AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 Je ne serais jamais loin de toi - Slade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Milla B. Thorpe
L'Agence

avatar


× Dollars : 580
× Humeur : Transit d'amour
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 59

MessageSujet: Je ne serais jamais loin de toi - Slade   Mer 20 Juil - 17:37


Slade

ft. Milla

Je ne serais jamais loin de toi.
C’était aujourd’hui. J’avais décidé que c’était aujourd’hui que j’irais me présenter à lui, que j’irais, une fois encore, chamboulée sa vie. Chamboulée, détruire, anéantir, choisissez le mot qu’il vous faut. La fin restera identique.
Comme si je n’étais pas assez anxieuse, j’avais rêvé de lui et d’elle, une fois encore. Nous devions la traquer, la tuer. Il ne devait pas tout briser pour réagir comme un homme sans cervelle, pour détruire ce que nous avions tous les deux. Dire que je le hais est un énorme euphémisme, pourtant, au fond de moi, je pense l’aimer encore. Sans doute était-ce pour cette raison qu’il était encore en vie. Du moins, si on peut appeler ça une « vie ».
Je ne pouvais rien avalé. J’étais nouée comme j’avais je n’avais ressenti une telle émotion. Je l’avais traqué, je savais tout de ce qu’il avait fait depuis quelques temps. Son pacte avec ce vampire, cette rencontre avec cette petite humaine blonde, avec qui il avait pactisé ce qui avait eu le don de m’énerver au plus haut point. Pouvais-je lui en vouloir à elle, elle semble si frêle et ingénue mais lui… Il n’a visiblement pas saisi la leçon, je me devais d’aller lui remettre les pendule à l’heure, pourtant, on m’avait coiffé au poteau. Cette vampire brune qui me rappelait celle envers qui j’avais une haine viscérale, pourtant, même s’ils avaient consommé, je savais qu’elle lui avait fait du mal et au fond de moi étaient mélangé la satisfaction et le dégout. Non, il n’avait pas saisi la leçon, définitivement pas.
Dans mon lit, alors que je ne voulais pas en sortir, je venais à laisser aller mes pensées vers mon ex qui finalement n’habitais pas si loin de moi. Il n’avait aucune idée que j’avais fait en sorte d’avoir mon logement proche de lui. Pour la traque, c’est bon. Je le voyais, souvent passer devant chez moi et je n’en perdais pas une goutte. A chaque fois que mes yeux se posaient sur lui, mon cœur s’emballait soit dans une haine intense qui me prenait aux tripes au point que je voulais descendre le frapper mais aussi une légère douleur qui me détruisait. Ne pas le toucher, l’embrasser… Je me dis que parfois, je ne sais moi-même pas où j’en suis.
Sous la douche, en m’habillant, en vaquant à mes occupations, je n’avais que Slade en tête. Je ne savais pas ce que je lui dirais, comment je lui dirais. Je ne savais pas ce que ça me ferait de voir ses yeux poser sur moi. Je l’avais vu, je l’avais suivit, je savais ce qu’il faisait, je savais tout de lui, comme sa réserve personnelle de sang de vampire, pourtant, je ne savais pas ce que je ferais quand je croiserais ses yeux. A cette idée, mon cœur se serrait. Je serais prêt de lui, alors que je voulais un peu moins le tuer. Dans la même pièce, enfermée, à deux… Cette idée me rendait encore fois plus anxieuse.
La journée avait passé rapidement, très lentement, trop furtif, trop long… Un maelstrom d’émotion et de sensation.

J’arrivais en face de chez lui, plus déterminée que jamais. Je ne me laisserais pas faire, je ne le laisserais pas le moyen de me toucher. Je sais quoi faire, je sais comment je vais organisée la chose, je sais comment je vais m’amuser avec lui.
Comme tenue j’avais pris celle qu’il aimait. Parce qu’il m’avait vu comme ça lors de notre première rencontre. Il m’avait soigné et d’un regard j’étais tombé amoureuse. Il avait aimé ma tenue, plus que moulante, plus que sexy et j’avais vu dans son regard de la passion. C’était pour cela que je mettais cette tenue à chaque fois que nous devions traquer un vampire, pour un clin d’œil à notre rencontre et à notre passion commune.
Habillée de noir, cuir, sexy, forte, ferme, je sonnais chez lui. Mon cœur s’emballait mais mon regard était froid et déterminé. Je l’entendais arriver, il n’avait sans doute aucune idée que c’était moi à la porte et à cette idée, mon sourire s’élargit. Pas un regard amoureux et tendre, non, un sourire de défiante et empli de la haine que j’avais à son encontre.
Enfin, la porte s’ouvrit et tenu à la porte, je le regardais et sans attendre un mouvement de sa part, un geste, une parole, je poussais la porte avec désinvolture et j’entrais dans lui demander son avis.
- Toujours en vie ? Dommage…
Je m’arrêtais, ne jetant qu’à peine un regard à son chez soi.
- Tu es coriace, je dois l’admettre.
Je haussais les épaules, me moquant de lui avant de me rendre au salon. Je connaissais ce lieu pour être déjà venu. Sans doute le verrait-il car je savais où allait. Sans doute se dirait-il que tous les appartements se ressemblent.
- Comment va cette chère…Aylin ? Ah non, suis-je bête ! Elle est morte cette garce !
Mon rire ampli l’appartement et je lui fis face, les yeux dans les yeux. Je ne montrerais rien, si ce n’est l’aversion qu’il m’inspire. J’étais droite et fière. En le voyant, je comprenais pourquoi je l’avais aimé, mais je me rappelais que ça ne serait plus jamais comme avant, que jamais je n’arriverais à le pardonner. Slade était mort pour moi. Je devais m’en convaincre et pour ça, je devais le convaincre ce qui ne serait qu’un jeu d’enfant.
- Alors, dis-moi, mon amour. Comment vas-tu ?
J’insistais sur le « mon amour » avec une grimace prononcé. Je jouerais avec lui jusqu’à ce qu’il craque. Je ferais en sorte qu’il est mal comme jamais il n’a souffert. Je me moquais, une fois de plus de lui. Je savais comment il allait. Je le savais car c’était à cause de moi s’il était malade et j’en jouissais totalement et lui montrait avec grand plaisir. A cet instant, je ne l’aimais plus. Même si cette partie de moi est là, au fond, devant lui, je ne suis que celle qui veut le détruire et il l’aura très bien compris.



selena gomezthe heart wants what it wants
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Slade S. Harper
L'Agence

avatar


× Dollars : 831
× Humeur : Ressuscitez moi, je crois que j'ai oublié ce qu'était la vie
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 334

MessageSujet: Re: Je ne serais jamais loin de toi - Slade   Mer 20 Juil - 23:34



Je ne serais jamais loin de toiMême si tu crois avoir touché le fond, ne plus croire en rien, penser au pire, il y aura toujours un espoir qu’un jour tu te réveilles dans un lit, le bonheur au bout des lèvres. ( Maitre Gims → Ma beauté )

