AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 [Under Construction] ‘ Sarcasm is my only defense ’ ; Adam Porter.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Stiles Stilinski
Neutre

avatar

rust and stardust
x Emploi : Etudiant
× Dollars : 70
× Humeur : Sarcastique
× Disponible pour RP :
  • Non

× Messages : 1214

MessageSujet: [Under Construction] ‘ Sarcasm is my only defense ’ ; Adam Porter.   Mer 7 Oct - 18:30

Adam Porter




« Feat. Dylan O’Brien »




Who I Am

† Espèce : Sorcier † Âge : 21 ans † Date et lieu de naissance : 24/06/1994, Nouvelle-Orléans † Nationalité : Américaine † Côté coeur : Célibataire † Orientation sexuelle : Bisexuel † Métier : Etudiant en Littérature

† Caractère :

« Monsieur Porter, vous viendrez me voir à la fin de l’heure. »
« Pas besoin, Madame. Je sais déjà de quoi vous voulez me parler. Je ne rendrai pas ce travail. »

Elle soupira. Il détourna le regard, retournant sur sa copie. Elle s’assit, tous les élèves la regardant. Comment allait-elle réagir ? C’était devenu évident qu’Adam n’en avait absolument plus rien à faire. Pire encore, il s’était mis à disparaître dès lors qu’ils devaient se rendre en Philosophie. Il aimait bien Miss Addison, pourtant. En même temps, il n’était pas du genre à ne pas respecter les personnes qualifiées. Non pas par pur respect des règles, ou par simple envie de ne pas s’attirer d’ennuis – car Dieu le savait, Adam était un trouble-fête majeur. Non, il aimait tout simplement apprendre. C’était peut-être là sa caractéristique la plus étrange : alors qu’il paraît bien éloigné et détaché de tout ce qui est scolaire, c’est certainement l’une des personnes les plus curieuses au monde. Une personne intéressée, qui se perdait parfois dans les rayonnages, dans les pages Wikipedia, dans des articles les plus inintéressants les uns que les autres pour le commun des mortels. Et pourtant, lui, l’intellectuel, celui ayant la soif d’apprendre, de connaître, d’inculquer, de faire savoir, perdait toute envie et tout enthousiasme à la simple énonciation de ce mot.
Sa professeur le prenait à moitié pour elle. Lui, le génie, l’intellectuel, celui que les professeurs adoraient… Lui était tout simplement aussi absent qu’inconnu. La sonnerie retentit à nouveau, et les élèves lâchèrent leur style dans un soupir de frustration – ou de joie intense d’être en week-end, pour certains, ceux qui avaient réussi leur contrôle et qui ne parvenait pas à contenir leur joie. Adam fut le premier à ranger ses affaires et à sortir, mais il fut retenu par le bras puissant d’une femme. Miss Addison, évidemment. Il roula des yeux, soupira légèrement… mais acquiesça finalement et décida de rester et de parler à cette grande gourou de la Philosophie. C’était une femme exquise dans tous les domaines ; belle, gentille, tolérante, drôle, intelligente, cultivée et passionnée, qui réussissait malgré tout à transmettre son intérêt aux élèves. Ou presque. Le dernier élève franchit la porte, et elle la ferma en lui souhaitant un bon week-end, un grand sourire au visage.

« Vous ai-je fait quelque chose, Monsieur Porter ? »
« Je vous ai déjà dit que non, Miss- »
« Je veux savoir la vérité. Je suis la seule avec qui vous jouez ainsi. J’ai l’impression que vous changez dès que vous passez cette porte, ou que vous vous réinventez, peut-être. Dites-moi tout. J’aimerais comprendre. Vous comprendre, comprendre ce qu’il y derrière… ce si beau visage. »

