme de mauvais présage.
- Dis-moi que tu as peur…Fais-moi ce plaisir.
Je ne cherchais pas à l’hypnotisé, je cherchais à lui flanquer la frousse de sa vie. Il se trouvait en présence du plus dangereux prédateur au monde et son ignorance avait attisé ma rage. D’une main je pouvais en faire des miettes. Je ne sais pas encore ce que je vais lui faire, mais il est sur d’une chose, il va regretter son attitude.


@Eques sur Never-Utopia

________________________________


   
Leave Out All The Rest
I dreamed I was missing, you were so scared, But no one would listen, 'cause no one else cared, After my dreaming, I woke with this fear, What am I leaving when I'm done here?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Rencontre impromptue avec mes crocs   Lun 21 Mar - 0:03


 ❝Rencontre impromptue avec mes crocs❞
feat. Mina


Sans adresser un regard de plus à la créature qui vidait de son sang une infirmière juste derrière moi, je me jetais presque sur les tiroirs, me mettant à rechercher frénétiquement n'importe quel substance vaguement hallucinogène ou psychostimulante, n'importe quelle substance qui pourrait soulager le manque que je sentais arriver heure après heure et que je craignais plus que tout au monde. Mais malgré tout mes efforts, je ne trouvais rien, quelques aspirines, du désinfectant, des bandages, rien de suffisant pour faire office de drogue de substitution le temps que je trouve enfin un dealer digne de ce nom dans le trou paumé que semblait être Mystic Falls, jusqu'à ce que j'entende une voix s'élever derrière moi.

C’est ça que tu cherches ? 

Je me retournai brusquement, la créature avait visiblement terminé de se nourrir et se tenait debout, à quelques mètres de moi, du sang dégoulinant sur le menton, un petit flacon brillant entre ses doigts.  Je plissais les yeux pour voir ce que tenait la vampire entre ses mains.
De la morphine. Je n'en avais jamais utilisé et j'étais globalement plutôt opposé aux injections mais au point où j'en étais actuellement, j'en vins rapidement à la conclusion que ce serait suffisant et que ce n'était pas le moment de faire la fine bouche, je prenais ce que je trouvais, voilà tout, toutefois, je n'eus pas le temps d'esquisser le moindre geste pour récupérer la précieuse fiole, ni même de confirmer sa phrase.
La vampire me tira vers elle brutalement, me jetant un regard noir, glacial, le genre de regard qui aurait fait hurler de peur n'importe quelle personne un minimum saine d'esprit, le regard de la mort en personne.

Pourtant même face à ses menaces, je ne réagissais pas, j'avais beau savoir que je devrais avoir peur, que la réaction à avoir était de fondre en larme, de supplier, je restais de marbre, incapable de ressentir quoique ce soit, soutenant simplement son regard d'un air curieux.
Cela faisait déjà quelques mois que j'avais remarqué mon manque de réactions et d'émotions, je ne savais pas si je devais blâmer les psychotropes pour ça mais plus le temps passait moins j'étais capable de ressentir quoique ce soit, je savais techniquement les réactions à avoir mais c'était comme si mon corps et mon esprit n’interagissaient plus dans une totale communion, comme s'ils étaient constamment en totale opposition, là où mon esprit me disait de hurler et de dire que j'avais peur conformément à ses ordres, mon corps l'ignorait purement et simplement, ma bouche lui faisant même le suprême affront de se fendre en un sourire amusé et provocateur.

« Ça dépend Vampirella, si je te dis que j'ai peur, je peux récupérer ma dose et rentrer chez moi ou il en faudra encore plus pour satisfaire ton petit ego personnel ? »

C'était officiel, j'étais devenu complètement taré, et suicidaire de surcroît.

@Eques sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Mina M. Harker
La Résistance