Du sang coule encore de ses lèvres. Ce sang pour lequel il a vendu son âme au diable. Sa réserve de sang en était remplit. Wyatt avait tenu paroles. Slade allait continuer a vivre... mais a quel prix ?
Le sorcier termina le reste de sa poche de sang d'un trait et fit tout son possible pour éviter que le liquide rougeatre au gout infame ne refasse le même trajet en sens inverse beaucoup plus rapidement qu'a l'allé. Son corps acceptait de moins en moins de subir cette "nourriture" qui pourtant lui était vitale. Alors il devait lutter, comme toujours. Retrouver ses pouvoirs a l'aide de ce sang n'était plus qu'une question de temps... et de volonté. Il allait guérir ! Il le fallait.
Les mains posées en travers de l'évier, Slade eut une vague pensée pour Milla. Il ne passait pas une journée sans qu'il ne pense a son ex. Qu'était elle devenu depuis tout ce temps ? Etait elle seulement encore en vie ? Et ... Avait elle prévu qu'il finirait par se débarasser de cette malédiction ? Tant de questions sans réponses. Mieux valait y penser le moins possible. Eviter de s'infliger des souffrances supplémentaires. Le cadeau empoisonné de son ex était particulièrement difficile a supporter comme ça. Juge impartiale. Pour l'avoir détruit il avait eu droit a la peine maximale. Prisonnier de ses propres erreurs. Souffrance infinie. Même la mort serait une délivrance d'un gout exquis. Et pourtant il avait choisit de se battre. Ne pas lui donner ce plaisir de le voir mort. C'était sa promesse a lui même.
Slade loucha sur l'énième poche de sang sur le bord du lavabo qui l'attendait, le narguant de son rouge vif. Il soupira. Il n'aurait certainement pas le courage d'en avaler une autre aujourd'hui. Pourtant, les petits pics électriques a l'intérieur de son coeur lui dictait de continuer.
Rien que la vue de cette poche de sang lui donner envie de vomir ses tripes. Comment faisait donc les vampires...
Le sorcier choisit donc de s'arréter là pour le moment et s'essauya la bouche a l'aide d'un mouchoir.
Il n'eut pas le temps de ranger que quelqu'un sonna a sa porte. Il n'attendait personne mais pensa bien vite a Donna qui lui rendait surrement une petite visite surprise. Qui cela pouvait il bien être d'autre a part elle ?
Peut être un peu trop confiant, il ouvrit la porte. C'est en voyant la femme qui se tenait devant sa porte qu'il sentit l'ascenssion fulgurante du sang qu'il venait d'ingurgiter de son estomac vers sa gorge accompagné d'un pic de douleur assez important au niveau du coeur. Coeur qui d'ailleurs loupa un battement, peut être même deux avant de partir dans une course folle incontrolable.  
Milla. Son ex. La cause de tout son malheur venait de pénétrer chez lui aprés plusieurs années plongée dans les méandres de la mémoire de Slade.
Elle était donc toujours en vie. Médusé, il la regarda comme si il venait de voir un fantome. Un fantome surgit tout droit d'un passé qu'il luttait pour oublier chaques jours. Comment, diable, l'avait elle retrouvé ?!
Ses pensées virvoltaient dans tout les sens, a en perdre leurs sens pour venir s'écraser dans un mur.
Incapable de réagir, il dévisagea son ex d'un regard peu descriptible tant les émotions était mélangés. Elle n'avait pas changée. Toujours aussi belle. Elle dégageait toujours ce charme qui avait plu a Slade dés la première fois. Et... sa tenue était la même que lorsqu'ils s'étaient rencontré la première fois. Coincidence ? Bien sur que non...

- Toujours en vie ? Dommage…

Entendre a nouveau sa voix lui provoqua un seisme psychologiques. Un ras de marré émotionnelle qu'il tenta tant bien que mal de cacher. C'est a peine si il avait réagit quand la sorcière était rentrée d'elle même chez lui. Il restait là sur le pas de sa porte. Choqué. Sidéré.... détruit.

- Tu es coriace, je dois l’admettre.

Une phrase qui semble un instant le ramener a la réalité. Dans ce cauchemar réel.
Oui il était coriace. Il vivait. Survivait. Pour quelle n'ait pas a jouir de sa mort. Car aprés tout ce temps, c'était toujours son souhait. Le voir mort.
Le sorcier trouva enfin la force de bouger. Il referma la porte tout en rejoignant Milla dans le salon qui avait l'air de connaitre son appartement aussi bien que lui. Quant a ce fait, il n'eut pas besoin de réfléchir bien longtemps. Elle avait prévu le coup.
Un sourire douloureux se fige un instant sur le visage tendu de Slade. Elle avait toujours eu un coup d'avance sur lui...

PDV Slade on
Je l'écoute. Je l'observe. J'ai presque oublié qu'elle me hait toujours, en dépit que je sois tombé amoureux d'elle il y a des années de cela.
Et je suis tombé. Tellement fort a en sentir mes os se briser.
J'ai touché le fond.
De toute ma vie je n’ai jamais ressenti ça. Rien de pareil. J’ai éprouvé la honte et la lâcheté, la souffrance et la force. J’ai connu la terreur et l’indifférence. Et pourtant, je n’ai jamais connu un sentiment aussi atroce, aussi horrible, aussi paralysant. Je me sens estropié, incontrôlable. Et pourtant vivant. Et c'est bien ça le problème... j'aurai préféré mourir que d'avoir a vivre ces retrouvailles.
Je ne peux m'empêcher de sonder son regard. C'est là que s'opère ma prise de conscience. Mon estomac se noue. J'ai sous les yeux la preuve tangible de ce qu'elle a dû vivre. Je vois dans ses yeux ce qu'il y a, a l'intérieur des miens. Une immense souffrance. Et ça fait mal.
Mes efforts pour oublier ce que j'ai pu faire, pour oublié ce désastreux passé tombent soudain en miettes. Tant que je ferais partie de ce monde je ne pourrais oublier.
Une partie de moi savoure pourtant cette torture.
PDV Slade off

- Comment va cette chère…Aylin ? Ah non, suis-je bête ! Elle est morte cette garce !

Aie. Elle savait trouver les mots pour le toucher. Remuer le couteau dans la plaie. Et pourtant il encaisse. Reste silencieux. Il s'y attendait. Attendre que l'orage passe, c'est tout ce qu'il peut faire. Attendre que la douleur finisse de le consumer.
Aylin... il l'avait aimé. Mais ce n'était rien comparé a ce qu'il éprouvait pour Milla. Ce qu'il éprouvait encore pour Milla.
Il l'avait trompé. Ce vampire insaisissable qu'il était censé traqué avec Milla. Au lieu de ça, il en avait fait son amante. Elle en avait payé le prix de sa vie.
De vieux souvenirs enfouit ressurgissent. Comment avait il pu oublier...
La sorcière s'apprête a prendre a nouveau la parole. Il s'attend a un dernier coup bas. Se prépare mentalement a souffrir un peu plus. Toujours plus. Il n'y a pas de limite pour ce genre de chose. Condamné a perpétuité. Souffrir jusqu'a ce que mort s'en suive.

- Alors, dis-moi, mon amour. Comment vas-tu ?

Slade la dévisage de son regard froid. Pas besoin de mot, son regard parle a sa place. Il trouve enfin le courage de lui répondre.

- Alors quoi ?! t'es venu vérifier si j'étais pas mort ? Petit rire. Manque de bol je suis toujours là et pas pret de crever. Le silence s'impose, il se décide a poser la question. Comment tu m'as retrouvé ?

Comment tu m'a retrouvé...



© 2981 12289 0

________________________________


Nothing is impossible
Deux, trois, quatre, cinquante mille éclats d'émotion me poignardent en plein coeur, se liquéfient en gouttes de miel tièdes qui apaisent mes bleus à l'âme. On se tuait en essayant de rester en vie. + ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Milla B. Thorpe
L'Agence

avatar


× Dollars : 580
× Humeur : Transit d'amour
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 59