Acculé. Coincé. Il détestait cette sensation. Perdre un échange, être forcé à se déballer à une personne en qui il n’avait pas spécialement confiance. Il aimait et adorait même se confesser à ses amis proches, qui le rassuraient. C’était ainsi qu’il choisissait ses amis et proches ; plus la personne le rassurait et avait une aura apaisante, doucereuse, avenante, et plus il l’appréciait. Et alors que tout le monde adorait Miss Addison, il en avait simplement peur, et souhaitait l’éviter le plus possible. Comme à chaque fois qu’il était tendu ou stressé, lui, la boule de nerfs totalement hyperactive, il se griffa le bras gauche de la main droite, avant d’agiter sa tête de droite à gauche, de gauche à droite. Il se mordit la lèvre, discrètement, et se gratta le derrière du crâne, cessant ses mouvements sur son bras. Il n’avait jamais vraiment pu se débarrasser de ces tics, que les autres remarquaient. Un peu tout le monde – même ses amis les plus proches – adoraient le taquiner sur ses pommettes si rosées, ou écarlates, dès la moindre once de gêne, ou d’embarras. De ses yeux marrons, il scruta le mur au dessus de la porte, sur lequel était affiché une citation, ‘’L’échec est le fondement de la réussite’’. S’il avait eu le temps, là, à l’instant, il aurait bien disserté sur le fait que c’était certainement la chose la plus absurde qu’il ait jamais lue. Celui qui était doué réussissait, et celui qui n’a pas les capacités requises échoue à l’entrée, c’est aussi simple que ça. Faire des efforts, savoir travailler, c’est une bonne capacité, une bonne qualité ; mais dans la vie, personne ne nous laisse le temps de nous améliorer : il faut être bon, non, très bon, doué et même excellent de suite, sans quoi il n’existe que l’échec.

« Je n’aime pas ça. La philosophie, je veux dire. Pas autre chose. Enfin si, cette situation. Vous me stressez. Là. Et un peu toujours en fait. J’arriverai pas à expliquer et puis je dois filer de toute façon, mon père m’attend, là, et il est un peu pressé, alors- »

Il mit la main sur la poignée. Avant de l’ouvrir, il ôta son sac et l’ouvrit. Il sortit une copie – volumineuse, très volumineuse, certainement la plus volumineuse du paquet que la professeur avait récupéré aujourd’hui – et lui tendit.

« Je viens de me souvenir que j’avais ça pour vous. »
« Le devoir ? Impressionnant. Détaillé. Comme ce que j’attendais de vous. »
« Je ne sais même pas pourquoi je l’ai fait. »
« Car vous ne pouvez pas vous mentir à vous-même bien plus longtemps. Vous êtes accroc à la réflexion. Vous pourriez réfléchir trois jours sur pourquoi un chat a décidé de ne pas jouer avec ce que vous lui avez acheté, mais plutôt avec l’emballage. Vous êtes toujours perdus dans vos pensées. Le simple mot vous déclenche une dizaine de mécanismes de réflexion en même temps que vous poursuivez simultanément. D’où la raison de vos maux de crâne, peut-être ; à moins que vous ayez un véritable problème physique. Je vais vous dire pourquoi vous n’avez pas voulu me rendre ce devoir : vous avez peur. Peur de savoir si vous alliez être le meilleur. Votre méthode de réflexion n’est pas la même que celle des autres, alors vous avez peur de savoir laquelle est la plus efficace, au moins dans cette matière. Vous voulez tellement être le meilleur dans absolument tout ce que vous faites… Que vous en seriez réduit à ne pas participer, à ne pas montrer votre savoir, de peur qu’une personne vous soit supérieure et vous fasse comprendre ce que veut dire, au moins une fois, qu’être à la deuxième place, dans l’ombre d’une autre personne. »
« Comment… ? »
« J’ai fait pour savoir tout ça ? C’est très simple. » elle se pencha et lui chuchota, à l’oreille « Je vous ai regardé. J’ai plongé mon regard dans le votre. Et j’ai vu votre détresse. J’ai vu que vous étiez perdu. Et j’ai compris quel genre d’individu vous étiez. Le génie un peu égocentrique, curieux mais qui ne se donne pas la peine d’aller plus loin que la première place, l’hyperactif apeuré par le moindre aboiement d’un chien, le blagueur qui a peur de se ridiculiser à chaque fois qu’il prononce un mot. Celui qui se réfugie derrière l'ironie et le sarcasme pour rabaisser les autres quand il se sent menacé. Ça doit être difficile, d’être vous ; c’est certainement ce que vous vous dites tous les jours, quand vous vous voyez dans le miroir, n’est-ce-pas ? »

C’en était trop.
Trop de quoi ? D’insultes ? De tentatives vaines à le détruire ?
Non.
Trop de vérité. Il ouvrit la porte, fuyant, les larmes aux yeux. Elle avait raison sur toute la signe, c’est bien ce qu’Adam était. Il se saisit des écouteurs dans sa poche, et lança sa playlist. Il dévalait les escaliers du Lycée sur un fond d’Arctic Monkeys, la respiration rapide, haletée, essoufflée. Il allait faire une crise, comme ça lui arrivait souvent. Là, dans les escaliers, son cœur allait le lâcher. Et il n’y avait personne autour de lui. Il serra sa poitrine, se sentit défaillir, et tomba sur le sol.