avatar

× Dollars : 163
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 273

MessageSujet: Re: Rencontre impromptue avec mes crocs   Lun 21 Mar - 17:17


 ❝Rencontre impromptue avec mes crocs❞
feat. Emrys


Entre mes bras, c’était un poids mort. D’ailleurs, il allait l’être sans tarder. Néanmoins, alors que je tentais de lui faire peur, il était impassible. C’était usant et frustrant. Ça me rappelait les vampires qui éteignent leurs émotions pour avoir une vie plus simple. C’était un choix que moi-même je n’avais pas fait, parce que…D’une certaine manière, la facilité n’est pas pour moi.
Je m’étais un bras dans son dos pour le garder contre moi. Je n’aimais pas la manière dont il avait de me regarder, de ne pas avoir peur, d’être là, stagnant contre mon corps. Stagner, mais se sourire… Sa voix…Ses paroles… Je penchais la tête sur le côté en émettant un petit grognement. Dans son dos je serais les poings.
- Tu vas le regretter, morveux.
S’il n’avait pas l’habitude de voir des vampires, j’espérais que les traces noires, que mes yeux noirs, que mon aura allé le terrifier. C’était presque un défi à l’instant. Néanmoins, je ne voulais pas perdre la face, je ne voulais pas lui laisser le bénéfice du doute. Ca n’était qu’une raclure de drogué. Je lui laissais le loisir de me regarder, d’ancrer mon visage de vampire dans ses yeux et je plantais mes crocs dans sa peau. Son sang afflua dans ma gorge avec une telle intensité. Je le serrais un peu plus contre moi, aspirant avec avidité ce délicieux liquide rouge qui faisait de moi un être bien supérieur à ce junkie dans mes bras. Je ne sais pas combien de temps exactement je profitais de lui, c’était comme si le temps s’arrêtait lorsque je prenais la vie d’un autre.
Pourtant, je ne le tuais pas, non. Cet homme, cet enfant, cette vermine m’avait certes énervé, mais je décidais de lui laisser la vie pour la simple et bonne raison que sa vie était un océan de vide et que je voulais être au première loge lorsqu’il périrait d’une overdose. Je pourrais m’amuser avec lui.
- Tu me dis que tu as peur maintenant ? Quoi que… serais-tu incapable de parler ?
J’écartais les bras pour le laisser tomber comme un poids mort. Je me mis à son niveau, m’accroupissant en riant.
- Tu vois, quand je te vois comme ça, mon égo va très bien !
J’avais toujours cette fiole de morphine dans la main, je la regardais, elle et lui. C’était pathétique la manière dont il avait de se rendre malade pour cette drogue, mais n’étais-je pas hypocrite de le juger ainsi ? Moi, le prédateur qui ne voit qu’en lui ma drogue, ma survie ? Je serrais la main sur la fiole pour l’éclatais devant ce petit humain devant moi.
- Tu ne vas pas mourir. Je t’ai laissé assez de sang pour vivre. Enfin…Vivre…Soit. Tu vas être étourdi pendant un moment, tu ne vas pas tenir sur tes jambes, tu vas. Oh et puis je me moque de ce que tu vas être. Je vais juste te voir être une larve.



@Eques sur Never-Utopia

________________________________


   
Leave Out All The Rest
I dreamed I was missing, you were so scared, But no one would listen, 'cause no one else cared, After my dreaming, I woke with this fear, What am I leaving when I'm done here?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Rencontre impromptue avec mes crocs   Sam 26 Mar - 4:24