MessageSujet: Re: Je ne serais jamais loin de toi - Slade   Jeu 21 Juil - 0:17


Slade

ft. Milla

Je ne serais jamais loin de toi.
Je ne vais pas nier que le voir désorienté en me voyant ne m’a pas fait plaisir. Je sais ce qu’il ce passe dans sa tête, car c’est ce qu’il se passe dans la mienne, mais je le cache mieux que lui, je le dois, je n’ai pas le choix.
Je le vois perdu dans ses pensées et je ne pourrais pas lui en vouloir de repenser à elle, à moi, à nous, à tout ce qui c’était passé. J’y repense souvent. Trop souvent à mon gout. Comme à chaque fois que je tue une vampire, une femme, une brune. Même voir une brune, une humaine, louve, sorcière me donne des frissons. J’ai une rage intense dans mon être qui cri toujours et qui veut hurler à la face de Slade.
Je le toise avec un sourire, je ne peux m’empêcher de jubiler à voir sa tête ainsi perdu de me voir ici, chez lui, devant lui. Mon regard se fait noir et je fais un pas vers lui. Je veux que son cœur s’emballe, je veux que sa maladie devienne de pire en pire, je veux le voir souffrir de ma part. Mon sourire ne s’efface pas, je ne peux pas et surtout, je ne veux pas. J’ai vécu depuis tant d’année avec cette haine qu’elle ne peut pas partir comme ça, pas maintenant que je peux voir l’étendu du massacre que j’ai fait. Je veux voir dans ses yeux la douleur quand il saura la totalité des surprises que je lui ai faite.
Je vois son regard changé et je ne peux que ricaner. Que pense-t-il faire face à moi ? Il ne peut rien et ça, même s’il avait ses pouvoirs, il ne pourrait jamais rien faire contre moi. J’ai dans l’espoir d’avoir toujours cette place dans cette moitié de cœur qui fonctionne en moi et à croire son regard, son cœur bat pour moi et ce, même s’il profite d’autres pauvres filles.
Il s’énerve et le voir ainsi, plein de fougue me fait mal au cœur tout en me réjouissant. Il a toujours de la force, pourtant, il n’est plus qu’un cadavre ambulant.
- Un conseil, ne t’énerve pas… Tu vas user le peu d’énergie que dans ma grande bonté, je t’ai laissé.
Je me retourne et prend une chaise pour m’y assoir. Il ne bouge pas et de mon regard en coin, mon sourire s’agrandit. Il est faible et je le sais, il le sait. Je fronce les sourcils et usant de mes pouvoirs fait bouger la chaise en face de moi pour que celle-ci s’éloigne de la table. J’en profite pour sortir mon revolver et pose celui-ci sur la table.
- Prend place, mon amour, je t’en prie, nous avons à parler.
Je croise les jambes, je joue avec les doigts et je laisse les secondes s’écouler avant de prendre une profonde respiration.
- Comment je t’ai retrouvé, c’est ça que tu veux savoir ? Peut-être veux-tu savoir comment je me porte avant ? Après tout, c’est ça qui t’a toujours importé, non ? Ma santé, mon mental, moi après tout. J’ai quelqu’un dans la vie. Oh et ce quelqu’un est fabuleux ! Il est un homme, ce que toi, tu ne seras jamais !
Je me mords la lèvre, consciente que je mens, mais lui, il ne sait pas. Il n’a aucun moyen de savoir que je mens, mais je veux voir ses yeux s’assombrirent et je veux voir sa souffrance augmenter à mesure que je parle et je n’ai pas fini. Je joue avec mon arme, je lui intime de se taire et je ne suis même pas sûre qu’il veut parler. Il doit écouter, il me le doit.
- Peut-être veux-tu vraiment savoir ? Je travaille toujours et pour l’Agence, mon but est simple exterminer les vampires et je dois dire que grâce à toi, c’est devenu un réel plaisir. D’ailleurs, j’ai de bons collègues. Je me suis liée avec un vampire, un certain Wyatt Corbin, mais je n’ai pas besoin de te le présenter, n’est-ce pas ? D’ailleurs, tiens, j’ai quelque chose pour toi.
Je tire un bout de papier de mon soutient gorge. A défaut d’avoir beaucoup de poche, ça, ça sert. Je présente le bout de papier et je regarde son visage lorsqu’il lit son nom et celui du vampire ainsi que les signatures.
- Ton contrat est fichu. J’ai de meilleurs arguments que toi visiblement. Il ne t’aidera plus et j’ai entendu dire, que s’il te voit, il te présentera mes amitiés.
Je me laisse allez sur le dossier de la chaise et lève le visage pour regarder le plafond, sourire aux lèvres.
- Où tu veux savoir si je ne compte pas allez voir cette…Donna et avoir une discussion avec elle ? Tu ne veux pas savoir ce que je pourrais lui faire ? Ce que je pourrais lui dire pour faire en sorte que tu te retrouves seul, à nouveau ?
Je plonge mes yeux dans les siens, ma main glisse sur mon arme. Il sait que je ne rigole pas, même si je pense qu’il doute que je puisse m’en servir, pourtant, je suis déterminée. J’ai ouvertement menacée cette humaine sans importance aux yeux du monde, mais importante à ses yeux. Je ne lui ferais rien, mais lui, il ne le sait pas et voir la peur et la colère m’anime un peu plus.
- Comme tu as dit, tu n’es pas prêt de crever, mais laisse-moi te dire que j’ai détruit toutes tes chances de te sauver. J’ai bien dit…Toutes.
Je laisse planer le doute, il ne sait pas que je connais sa cachette, sans doute qu'il n'imagine rien et que s'il garde le secret dessus, je ne saurais rien et pour l'instant, je lui laisse croire que mon forfait s'arrête là, que je n'irais pas plus loin. Pourtant, c'est mal me connaitre.



selena gomezthe heart wants what it wants
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Slade S. Harper
L'Agence

avatar


× Dollars : 831
× Humeur : Ressuscitez moi, je crois que j'ai oublié ce qu'était la vie
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 334

MessageSujet: Re: Je ne serais jamais loin de toi - Slade   Jeu 21 Juil - 12:08



Je ne serais jamais loin de toiMême si tu crois avoir touché le fond, ne plus croire en rien, penser au pire, il y aura toujours un espoir qu’un jour tu te réveilles dans un lit, le bonheur au bout des lèvres. ( Maitre Gims → Ma beauté )

A présent ce sont des flashs a intervalles réguliers qui viennent lui brouiller la vue. Le détruire encore un peu plus. Rouvrir cette plaie béante qui s'était si mal refermée.
Aylin. Milla. Son mensonge.
Sa traque.
Sa malédiction.
Sa fuite.
Sa vie.
Il se noie dans son propre esprit.
Et je ne sais pas nager.
Slade a littéralement mal au coeur mais ne peu s'empêcher de revivre a un a un ces douloureux souvenirs qu'il avait pourtant cru enterré assez profond pour qu'ils n'aient plus a ressortir. Jamais.
L'impression de marteler un mur invisible. Comme si il ne pouvait ni respirer, ni entendre hormis son coeur a vif qui bat dans ses oreilles.
Le passé le ronge, le présent l'opresse et le futur l'écrase.
Il est faible et elle le sait. Parce qu'en fin de compte, ce sont nos émotions qui nous affaiblissent, pas nos actes.
Voila sa vie, cet univers misérable...

- Un conseil, ne t’énerve pas… Tu vas user le peu d’énergie que dans ma grande bonté, je t’ai laissé.

Un rictus traverse son visage tandis que sa gorge se serre encore un peu plus. Sa bonté elle pouvait se la garder. Ce jour là, il aurait tout donné pour mourir si il avait su ce qui l'attendait.
Le sorcier l'observe prendre place a la table en face de lui, utilisant ses pouvoirs pour faire reculer la chaise. Il serre les dents. Même ça il ne peut plus le faire.
Slade fait quelques pas puis se fige face au revolver que Milla vient de déposer. Sa méfiance monte d'un cran. La balle dans ce revolver devait lui être destinée... et l'es surrement toujours. Etait elle venu pour le tuer ? S'était elle lassée du spectacle ? Tout était possible. Il la connaissait mieux que personne. Elle était capable de tout.
Tandis que la sorcière lui proposait de la rejoindre, il hésita. Mais au fond, avait il vraiment le choix ?
Il s'installa donc a la table en face de son amour de toujours qui semblait prendre un réel plaisir face a la situation. Avait elle réellement oublié toutes ces années de complicité et de bonheur ? Si ce n'était pas le cas elle cachait bien son jeu.
Le regard de l'homme passa de l'arme a Milla.

- Comment je t’ai retrouvé, c’est ça que tu veux savoir ? Peut-être veux-tu savoir comment je me porte avant ? Après tout, c’est ça qui t’a toujours importé, non ? Ma santé, mon mental, moi après tout. J’ai quelqu’un dans la vie. Oh et ce quelqu’un est fabuleux ! Il est un homme, ce que toi, tu ne seras jamais !