[…]

Il se réveilla six heures plus tard, chez lui, dans son lit. Sa mère était penchée sur lui, prenant sa température. Il lui fit un doux sourire lorsqu’il sentit son parfum, si agréable, si fruité. Elle préféra le laisser seul, et lui laissa un livre sur la table de chevet. Il le saisit et en lit la première de couverture : Le Petit Prince. Oh… Son livre préféré. L’adepte du vieux rock indépendant Anglais sourit faiblement, avant de serrer ce livre contre son torse. Il avait tellement bercé son enfance ; il n’imaginait pas une histoire plus belle que celle-ci. Il se leva, encore engourdi, et se saisit de son téléphone en cours de route. Un message. « Bah alors Petit Prince, t’as oublié que t’étais censé me rappeler ? » Oups. Enfin, il n’avait pas oublié. Il avait été dans l’impossibilité, nuance.

Il saisit son paquet de cigarette et en alluma une. Ca lui avait manqué, depuis le temps.

Même si ça le tuait de l’admettre, une personne autre que lui avait raison et lui avait même prouvé qu’il avait eu tord sur toute la ligne depuis des années. Enfin, techniquement, il avait raison, il l’avait su depuis le début, mais il l’avait refoulé.

Refoulé quoi ?

Ce qu’il était.

C’est-à-dire ?

Un vicelard tordu.

Il sourit à cette pensée, avant de composer le numéro de la fille qui devait attendre son appel pour sortir ce soir.


This is my story

† Histoire : La vie d’Adam commença comme celles de tous les enfants. Dans les bras de sa mère, pleurant, et pourtant chéris par ses parents comme le cadeau le plus beau des Dieux. Et comme tous les enfants, un sourire suivit ses premiers pleurs lorsque sa mère lui annonça son nom. Adam Porter. Le fils de Theresa Porter et William Porter. Une Professeur de Littérature, un Docteur.

Ses premières années et premiers balbutiements furent ce qui inquiéta le plus ses parents. Ils avait très vite compris que le développement de leur petit prince allait être chaotique… Ils savaient que certains enfants étaient sujets à être précoces, en avance, mais ils ne s’attendaient pas à ce que leur fils soit si doué. Il n’avait que quatre ans lorsqu’il toucha au piano pour la première fois, et il apprit à lire – grâce à l’influence de sa mère, certainement ? – très tôt, bien avant de commencer les cours. Il se passionnait pour les histoires surnaturelles écrites par les grands auteurs de la langue Anglaise : pour lui, tout ça était presque vrai. La vie serait tellement plus belle, plus romantique et poétique si une influence magique nous entourait tous et jouait avec nos destins, non ?

C’était ce que pensait Adam – mais il déchanta bien vite en côtoyant la vraie vie, loin de ses parents. Lorsqu’il commença l’école, précisément. Là où tous les enfants le dévisagèrent pour ses différences et ses insécurités, incertitudes : un enfant croyant dur comme fer en la magie, le vampirisme, la lycanthropie, un brin musicien et poète dans la lune, sachant lire et reprenant parfois ses professeurs ; un cocktail impressionnant qui attira évidemment la haine et la jalousie. Même dans une si belle ville, même à la Nouvelle-Orléans, les ténèbres peuvent se dissimuler et vous happer.

Toujours muet, traumatisé par cette ambiance liberticide, qui l’empêchait de s’épanouir et de croire en ce qu’il voulait croire, il se contenta de tracer sa route, et d’avancer, de continuer à écrire, lire, et apprendre. Il voulait plus que tout être comme sa mère : faire apprendre aux autres, susciter leur intérêt, voir leurs yeux brillants s’écarquiller lorsqu’enfin ils se passionneraient pour ce qu’il se tuait à raconter depuis plusieurs heures ; ou mois, voire années, pour les plus réticents.