 ❝Rencontre impromptue avec mes crocs❞
feat. Mina


Tenir tête à une vampire, la regarder droit dans les yeux pour lui dire que je n'avais pas peur d'elle, pousser le vice jusqu'à fendre mes lèvres d'un sourire moqueur...Si on m'avait dit il y a quelques années que je serais un jour résigné à un tel niveau d'indifférence je ne l'aurais jamais cru, l'adolescent timide, bien élevé, discret, ne souhaitant que se faire oublier n'aurait jamais cru une chose pareille, tout comme il n'aurait admis l'existence du surnaturel d'ailleurs, mais la drogue s'en était chargé à sa place, le condamnant à entendre sans cesse les voix des morts et à devenir une personne radicalement différente de ce qu'il était, un jeune homme complètement en dehors de la réalité, incapable de la moindre logique et que rien ne semblait pouvoir atteindre, un jeune homme beaucoup trop connecté au monde des morts pour avoir encore l'air pleinement d'être un vivant...Un enfant, tellement hors de tout, hors de la réalité et hors du monde que je ne reculais même pas en sentant ses crocs s'enfoncer dans mon cou, pas un tressaillement ni le moindre mouvement, comme si mon corps lui-même était dépourvu de ses réflexes, et plus elle aspirait le sang, plus je sentais la vie me quitter, tout en restant stoïque, impassible, d'un calme extraordinaire, cela faisait bien longtemps que je ne faisais plus partie intégrante de ce monde et que je n'avais plus peur de mourir. Les humains étaient effrayé à l'idée de ne pas savoir ce qu'il y avait ensuite, à l'idée de ne plus exister soudainement du jour au lendemain, à la pensée que peut-être leur vie n'avait aucun sens, aucun intérêt mais en ma qualité de passeur je savais qu'il y avait quelque chose ensuite, je savais que la vie terrestre n'était que le début d'un long voyage et je n'avais pas peur, en paix avec moi-même et l'idée de ma mort prochaine. C'est ainsi que, lorsque enfin elle relâcha mon corps et que je m'écroulais au sol je ne pus m'empêcher d'être vaguement déçu qu'elle n'ait pas eu le courage, l'envie ou l'intérêt d'aller au bout, lâchant un vague grognement lorsque je l'entendis me dire que quand elle me voyait ainsi, au sol, incapable de me relever, son ego se portait très bien, c'était le jeu après tout, je provoquais, elle répondait, je n'allais pas faire le jeune homme choqué et outré pour si peu. En revanche lorsque je la vis serrer le poing pour éclater la fiole de morphine qu'elle tenait entre ses mains, lorsque je vis les morceaux de verre voler à travers la pièce et le liquide au sol, mon comportement changea du tout au tout, soudainement l'indifférence avait laissé place à la colère. Bientôt des infirmières arriveraient alertées par le bruit, je n'avais plus le temps de parcourir à nouveau l'hôpital à la recherche d'une autre chose et au delà de la perspective de me retrouver en manque sous les yeux de mes parents à qui j'avais pourtant assuré être clean, je pensais avant tout à toutes ces personnes mortes, à toutes ces âmes perdues qui n'allaient plus pouvoir trouver leur chemin à travers moi, parce que sobre je ne redevenais qu'un humain tristement banal, sans le moindre pouvoir. Alors je ne sais pas ce qu'il se passa exactement dans mon esprit, probablement rien, peut-être était-ce juste un simple réflexe dû au désespoir et à la peur mais je tentais de me lever pour me jeter sur la vampire et la frapper, je voulais qu'elle souffre, j'aurais même aimé pouvoir la tuer, mais bien entendu, après avoir perdu tant de sang, je ne pus jamais que m'écrouler à nouveau au sol, frappant du poing le carrelage de rage alors que je commençais sérieusement à paniquer, des larmes coulant sur mes joues et des tremblements gagnant peu à peu mon corps.

« T'avais pas le droit de faire ça, j'en ai besoin...Ils ont besoin de moi...Je vais faire comment maintenant ? Je peux pas les aider si je suis sobre...En plus je vais être en manque, ça va être horrible. Pourquoi t'as fait ça ? »

Mes propos étaient flous, désordonnés, plus rien n'avait d'importance à part la terreur de ne plus rien pouvoir contrôler.

@Eques sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Mina M. Harker
La Résistance

avatar

× Dollars : 163
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 273

MessageSujet: Re: Rencontre impromptue avec mes crocs   Lun 4 Avr - 10:10


 ❝Rencontre impromptue avec mes crocs❞
feat. Emrys


J’avais connu des victimes plus loquaces que lui. C’était vexant. Il n’était rien, j’étais tout et pourtant, c’est moi qui étais perturbé d’avoir cet être devant moi. Il n’avait pas peur, ne criais pas, ne se débattait pas, c’était vexant envers mon égo d’être surnaturel.
Il n’était pas à l’article de la mort, mais pourtant, il me surprit en ayant encore plus d’énergie que je ne le pensais. Je le voyais tenter de se relever, avec une telle hargne, mais pourtant, il effondra : Prévisible. J’étais perplexe. Je vis des larmes dans ses yeux et je trouvais ça très étrange. Il était sauf. Oui, j’avais éclaté sa dose, mais il était sauf. Pourquoi les humains ne peuvent-ils pas être reconnaissants ? Car lui n’est plus qu’une loque humaine ?
« T'avais pas le droit de faire ça, j'en ai besoin...Ils ont besoin de moi...Je vais faire comment maintenant ? Je peux pas les aider si je suis sobre...En plus je vais être en manque, ça va être horrible. Pourquoi t'as fait ça ? »
Je me rapprochais de lui, pris son menton dans l’étau de mes doigts et lui releva la tête. Un sourire narquois sur mes lèvres caché mes innombrables questions.
- C’est là où tu te trompes mon mignon. J’ai le droit de tout. Ainsi que de te tuer d’un seul mouvement.
Néanmoins, je n’arrivais pas à suivre le cheminement de ses paroles, ça n’avait aucune logique. Qui était ce « ils » ? Aider qui ? Finalement, c’était le manque qui l’embêter plus qu’autre chose. Les « ils » devait être une idiotie de sa part, une quelconque tentative pour m’amadouer.
- Le manque… C’est ça qui fait battre ton cœur ? C’est la seule chose qui a un intérêt pour toi ? Tu es encore plus pitoyable que je ne le pensais.
Je relâchais son visage, mais resta accroupis près de lui, prête à agir s’il y avait besoin, prête à lire les moindres mouvements de son visage pour tenter de comprendre qui était cet étrange humain. Pourquoi j'avais explosé sa dose ? C'était une réellement question finalement ? Sans doute que j'avais trop bu et que je ne m'en été pas rendu compte ? Il bégayait des choses incompréhensible, me posais des questions inutiles. J'en venais presque à regretter de l'avoir laissé en vie.