Il se fige dans une grimace de douleur. C'est peut être ça le plus douloureux. Savoir quelle avait refait sa vie. Sans lui.
Non...
L'imaginer parler a un autre homme, embrasser un autre homme, faire l'amour avec un autre homme que lui. Ca le rendait littéralement fou. Jaloux. Ridicule...
Imaginer un autre homme que lui poser ses mains sur son corps si doux, ses lèvres sur sa bouche, son visage dans son cou au doux parfums fruités. Non. Non...
En cet instant n'importe quelle homme aurait pu craquer. Se mettre a pleurer. Mais pas lui. Non pas qu'il ne voulait pas. Il ne pouvait pas. Les larmes ne venait pas. Ne venait plus. Sécheresse occulaire. Aucun moyen de se soulager. Subir.
Souffrir.
...
Mourir.
Tout ça aurait pu finir autrement. Ils auraient pu s'aimer pour l'éternité. Milla aurait pu. Mais il a fallut qu'il gache tout. Conséquences de ses erreurs. Il regrettait. Se maudissait. Mais c'était trop tard. Trop tard pour se faire pardonner. Trop tard pour reconquérir Milla. Trop tard pour... vivre.
Trop tard.
Il aimerait pleurer. Aimerait qu'il y ait en ce monde quelqu'un capable de le comprendre.
Capable de le consoler. En vain.
Coupable, comme toujours. Coupable, depuis tant d'années.
D'un signe de tête il résume sa solitude.

- Peut-être veux-tu vraiment savoir ? Je travaille toujours et pour l’Agence, mon but est simple exterminer les vampires et je dois dire que grâce à toi, c’est devenu un réel plaisir. D’ailleurs, j’ai de bons collègues. Je me suis liée avec un vampire, un certain Wyatt Corbin, mais je n’ai pas besoin de te le présenter, n’est-ce pas ? D’ailleurs, tiens, j’ai quelque chose pour toi.

Chute vertigineuse dans les entrailles de lui même. Elle connait Wyatt. Ce monstre. Ce mercenaire avec qui il avait pactisé. Ses services en échange de son sang. Il se demande si le cauchemar va cesser un jour. Mais il n'est pas au bout de ses surprises...
Milla lui tend un bout de papier. Sa signature. Celle de Wyatt. Quelques lignes. Il n'a pas besoin d'en voir plus. Son sang se glace. Il manque de défaillir. L'impression que la tempêrature chute de 10° dans la pièce. Ses mains posées sur le bord de la table se mettent a trembler. Il refuse de croire a ce qu'il voit. Il a du se tromper...
Et pourtant il a beau relire, chercher un sens caché, il faut se résoudre a l'évidence. Milla est passée par là. Wyatt ne lui donnera plus son sang.
Ses rêves de retrouver un jour ses pouvoirs et de guérir de la malédiction deviennent soudain un doux rêve au gout amer.

- Co... comment as tu pu... Souffle il.

Slade ferme les yeux, certains qu'il va se réveiller mais la voix de son ex le ramène malheureusement a la réalité.
Nouveau coup dur. Elle vient de mentionner le nom de Donna. Là encore elle est au courant. Il ne sait encore combien de temps il pourra encaisser ainsi. Mais entendre Milla menacer sa petite protégé le fait réagir.
Son poing s'abat sur la table, sa voix grave résonne dans l'appartement.

- Si tu touches a Donna, je te jure que...

Il n'y aura pas de fin pour cette phrase qui avait pourtant si bien commencé. La réalité s'impose a lui. Que pouvait il faire contre Milla ? La tuer ? Il sera mort bien avant elle. Sans pouvoir, aucun moyen de sauver Donna.
Et cette douleur insupportable qui ne cesse de le tirailler...

- Comme tu as dit, tu n’es pas prêt de crever, mais laisse-moi te dire que j’ai détruit toutes tes chances de te sauver. J’ai bien dit…Toutes.

Un rire nerveux s'échappe de la bouche de Slade. Il toise Milla d'un air de dégout.

- Wyatt n'es plus de mon coté, et alors ? Pauvre folle, cette ville pulule de vampire ! S'emporte il.

Soudain ses pupilles s'élargissent. Il vient de faire le rapprochement.
J’ai quelqu’un dans la vie.
Wyatt. Wyatt était ce quelqu'un. Il en était presque sur. Sans ça, comment aurait elle réussit a rompre le contrat entre lui et Slade ?
Il se lève d'un bond, renverse sa chaise et pose ses mains en travers de la table, nez a nez, face a Milla, affrontant son regard couleur noisette, guidé par la haine et la jalousie.

- Comment as tu pu me remplacer par Wyatt ?! C'est un mercenaire ! Un mércenaire ! Il n'en a que faire de toi ! Tu l'interesse seulement pour les contrats, ensuite il te tuera ! Il déglutit. Tu es tellement manipulable que tu ne le vois même pas. Tu es tombée bien bas...

Il se laisse retomber sur sa chaise. Epuisé par le flot de haine et de jalousie qu'il venait de déverser.





© 2981 12289 0

________________________________


Nothing is impossible
Deux, trois, quatre, cinquante mille éclats d'émotion me poignardent en plein coeur, se liquéfient en gouttes de miel tièdes qui apaisent mes bleus à l'âme. On se tuait en essayant de rester en vie. + ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Milla B. Thorpe
L'Agence

avatar


× Dollars : 580
× Humeur : Transit d'amour
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 59