Puis vint l’âge des premières amours. Le Lycée, là où il put rentrer dans le moule et finalement s’immiscer dans la vie des autres, devenir comme l’Autre, les autres. Devenir un enfant comme tous les autres, pardon, un « adolescent », voire même un « semi-adulte ». Lui aussi, comme tous les autres, était arrogant de vieillir et de mûrir. Quoique mûrir fut peut-être un grand mot : taguer les portes, sortir, faire le mur, … C’était peut-être un peu différent de la vision que ses parents avaient de « mûrir ». Quoiqu’il en soit, il découvrit la vie. Il se fit des amis, découvrit l’amour – partagé et non partagé – et décida, décision approuvée par ses parents, d’étudier la Littérature pour devenir Professeur de Littérature, tout comme le Soleil de sa vie.

C’est à sa dernière année de Lycée que sa vie prit un tournant dramatique. Lui qui avait abandonné l’idée qu’existaient vraiment les Vampires et autres amis imaginaires, il fut tristement et brutalement ramené à la réalité. Il était parti manger en famille avec ses parents – il est fils unique – et avec d’autres cousins éloignés. Il se disait que certes, la soirée allait être rasoir, même s’il appréciait bien l’un de ses cousins, mais que tout allait bien se passer malgré tout.
Oui, il se disait que tout allait bien se passer.

Jusqu’à ce qu’il voit sa mère se faire assassiner sous ses yeux. Pas par balle, ni par lame. Ni par autre moyen naturel.

Il vit sa mère se faire tuer par un vampire. Se faire mordre. Devenir pâle. Perdre le contrôle de son corps. Tomber au sol.

[…]

Il n’était pas sorti de sa chambre pendant deux à trois semaines. Ses professeurs s’inquiétaient – plus pour ses résultats qui allaient en pâtir que pour ce qui lui était arrivé, cependant – et ses amis tentaient de prendre de ses nouvelles, sans pour autant réussir à lui faire décrocher le moindre mot. Ambiance Green Day, Wake me up when September ends. Seul son père réussit à le sortir de sa tourmente. Il savait qu’il lui devait la vérité, après tout. Il lui apprit toute la face cachée de sa mère : celle-ci avait une vie dont Adam ne soupçonnait même pas l’existence. Lui qui avait été bercé par le surnaturel étant petit, il ignorait que sa mère était elle-même une Sorcière.

Et, de ce fait, il ignorait qu'il était un Sorcier lui aussi. Il ignorait qu'il était capable de maîtriser et contrôler cette force qu'il imaginait si merveilleuse et doucereuse lorsqu'il était enfant.

Lorsque vint la fin du Lycée – il eut évidemment son diplôme, ayant toujours été un élève avec des facilités – il décida de se rendre là où il était sûr de côtoyer des membres de l’espèce ayant tué sa mère. Il décida de traquer les Vampires, et les autres créatures dont il connaissait désormais l’existence. Mais… Où ? Comment se venger, comme les décimer, tous ?

Quelle douce contradiction, tout de même : passer de celui voulant côtoyer ce monde en étant enfant, à celui qui souhaitait le détruire de ses propres mains.

Passer de l'enfant qui voulait être le plus grand des sorciers à celui qui souhaite détruire la Magie, cause d'inégalités, de destins tourmentés et de souffrance.

Et le voilà, étudiant dans l’Université de son choix, en Virginie. Et le voilà désormais à Mystic Falls.

S’il savait qu’il était tombé pile dans la tanière du Loup…


Derrière l'écran

† Prénom/Pseudo : Appelez-moi Dylan Wink † Âge : 18 ans † Comment as-tu connu le forum? : Y paraît que je connais l'Admin † Ton personnage est ? : Inventé de toutes pièces ! †  Un dernier mot ? : Kiss mes bébés.


© captain-marvell


Dernière édition par Adam Porter le Lun 12 Oct - 20:22, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité




MessageSujet: Re: [Under Construction] ‘ Sarcasm is my only defense ’ ; Adam Porter.   Mer 7 Oct - 18:37

Bienvenue à toi !! Very Happy
Excellent choix d'avatar :fuck2:
Revenir en haut Aller en bas

Chris Durden
La Résistance

avatar


× Dollars : 204
× Inventaire : T-Shirt, jean
× Humeur : Neutre
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 1268

MessageSujet: Re: [Under Construction] ‘ Sarcasm is my only defense ’ ; Adam Porter.   Mer 7 Oct - 19:12

Bon je te l'ai déjà dit mais Bienvenue ! Very Happy
Et merci de nous rejoindre. (ça fait secte)

________________________________



So you can throw to the wolves, tomorrow I will come back, leader of the whole pack, beat me black and blue, every wound will shape me, every scar will build my throne.