@Eques sur Never-Utopia

________________________________


   
Leave Out All The Rest
I dreamed I was missing, you were so scared, But no one would listen, 'cause no one else cared, After my dreaming, I woke with this fear, What am I leaving when I'm done here?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Rencontre impromptue avec mes crocs   Mar 12 Avr - 6:23


 ❝Rencontre impromptue avec mes crocs❞
feat. Mina


Si jusque là j'avais su rester stoïque, impassible même lorsque ses crocs s'étaient enfoncés profondément dans mon cou, soudainement, en voyant ma dose voler en éclat, j'avais perdu tout contrôle, commençant à débiter un flot de propos incohérents alors que des larmes coulaient sur mes joues. C'était pathétique, et j'en avais conscience, j'avais beau passer mon temps à clamer l'inverse, je n'étais jamais qu'un junkie de plus, une loque humaine qui aurait tout donné pour sa drogue, pour ne pas avoir à affronter ce manque qui l'effrayait terriblement. Dans ces moments là, même si je l'évoquais encore, pouvoir aider les morts passait immédiatement au second plan, tout ce que je voulais, en priorité, c'était ne pas souffrir, ne pas me retrouver à hurler de douleur parce que mon corps réclamait avec avidité ce qui l'empoisonnait.
Ce fut le contact glacial des doigts de la vampire contre ma peau qui me ramena brutalement à la réalité alors qu'elle me forçait, par sa force surhumaine à la regarder droit dans les yeux, à affronter son regard alors même qu'elle me menaçait, qu'elle me rappelait à quel point j'avais tort quand je lui disais qu'elle n'avait pas le droit de me prendre la seule chose qui comptait à mes yeux, elle était l'espèce supérieure, en haut de la chaîne alimentaire, elle était le pouvoir incarné, l'immortalité, elle avait tout les droits, sur tout le monde, sur la nature même et si soudain elle voulait m'achever, elle en avait tout autant le droit.
Je tentais désespéramment de fuir son regard alors qu'elle continuait à parler, me renvoyant l'image que je donnais, celle d'un pauvre déchet, un gosse qui n'avait plus rien d'un humain, incapable d'être ne serait-ce qu'un peu ému face à sa propre mort mais capable de frôler la crise de nerf pour une simple fiole de morphine. Pitoyable que j'étais.
Enfin elle me relâcha mais je n'osais plus faire un mouvement, je n'osais plus dire un mot, le silence simplement brisé par quelques reniflements alors que les larmes séchaient sur mes joues pâles. E puis soudain sans prévenir j'avais eu envie de parler, me disant que de toute façon, à elle je pouvais bien dire la vérité, après tout elle ne pourrait jamais me mépriser plus qu'elle ne me méprisait déjà.

« J'ai plus peur du manque que de mourir ça c'est vrai et c'est pitoyable je le sais, je me vois tout les jours, je connais bien l'image que je donne aux autres, même si elle ne me plaît pas...Mais j'ai besoin de la drogue, sans drogue je suis incapable d'entendre les voix »

Je pris un instant de pause, le temps de réaliser qu'à ce rythme là elle allait non seulement dans la case junkie mais aussi dans la case schizophrène ou tout du moins dans la case des personnes ayant une pathologie psychiatrique sévère.

« Les voix que j'entends, ce sont celles des morts...Ils me parlent tout le temps, je leur réponds et je leur permets de passer dans l'autre monde. J'arrive pas à arrêter parce que j'ai peur de ce qui leur arriverait si d'un coup j'étais plus là... »

Est-ce qu'il y avait d'autres personnes comme moi dans le monde ? Est-ce que je pourrais un jour garder le contrôle sur ce pouvoir en étant sobre ? Avant qu'il ne soit trop tard pour ma propre survie ? Est-ce qu'elles existaient même ces voix ou tout cela n'était simplement qu'une hallucination de mon esprit décadent à laquelle j'avais accordé une importance majeure, au point d'y consacrer ma vie ?