MessageSujet: Re: Je ne serais jamais loin de toi - Slade   Jeu 21 Juil - 13:42


Slade

ft. Milla

Je ne serais jamais loin de toi.
Sa réaction était encore mieux que ce que je ne pensais. J’aurais pu, j’aurais dû rire, mais à quoi bon enfoncer un cadavre ? Il n’était plus rien et je le voyais maintenant. Je voyais l’ampleur de ma haine sur son visage et non, je ne regrettais rien ! Tout était de sa faute ! Il ne payais que les conséquences de ses actes. Je peux imaginer tout ce qu’il pense, et en guise de réponse, je garde un habituel sourire narquois. Il a perdu, il le sait maintenant. Il avait une chance tant que je n’étais pas là, mais maintenant, c’est fini. Il est fini.
- Si tu touches a Donna, je te jure que...
Je croise mes mains et penche la tête avec une lueur dans les yeux.
- Tu vas me faire quoi au juste ?
Je le vois dans ses yeux, il ne peut rien me faire. Le désarroi total qui l’ampli me fait un bien immense. Ca calmerait presque ma douleur. Ca calmerait presque l’immense vide qui est à l’intérieur de moi.
- Elle est belle, cette petite blonde. Elle a l’air tellement fragile. Ça serait dommage qui lui arrive un…accident, non ?
Mon sourire s’agrandit lorsqu’il rit à son tour, lorsqu’il me parle comme si enlever Wyatt de ses plants n’était pas grave. Pourtant, je lui ai mis une épine dans le pied. Wyatt était le seul qui pourrait le faire avec un semblant de volonté, sans ça, il devra se battre, mais il ne peut rien faire. Sans ses pouvoirs il n’est qu’un humain et un humain ne peut rien contre un vampire. Il est perdu. Encore et toujours.
Je ne l’avais pas fait pour ça, mais lorsqu’il me dit que je l’avais remplacé par Wyatt, je fus plus que surprise. Je n’avais pas pensé à ça. Je n’avais pas pensé à lui faire croire que mon faux ami était Wyatt. C’était encore mieux que ce que je pensais ! Je ne pouvais m’empêcher de sourire, c’était encore plus risible. Il était pitoyable et c’était parfait. Il tombé dans un piège que je n’avais presque pas tendu.
- Te…remplacer ? Vraiment ? Tu oses me dire ça, à moi ? Tu as le culot de prononcer ces mots ? Tu m’as remplacé par une raclure alors que nous étions sensé être heureux ! Alors ne viens pas me faire des leçons de moral ! Tu n’en as aucun droit !
Me tromperais-je en disant que l’idée que Wyatt me tue ne lui fais pas plaisir ? Me tromperais-je en voyant dans ses paroles, un reste d’amour et de la jalousie ? Ainsi c’est la place que j’occupe ? Alors qu’il m’a remplacé bien avant que je ne le fasse, pour la simple et bonne raison, que jamais je n’ai pu le remplacer.
- Parce que tu crois que je l’aime ? Que je suis aussi…manipulable ? Grâce à toi, je ne peux plus. Je ne sais même plus ce que vous autres, appelé amour. Il n’y a pas d’amour entre lui et moi, juste des services et des petits plaisirs. Et je dois dire, que lui, me combles…Vraiment.
Je me mords la lèvre en faisant mine d’imaginer Wyatt. Cette idée ne me répugne pas, mais elle ne m’est pas agréable. Pourtant, je le cache tellement bien que Slade ne l’a pas compris et je trouve ça encore plus drôle. Cette histoire tourne de façon à ce que je sois encore plus satisfaite que je ne le pensais en arrivant ici. Il creusait lui-même sa propre tombe.
- Tu ne comprends donc pas ? En faisant parti de l’Agence je dispose de moyen infaillible pour te détruire car notre but est de vous exterminer, vous, les créatures hors du commun. Je ne suis pas idiote, je suivrais, mais tant que tu es mort le premier, ça me va.
Je sais que je serais trahi par l’Agence une fois que nous aurons réussi notre méfait, mais j’aurais réussi ce pourquoi mes parents se battaient, alors à quoi bon rester si Slade n’est plus ? L’idée de le voir mourir, de le savoir mort me tuera sans doute, mais je ne pourrais jamais accepter ce qu’il a fait et continue de faire. Si seulement il pouvait faire un pas vers moi…
Je m’approche doucement de lui et pose ma main sur sa joue avec une tendresse tellement faussée que la lueur noire dans mes yeux est encore plus forte.
- Slade, Slade, Slade. Tu es tellement naïf. Je peux sentir ton cœur, je l’entends se battre contre moi, mais tu n’y arriveras jamais…Et ça, parce que tu as osé me trahir.
J’approche mon visage du sien, nos lèvres sont tellement proches, mais avant qu’il ne puisse tenter quelque chose, je saisis mon arme et rapidement, sans aucun préambule, je lui tire dans l’épaule. La détonation ne me fait pas sursautée, je donne l’impression de le vouloir, pourtant, je viens de tirer sur le seul amour de ma vie. Cependant, je ne peux pas culpabiliser, si j’en suis là, c’est de sa faute. Je lui en veux terriblement, pourtant, je vais lui accorder quelques minutes de répit, quelques minutes de bonheur… Mais chez moi, ça se paie et il le comprendra vite.
Je le vois se tordre de douleur, je glisse mes doigts dans sa plaie, me moquant d’augmenter sa souffrance. Je ne peux plus faire marche arrière. Je dessine quelques symboles sur la table et tout en prenant sa main dans la mienne, je pose une pierre sur la table, au milieu de tout ça.
Des incantations sortirent de ma bouche à mesure où une lumière passait à travers nos mains. Je regardais autour de moi, de nous, d’un Slade blessée où les murs changeaient, l’appartement en lui-même se transformait. Je prenais beaucoup de mes forces, mais c’était le prix à payer. Une fois mon méfait fini, je lâchais la main de Slade un peu à contre cœur pour m’en éloigner.
Je reculais de quelques pas et ce que je vis me perturba au plus haut point. C’était notre maison, chez nous, dans notre bulle. Les larmes me montèrent aux yeux, mais il ne le vit pas, je ne voulais pas qu’il pense que ça me faisait quelque chose. Je lui tournais le dos, anxieuse. Ce que je m’apprêtais à faire, à la fin, le conduirait plus rapidement vers la mort.
Je ne savais pas quoi lui dire. Je l’avais fait revenir chez nous. Penserait-il que je lui avait pardonné ? Du coin de l’œil je voyais son épaule, il n’y avait plus de traces de sa blessure. Il savait que j’avais tiré, mais il n’y avait pas de sang, pas de trou, pas de douleur, juste…rien.
Nous étions là, lui, moi, nous chez nous dans ce qui avait longtemps été notre paradis sur terre.
- J'avais besoin de ton sang pour ça.



selena gomezthe heart wants what it wants
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Slade S. Harper
L'Agence

avatar


× Dollars : 831
× Humeur : Ressuscitez moi, je crois que j'ai oublié ce qu'était la vie
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 334

MessageSujet: Re: Je ne serais jamais loin de toi - Slade   Jeu 21 Juil - 23:23



Je ne serais jamais loin de toiMême si tu crois avoir touché le fond, ne plus croire en rien, penser au pire, il y aura toujours un espoir qu’un jour tu te réveilles dans un lit, le bonheur au bout des lèvres. ( Maitre Gims → Ma beauté )

Tandis que Milla reprend la parole, sidérée par ce que Slade avait pu dire, le sorcier laisse ses pensées vagabonder. Milla. Aylin. Milla. Aylin. Tout un tas de souvenirs aussi dur a affronter les uns que les autres.
Il se revoyait devant la tombe improvisée de son amante que son partenaire vampire avait crée avant de fuir a tout jamais. C'était juste avant de fuir lui aussi. Déjà atteint par la malédiction, le sorcier s'était agenouillé devant la pierre tombale et lui avait longuement parlé. Longuement pleuré aussi. C'était la dernière fois qu'il s'était laissé allé ainsi. Laisser libre court a sa souffrance qui venait a peine de débuter. Pleurer parcequ'il n'avait pas su la protéger. Pleurer parcequ'il avait tout gaché. Pleurer parcequ'il venait de perdre Milla. Deux départs en quelques heures, dont un définitif.
J'ai déjà un pied dans la tombe, crois moi.
Tu veux savoir mon secret ? Je me suis laissé berné par une femme.
Le destin te rattrape toujours. Ou que tu sois il te retrouvera.
Moi... il m'a déjà retrouvé.

Slade n'avait jamais oublié ces dernières paroles. Aprés ça, tel un lache, il avait déserté les lieux, fuit ses responsabilités et laissé sang et désespoir derrière lui. Aprés son départ, Milla avait surrement du retrouver la tombe d'Aylin et la saboter.
Tout un tas de souvenirs qui lui revenait en mémoire. Une mise en bouche comparé a ce que son ex lui réservait.

- ... Parce que tu crois que je l’aime ? Que je suis aussi…manipulable ? Grâce à toi, je ne peux plus. Je ne sais même plus ce que vous autres, appelé amour. Il n’y a pas d’amour entre lui et moi, juste des services et des petits plaisirs. Et je dois dire, que lui, me combles…Vraiment.

Il tourne la tête d'un air de dégout, refuse d'affronter la vérité dans le regard de Milla. Si seulement il savait...
Ce calvaire aura il seulement une fin un jour...
Arrivé a un moment ou le corps a atteint un seuil de douleur maximal, lache il ? Le coeur s'arrête il ? En cette instant, il aimerai que la réponse soit oui.
Y a t'il un autre monde aprés la mort ? Cet autre coté dont tout le monde parle. Une fois mort ce sera le fantome d'Aylin qui le hantera ainsi que tout les vampires morts pour leur sang. Pas de temps mort pour la souffrance. Un prophète annoncant mort et destruction.
Vivre avec la peur chevillé au corps, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, tel est son terrible sort, à présent. Le sort de tous ceux qui sont à la merci d’un autre. Lui, était a la merci d'une femme. Une femme qu'il avait trahit. On récolte ce que l'on sème.
Slade ose enfin affronter le regard de son bourreau... et écoute son coeur agoniser.
Pas de plaisir sans douleur. Oh ça, il l'avait comprit. Maintenant il devait souffrir. Pour elle. Pour tout ce mal qu'il avait engendré.
Milla continue de parler mais il a perdu le fil. N'écoute plus. Tout ce qu'il entend c'est les fantomes de son passé qui crient vengeance.

- Tu ne comprends donc pas ? En faisant parti de l’Agence je dispose de moyen infaillible pour te détruire car notre but est de vous exterminer, vous, les créatures hors du commun. Je ne suis pas idiote, je suivrais, mais tant que tu es mort le premier, ça me va.

Psychologiquement il n'est plus là. Ou presque. Moyen de protéger le reste de vie qui s'accroche. Le sorcier fusille Milla du regard. La tué a l'intérieur de sa tête, c'est tout ce qu'il peu faire.
Il voit dans ses prunelles la douleur, les séquelles qu'elle subira à vie.
Pour elle aussi, ce sera perpétuité. Condamnée à souffrir éternellement.
Ils finiront par se noyer dans leurs tourments. Comme ils se noient dans leurs cauchemars.
Soudain un contact le fait trésaillir. La main de Milla sur son visage le brule a vif mais pourtant il refuse de reculer. Cette main sur son visage, il l'avait rêvé pendant tant d'années. Cette soudaine tendresse le fait douter. Il y a un piège. Il y a toujours un piège...