À force de pousser mémé dans les orties, elle finit par te balancer sa soupe bouillante dans le caleçon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://always-and-forever.forumactif.org

Malia Tate
Neutre

avatar


x Emploi : Etudiante pour passer le temps
× Dollars : 159
× Humeur : Rêveuse
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 1440

MessageSujet: Re: [Under Construction] ‘ Sarcasm is my only defense ’ ; Adam Porter.   Mer 7 Oct - 22:04

Bienvenue parmi nous & bonne chance pour ta fiche. :love:
Dylan :bril: Très bon choix d'avatar. Razz

________________________________

"Princesse Sauvage"
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité




MessageSujet: Re: [Under Construction] ‘ Sarcasm is my only defense ’ ; Adam Porter.   Mer 7 Oct - 22:28

Bienvenue ! Et j'ai hâte de te lire bounce
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: [Under Construction] ‘ Sarcasm is my only defense ’ ; Adam Porter.   Jeu 8 Oct - 1:22

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUE !!! :string:

Excellent choix effectivement, bonne chance pour ta fichette xD
Revenir en haut Aller en bas

Stiles Stilinski
Neutre

avatar

rust and stardust
x Emploi : Etudiant
× Dollars : 70
× Humeur : Sarcastique
× Disponible pour RP :
  • Non

× Messages : 1214

MessageSujet: Re: [Under Construction] ‘ Sarcasm is my only defense ’ ; Adam Porter.   Lun 12 Oct - 20:45

Merci tout le monde!
J'en profite pour signaler que j'ai terminé ma fiche. Smile

________________________________



“ Normal people have no idea how beautiful darkness is. ”

My Girls ♥:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Shxt Happens


avatar


× Dollars : 0
× Humeur : Joueuse...
× Messages : 255

MessageSujet: Re: [Under Construction] ‘ Sarcasm is my only defense ’ ; Adam Porter.   Lun 12 Oct - 22:42

Bienvenue Adam !





Ta fiche a été validée, bienvenue à toi !
Nous sommes ravis de te compter dans nos rangs. Pour t'aider à te lancer, voici quelque liens qui te seront utiles pour la suite.

Fonce créer ta fiche de liens, c'est grâce à cela que tu pourras te faire plein d'amis et d'ennemis Si tu as des questions, tu peux demander aux autres membres et au Staff de t'aiguiller sur la façon de faire.

Pense aussi à créer ta fiche de RP, tu pourras y noter tous tes RPs en cours, prévus, ou terminés. Ça t'aidera grandement par la suite pour t'y retrouver si tu es bien actif !

Pour pouvoir bien te lancer dans l'aventure, il faudra que tu penses à faire recenser ton logement, ton travail si tu en as un, et tes études, si jamais tu es étudiant !

Le Staff pense à toi ! Tu as la possibilité de créer ton propre Journal Intime, nous sommes dans The Vampire Diaries, non ?!

Le Flood est l'endroit où tu peux vraiment tisser des liens avec les membres, n'aie crainte, personne ne mord véritablement. Tu pourras y trouver des jeux notamment.

N'hésite pas à rejoindre la ChatBox, ça nous permettra de faire connaissance avec toi plus vite !

Ce sera tout, si tu as la moindre question nous sommes à ton écoute. Bon jeu parmi nous !


© captain-marvell


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Under Construction] ‘ Sarcasm is my only defense ’ ; Adam Porter.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Under Construction] ‘ Sarcasm is my only defense ’ ; Adam Porter.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nate Lewis - "Sarcasm is my only defense !" [en cours]
» Holden • I’m 147 pounds of pale skin and fragile bones. Sarcasm is my only defense. (100%)
» Sarcasm is my only defense ~ Stiles
» Flou de Preval irrite le Bresil pour la construction d'une centrale éléctrique
» Project d'un construction d'un chemin de fer reliant Haïti à la Dominicanie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always and Forever ::  :: Présentations :: Formulaires validés-