@Eques sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Mina M. Harker
La Résistance

avatar

× Dollars : 163
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 273

MessageSujet: Re: Rencontre impromptue avec mes crocs   Lun 25 Avr - 10:28


 ❝Rencontre impromptue avec mes crocs❞
feat. Emrys


Pourquoi ne pas partir, le laisser se remettre de ses émotions et partir. Partir loin d’un être qui ne m’apportera rien, si ce n’est des crampes à force de grimacer en voyant cet homme ne pas profiter de sa vie pour en avoir une qui vaut le coup. Voir ce genre de personne avait le don de m’exaspérait. Que pouvaient-ils gagner à se droguer ? A finir ivre de tout, sauf d’envie de vivre ? Je ne comprenais pas. Du moins, je pouvais saisir le fait d’être en manque de quelque chose, j’avais le sang pour me le rappeler. Mine de rien, ma drogue me tenait en vie, lui, c’était un passetemps qui le détruisait jour après jour. S’il ne méritait qu’une chose venant de moi, c’était que je lui torde le cou et que je le laisse ainsi pourrir. Il ne méritait rien d’autre. Le silence s’installa et si je restais ici, c’était pour voir à quel point l’Homme pouvait être un insecte, pour voir à quel point, quand on leur donne une seconde chance, il bafoue. L’Homme a détruit la planète, détruit la moindre parcelle de chance qu’il a. Ici, je voyais que l’Homme ou l’homme en face de moi, ne dérogeait pas à la règle. Lorsqu’il me parla, un sourire mauvais vint perler mes lèvres. Ignare et menteur.
- Tu dis ne pas aimer l’image que tu renvois, mais, mon cœur… Veux-tu seulement en changé ? Tu te caches derrière des…voix ? C’est juste la solution de facilité pour avoir une vie de reclus, pour vivre aux crochets des autres.
J’éclatais d’un léger rire mauvais et plus j’étais en sa compagnie, plus les mauvais côtés de ma personnalité ressortait. Je n’étais pas du genre douce au naturel, mais ici, en sa présence, c’était plus fort que moi. Je n’avais aucune compassion, juste l’envie de jouir de sa vie de parasite. Le voir ainsi me prouvait que ma condition de vampire était merveilleuse. J’avais tout, l’argent, le temps, lui, il n’avait rien, mis à part le tiraillement de son être.
- Entendre la voix des morts ? Oh mon cœur. Qu’est-ce que tu me racontes ? Entendre des voix, oui, c’est pathologique, chez vous. Mais la voix des morts ? Allons, je vais rentrer dans ton jeu inutile. Si tel est le cas, tu ne dois pas être seul. Le monde magique est tellement vaste. Et donc, pour ta, quoi ? Mission ? C’est ça ? Pour réussir ta mission tu détruits ta vie ? Laisses-moi rire…
Je ne voulais pas montrer ce qu’au fond, un infime atome de moi pouvait penser : Pouvait-il parler à Jonathan, mon défunt mari ? Aurais-je un jour le moyen de savoir si oui ou non, il me pardonnait de l’avoir tué, lui et ses amis pour venger mon amant ? La réponse est tellement facile à trouver. Pourrait-il me dire si ma Lucy, si ma seule et unique amie a réussi à avoir une vie heureuse après son trépas ? Si la mort était plus douce que sa vie vampirique ? Pourrait-il me dire, si oui ou non, Nicolae est vivant ou mort ? Je garde l’espoir, qu’un jour où l’autre, ma passion incandescente reprenne avec l’amour de ma vie. Que celui qui me manque tant revienne et reprenne sa place. Je n’allais en rien demander à cet avorton, je ne voulais pas cautionner son idiotie. Je l’avais déjà assez fait en pouvant admettre que c’était vrai. Il y avait des rumeurs sur des personnes qui avaient pu voir le monde d’a côté, mais lui, je n’arrivais pas à y croire, ni à lui, ni à ce qu’il racontait, ni à l’existence possible d’un autre monde.




@Eques sur Never-Utopia

________________________________


   
Leave Out All The Rest
I dreamed I was missing, you were so scared, But no one would listen, 'cause no one else cared, After my dreaming, I woke with this fear, What am I leaving when I'm done here?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Rencontre impromptue avec mes crocs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre impromptue avec mes crocs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» perdu avec sa veste [PUBLIC]
» Truck terminé! C'est un Véhicule volé avec Obuzier! Kaboum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always and Forever ::  :: La Une du Vampire Enchaîné :: Les Archives :: Archives de vos RPs-