- Slade, Slade, Slade. Tu es tellement naïf. Je peux sentir ton cœur, je l’entends se battre contre moi, mais tu n’y arriveras jamais…Et ça, parce que tu as osé me trahir.

Il reste de marbre quand le visage de Milla se rapproche dangereusement du sien. Ses lèvres a quelques millimètres des siennes. Il n'as qu'a s'approcher pour s'unir a nouveau avec ce monstre qui lui fait tant de mal. L'amour fait mal.
Ses lèvres s'entrouvent, sa respiration s'accèlère. Résister. Ne pas craquer.
Il y a toujours un piège...
Se battre contre soi même quand tout notre corps nous intime de lacher prise.
Et c'est ce qu'il fait. Laisser chaques tensions disparaitre pour tout laisser remonter en flèche quand la balle traverse son épaule droite. Elle vient de lui tirer dessus.
Slade bascule en arrière dans un hurlement terrifiant. Tout son corps est secoué de spasmes. La douleur le transperce de part et d'autres et celle ci est bien plus réel. Plus intense.
Assis sur les fesses, il se contorsionne pour reculer contre le mur du salon, sa main pressant le trou béant, déjà imbibé de sang. De quoi attirer tout les vampires a la rondes. Un rictus de douleur se fige sur son visage.

- T'es malade ! Comme ci un coeur a moitié mort ne suffisait pas ! Beugla il.

La douleur rendait sa voix plus aigue. Ses gémissements emplissait l'appartement sous le regard satisfait de Milla.
Les yeux du sorcier s'humidifiait au fur et a mesure que le sang coulait. Mais les larmes, elles, ne coulait pas. Panne sèche depuis bien longtemps.
Slade laissa retomber sa tête en arrière contre le mur et ferma les yeux, persuadé que son heure était venu. Ce moment tant attendu. La libération tant redoutée. Mais tant souhaitée.
Pourtant rien ne se passait. La mort ce faisait attendre. Comme toujours.
La douleur dans son épaule sembla soudain disparaitre. Celle a l'intérieur de son coeur meurtrit aussi. Surrement la raison qui le fit ouvrir les yeux.
Le sorcier ne remarqua pas de suite que les lieux avait changés. Il observa d'abord attentivement sa blessure. Il se palpa. Plus de trou. Plus de sang. Plus de souffrance.
C'est là qu'il reconnu les lieux. Le papier peint, la disposition des meubles, jusqu'a l'odeur de la maison. Rien n'avait changé.

- J'avais besoin de ton sang pour ça.

Mais pour quoi au juste ? Pour le ramener dans le passé ? Lui montrer ce qu'il avait perdu ? Ou bien était ce pour lui signifier que tout avait finit par être pardonné ?
Slade se leva lentement sans quitter Milla du regard. Elle lui offrait son dos, ne pouvant voir son visage. Il resta longuement interdit face a ce retournement de situation inédit. Puis, ses yeux se posèrent sur le revolver non loin de lui. Ce même revolver qui avait faillit le tuer. Il serra les poings, regardant l'arme avec un peu trop d'insistance. Soudain celui ci bougea comme par magie. Un frisson parcourue son échine. Etait ce... lui ?
Il regarda ses mains et tenta l'impossible. Il tendit sa main droite vers le revolver et se concentra pour le faire bouger. L'impossible qui se révéla pourtant possible. L'arme attérit dans sa main. Il venait de retrouver ses pouvoirs.
Pris de panique, il laissa retomber l'arme a ses pieds. Comment était ce possible...
Slade reporta son attention vers Milla.

- Qu'as tu fais ? ...

Il n'attendit pas de réponse, la forcant a se retourner a l'aide de ses pouvoirs enfin retrouvé. Mais pour combien de temps ?
Pris d'une haine sans nom, sa main vrilla vers la droite. Il vit Milla porter ses mains a son cou. Il était en train de l'étrangler a distance. Il serra les dents. La voir souffrir était difficile a supporter, pourtant il ressera son emprise jusqu'a ce qu'une larme coule des yeux de son amante.
Il détourna le regard, cessa la magie, ne pouvant allé plus loin. Slade l'attira alors a elle, la prit dans ses bras.

- Je suis désolé. Pour tout...

Il enfouit son visage dans le cou de Milla tandis que l'illusion de son ex commençait tout doucement a se désagréger...






© 2981 12289 0

________________________________


Nothing is impossible
Deux, trois, quatre, cinquante mille éclats d'émotion me poignardent en plein coeur, se liquéfient en gouttes de miel tièdes qui apaisent mes bleus à l'âme. On se tuait en essayant de rester en vie. + ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Milla B. Thorpe
L'Agence

avatar


× Dollars : 580
× Humeur : Transit d'amour
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 59

MessageSujet: Re: Je ne serais jamais loin de toi - Slade   Ven 22 Juil - 0:13


Slade

ft. Milla

Je ne serais jamais loin de toi.
L’envie de l’embrasser était aussi forte que l’envie de le tuer.  Sa respiration, le gout de ses lèvres, la tendresse de son étreinte, la chaleur de ses bras et l’osmose de se sentir complet… Mais c’était fini et je ne devais pas l’oublier.  Comme si un cœur à moitié mort ne suffit pas ? Je lui lance un regard mauvais. Non, ça ne se suffit pas, ça ne suffira jamais. Il doit souffrir, il doit mourir. Son sang sur mes doigts me secoue le cœur, me noue l’estomac, mais je n’ai pas le choix, si je veux taper là où ça fait mal, je n’ai pas le choix. Si je veux, moi aussi profité de ce mensonge, je n’ai pas le choix. C’est un sort tout aussi dangereux et ignoble que la malédiction que je lui ai lancé, car à la fin, il sera affaibli.
Du coin de l’œil, dans notre ancien chez nous, je pouvais le voir se toucher et être plus qu’étonné de ne rien avoir alors que je lui avais tiré dessus. C’était causasse. Ainsi, même maintenant, il ne se doutait pas encore que j’étais son pire cauchemar.
A chacun de ses mouvements je me crispais, je ne voulais pas qu’il comprenne la supercherie et je ne voulais pas qu’il fasse un geste, peu importe lequel. C’était un jeu dangereux pour moi, j’en avais bien conscience, mais la vengeance est dure et froide…comme l’être qu’il a fait de moi.
Je le vis, tentant de cacher mon sourire moqueur par un sourire doux en le voyant recouvrir sa magie.
C’est ça, vas-y Slade, utilises tes pouvoirs…
- Qu'as tu fais ? ...
Je ne voulais pas répondre et il ne m’en laissa pas le temps. Il ne voulait pas ma réponse, il voulait se venger, je le voyais dans ses yeux. Mon corps ne m’obeit plus, et je dû lui faire face. Mes yeux le toisaient, mais mon visage était fermé. Je ne laissais rien transparaitre, je ne pouvais pas. D’un côté parce que je devais être forte, pour moi, de l’autre, pour ne pas craquer et revenir vers lui, je ne le devais pas. L’air me manqua rapidement. Je n’avais pas prévu son acte, je n’avais pas prévu qu’il attente à ma vie. Je ne pouvais pas respirer, je n’y arrivais pas et la tête commença à me tourner. Il fut pris de la même faiblesse que moi. Il ne pouvait me tuer, comme je n’arrivais pas à le faire et alors que je tentais de reprendre constance, je me retrouvais contre lui. Son visage, son souffle me fit frissonner et mes yeux s’écarquillèrent. Je n’avais pas prévu que notre contact se passe aussi rapidement. Je devais réagir, je devais faire quelque chose…pourtant, je ne voulais pas. Les larmes me montèrent aux joues et je du me mordre la lèvre pour ne pas craquer
- Je suis désolé. Pour tout...
Mon cœur se serra et je loupais quelques battements en sentant le cœur de mon ancien compagnon contre ma peau. Ils étaient à l’unisson, encore. Les bras contre mon corps pendant un moment, mes mains glissèrent sur son dos et l’une continua pour se faufiler sur sa nuque. C’était dur, plus dur que je le pensais, sans doute était-ce pour ça que quelques larmes coulèrent pour venir ruisselait sur la peau de Slade.
- Je nous ai laissé une chance… Une chance que tout redevienne normalement… Toi et moi, les sorciers. Toi et moi…ensemble.
Je fermais les yeux avant de m’éloigner un peu de lui, relevant son visage. Je ne ferais pas en sorte de craquer, je ne pouvais pas.
- Pourtant, tu n’es pas désolé… Regarde-nous… Nous sommes ici, chez nous, c’était avant que tu ne me trahisses…Que tu détruises tout. Que tu brises mon cœur, que tu brises ma vie. Oh Slade, comment as-tu osé…
La colère commença à monter en moi et l’ambiance calme et détendu qui régnait commença à devenir électrique. Les murs se mirent à trembler légèrement, la pression se fit plus forte. Je tentais de me calmer, car je voulais qu’il use un peu plus de magie, qu’il use de ce qui était lui au final.

Je me retournais en cachant mon visage par mes mains tout en prenant de longues respirations. Puis, je me retournais à nouveau, cette fois vers lui avec un sourire plus ou moins vrai.
- Tu as tes pouvoirs mon amour… Que veux-tu faire ? Profites de cette chance ! Ça ne pourra pas se passer toujours…Redeviens le sorcier que j’ai…aimé…
Je faisais bonne figure, il ne pouvait pas comprendre, il ne pouvait pas se douter. J’étais sa plus grande faiblesse et jamais il n’aurait assez d’esprit et  de hargne pour se mettre à ma place et imaginer ce que j’étais en train de lui faire.
J’approchais et ma main glissa sur sa joue, comme je l’avais fait tant de fois.
- Quand je t’ai rencontré, j’ai commencé à vivre… Quand je t’ai rencontré, j’ai trouvé un sens à ma vie. A présent, je tente de t’aider… Laisses-toi faire ! Fais danser les étoiles pour moi…
Danser les étoiles. A chaque fois que nous avions fait l’amour, ce qui arrivait souvent, mais aussi à chaque fois que j’avais mal, que j’étais blessé où que j’en avais besoin, Slade arrivé à faire voler quelques lumières blanches et à les faire danser pour moi. C’était un spectacle que j’aimais car il ne le faisait que pour moi. Sans doute était-ce trop nian-nian ou quelque chose de ce genre pour moi, pour nous, mais je me sentais tellement forte à cet instant. Forte, comprise et aimée. Lui laisser comprendre que je le voulais devait lui toucher le cœur, devais lui montrer que j’étais ici, présente pour lui et rien que pour lui.




selena gomezthe heart wants what it wants
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Slade S. Harper
L'Agence

avatar


× Dollars : 831
× Humeur : Ressuscitez moi, je crois que j'ai oublié ce qu'était la vie
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 334

MessageSujet: Re: Je ne serais jamais loin de toi - Slade   Ven 22 Juil - 15:35



Je ne serais jamais loin de toiMême si tu crois avoir touché le fond, ne plus croire en rien, penser au pire, il y aura toujours un espoir qu’un jour tu te réveilles dans un lit, le bonheur au bout des lèvres. ( Maitre Gims → Ma beauté )


Il est à nouveau frappé par le fait qu’il est impossible qu'ils soient ici. Dans cette maison ou tout s'était joué. Ses cheveux sont si longs qu'ils tombent au milieu de son dos. Il doit serrer les poings contre ce besoin spontané d’y faire courir ses mains. Elle est si belle.

PDV Slade on
Et même si elle me hait du plus profond de son être, je ne peux m'empêcher d'être fasciné par elle.  jaloux, même, du pouvoir qu'elle exerce sur moi. Je veux tellement faire partie de son monde. Je veux savoir ce que c'est que d'être dans son esprit, de ressentir ce qu'elle ressent a nouveau. Ça semble être un poids énorme à porter. Je veux savoir si elle souffre autant que moi.
Je ne peux m'empêcher de frissoner lorsque ses mains viennent parcourir mon dos, mon visage refusant de sortir de son cou. Et ce parfum qui m'a tant hanté.
Ne me rejette pas.
J'ai mal malgré moi. C'est exactement ce que je lui avais dis la première fois que je l'avais embrassé...
J'ose enfin affronter son regard. Son jugement. Il y a quelque chose dans la façon dont elle me regarde qui me fait toujours me sentir insignifiant. Elle a trouvé les fissures dans cette carapace que je suis obligé de porter tous les jours, et ça me pétrifie.
Son regard lance des appels au secours. SOS sans réponse. Et je me demande si elle me pardonnera un jour cette faute impardonnable. Il y a des choses que même le temps ne peut effacer. Le plus dur c'est d'en prendre conscience. J'en ai pris conscience...
La vérité c'est que je ne peux vivre sans elle. Nous sommes liés.
Je me demande si quelqu'un sera un jour assez gentil pour me tuer, et je me demande si l'enfer c'est mieux qu'ici. Sentir cette malédiction me consumer me fait si peur...
Je voudrais rester là, dans le creux de ses bras. Là ou le temps reste en suspend. La ou plus rien ne peut nous atteindre. Plus rien.
PDV Slade off

Quelques chose de chaud et humide vint couler sur le bras de Slade, le sortant de ses pensées.
Encore plus douloureux de se demander si elle lui avait pardonné, voir Milla pleurer.
Il reste fasciné par les gouttes d’eau chaude prises au piège de ses cils, telles des perles forgées par la douleur. C'est a peine si il ose la rassurer, lui dire que tout ira mieux maintenant. Il reste pétrifié, le visage sceller dans la peur et la souffrance. Ses propres pensées sont en train de lui déclarer la guerre.
Il bat des paupières, suffoque.
Son corps baigne dans des sueurs froides, Son cerveau se noie dans des vagues de douleurs inoubliées.
Elle va prendre la parole. Il frissone d'espoir mais d'épouvante aussi. Le temps vient de se remettre en marche.

- Je nous ai laissé une chance… Une chance que tout redevienne normalement… Toi et moi, les sorciers. Toi et moi…ensemble.

Slade ferme les yeux, attendant le coup fatal. Le fameux "mais". Il y a toujours un "mais".

- Pourtant, tu n’es pas désolé… Regarde-nous… Nous sommes ici, chez nous, c’était avant que tu ne me trahisses…Que tu détruises tout. Que tu brises mon cœur, que tu brises ma vie. Oh Slade, comment as-tu osé…

Il peut sentir sa colère si bien qu'il est presque sur de voir les murs trembler un instant.
Que répondre a ça ? Milla avait raison. Il cherche les mots qui conviennent, mais aucun ne sort de sa bouche.
On ne guérit jamais de la passion. Ni de l'humiliation. Mais avec le temps on a parfois la chance de reconstruire sa vie. C'est ce qu'il avait fait. Mais les fondations menacait chaques jours un peu plus de s'écrouler.
Les poils sur ses bras se hérissent jusqu'a sentir de l'électricité parcourir son corps quand la main de son ex vient caresser son visage.

- Quand je t’ai rencontré, j’ai commencé à vivre… Quand je t’ai rencontré, j’ai trouvé un sens à ma vie. A présent, je tente de t’aider… Laisses-toi faire ! Fais danser les étoiles pour moi…

Son regard s'arrondit de stupeur. Il recule, semble ne pas comprendre ce qu'il lui arrive.
Fais danser les étoiles pour moi...
Slade ferme a nouveau les yeux, cherche de l'oxygène dans cette pièce qui devient soudain étouffante.
Danser les étoiles. C'était son cadeau pour leur 1 an de vie commune. Faire pleuvoir une pluie d'étoile filante dans le ciel pour elle. C'était magnifique mais ô combien dangereux pour lui. A présent, il n'était pas sur d'avoir assez d'énergie pour faire ça.
Fais danser les étoiles pour moi...
Etait ce sa façon de lui dire que tout était pardonné ?
Une lueur d'espoir brilla dans ses yeux. La magie qui circulait a l'intérieur de son corps rendait son regard plus impressionnant encore. Comme ci il était a nouveau habité par la vie aprés tant d'année d'errance entre la mort et la vie.

- Milla... Il hésite. Je... je ne suis pas sur d'avoir assez d'énergie pour...

Le regard de Milla l'incite a ne pas terminer sa phrase. Il n'a pas le courage de lui refuser ce cadeau si cela peut lui permettre de la retrouver.
Indécis, il se dirige dehors, tenant la sorcière dans sa main gauche. La nuit est tombée et seules quelques lointaines étoiles ont élu domicile dans ce ciel sombre.
Slade soupire. Nerveux, il interroge Milla de son regard en coin. Elle l'incite a continuer d'un hochement de tête.
Il s'accroupie alors sur le sol, ferme les yeux. Le stress de rater sa mission le gagne. Tant de temps qu'il n'a pas utiliser sa magie...
Slade se remémore les incantations. Il ne l'ai a pas oubliés. Non.
Au bout de quelques minutes, sa main en contact avec le sol commence a chauffer jusqu'a le bruler. Pourtant il ne bouge pas. Son corps tremble légérement. Sa bouche s'entrouvre. Deux étoiles filantes viennent de transpercer la noirceur du ciel...






© 2981 12289 0

________________________________


Nothing is impossible
Deux, trois, quatre, cinquante mille éclats d'émotion me poignardent en plein coeur, se liquéfient en gouttes de miel tièdes qui apaisent mes bleus à l'âme. On se tuait en essayant de rester en vie. + ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Milla B. Thorpe
L'Agence

avatar


× Dollars : 580
× Humeur : Transit d'amour
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 59

MessageSujet: Re: Je ne serais jamais loin de toi - Slade   Ven 22 Juil - 16:40


Slade

ft. Milla

Je ne serais jamais loin de toi.
Je n’avais pas idée à quel point ma demande le chamboulerais. Je devais pourtant m’y attendre, c’était un temps fort et merveilleux de notre histoire. C’était son amour pour moi qu’il avait montré au monde entier…avant de tout détruire entre les cuisses d’une garce. Je dois garder contenance, parce qu’à la fin de cette soirée, j’aurais ma vengeance et je n’aurais qu’à le laisser mourir.
Il va mourir de peur, mourir d’amour, mourir de honte. Il va subir et comprendre toute la haine que j’ai pour lui et surtout, il comprendra à quel point je l’aimais. Mon amour pour lui est un océan de douleur.
Je vois dans ses yeux qu’il pense pouvoir me garder auprès de lui s’il accepte et si seulement, c’était si simple… Si des étoiles dansantes pouvaient tout faire oublier. Mais ça n’est pas si simple et il est un crétin s’il pense le contraire.
Sa main qui prend la mienne me donne des sueurs froides. Comment lui mentir s’il montre autant de douceur ? Je n’ai pourtant pas le choix, il faut que je tienne car il doit saisir que ma vengeance ira bien plus loin. Que ma colère est bien plus forte qu’il ne le pensera jamais. Je reste en arrière, je l’encourage à faire ce que j’ai demandé, il doit le faire, il ne doit pas abandonner.
Alors qu’il est à mes genoux, ma main se pose sur ma cuisse où trône ma deuxième arme, il a mes genoux, je pourrais dégainer, tirer, le tuer et partir sans me retourner. Je commence à la sortir de son rangement, les yeux sur mon sorcier. Je peux le faire, il ne le sentirait pas, il pourrait mourir sans souffrir. C’est le mieux pour lui, c’est le pire pour moi. Je secoue la tête et lâche mon arme, ça ne se passera pas comme ça. Je le tuerais avec la telle fougue que je l’ai aimé. Je le vois trembler, il manque d’énergie et n’a pas idée à quel point. Il s’essouffle et pourtant, mes yeux se posent sur le ciel et mon cœur explose. Les larmes viennent peuplées mes yeux et je me laisse tomber à genoux sur le sol. Comment avais-je pu croire que ça serait simple et que j’arriverais à tenir bon alors que je suis en train de signer l’arrêt de mort de celui que j’aime toujours ? Comment avais-je pu croire que mon cœur été mort où qu’il ne lui appartenait plus.
Je serre les poings et baisse la tête. Mes larmes s’écrasent violement sur le sol et mon cœur s’emballe.
- Mon dieu…
L’air me manque, ce qui nous entoure tremble à nouveau, je n’arrive plus à me contenir. Je sais faire face à la colère, mais plus à l’amour et la tristesse. Je tourne le regard vers mon ancien amour, dans l’espoir d’y trouver la rédemption à ce que je lui ai fait, mais les étoiles, ses yeux, cet endroit que j’ai fabriqué, ses souvenirs, tout ça me revient en pleine face et ce qui nous entoure est en plein chamboulement. Je me relève rapidement et retour à l’intérieur, cherché mon arme. Il m’a suivit, je le sais, je le sens. Je n’ai pas besoin de me retourner pour le savoir. Lui et moi, c’est ça, ça a toujours été comme ça.
Je prends une profonde respiration et je regarde l’illusion disparaitre. Un sourire s’installe sur mes lèvres et je me retourne vers lui, les yeux en feux. Mon aura illumine de sa plus féroce noirceur.
- Slade…Tu es toujours aussi faible. Te voir ici me dégoute au plus haut point !
Je m’approche de lui et je plante mes doigts dans le trou, dans son épaule qui saigne à nouveau. La douleur est revenue, le trou, le sang, beaucoup de sang. Enormément de sang. L’illusion aura fait en sorte que la plaie continue. Le sort aura fait en sorte qu’il perde encore plus d’énergie. Mes doigts dans sa plaie joue avec sa chair et le je regarde ce contorsionner de douleur.
- Que pensais-tu ? Que j’allais oublier avec un sort minable ? Regarde-toi, mon amour… Tu es plus faible que jamais et avec ce que je t’ai fait ce soir… Ce que tu as pensé faire, ton cœur est en plus mauvais état.
J’éclate de rire et me recule, jubilant de tout ça. Jubilant de le voir ainsi redevenir cet homme perdu, lâche et presque mort.
- Allez, je vais te dire la vérité. Cette illusion a été faite pour que tu uses encore plus d’énergie alors que tes pouvoirs n’étaient qu’illusion. Te prendre de l’énergie pour aggraver ton état et surtout, pour que tu penses que ta blessure était fausse. Mais elle ne l’est pas.
Je m’approche de lui et le saisit par le visage, la noirceur de mes yeux dans ceux de mon ancien amant.
- Tu as aimé ?





selena gomezthe heart wants what it wants
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Slade S. Harper
L'Agence

avatar


× Dollars : 831
× Humeur : Ressuscitez moi, je crois que j'ai oublié ce qu'était la vie
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 334

MessageSujet: Re: Je ne serais jamais loin de toi - Slade   Ven 22 Juil - 22:37



Je ne serais jamais loin de toiMême si tu crois avoir touché le fond, ne plus croire en rien, penser au pire, il y aura toujours un espoir qu’un jour tu te réveilles dans un lit, le bonheur au bout des lèvres. ( Maitre Gims → Ma beauté )

C'est de plus en plus dur de garder cette énergie en lui. De plus en plus dur d'affronter l'incendie qui le consume. Mais il se doit de continuer pour elle. Pour Milla. Peu importe les conséquences si cela lui permettait de la retrouver. La retrouver pour toujours.
La magie commence a perdre de son intensité. Il le sent. Du coin de l'oeil il voit son amour de toujours tombée a genoux, les larmes aux yeux, secouée par ce quelle venait de voir. Perturbée par ce qu'il venait de lui prouver. Surrement anéantit par la masse vicieuses de souvenirs qui s'imposait a elle. A lui. A eux...
Il l'entend murmurer quelques choses mais ne distingue pas. Slade vient de rompre le sortilège, ne pouvant supporter plus longtemps ce feu en lui qui disparut instantanèment. Il lui faut quelques minutes pour reprendre ses esprits. Reprendre son souffle. Reprendre...le court de sa vie.
Slade se redresse. L'impression que son corps pèse soudain plusieurs tonnes. Il se sent fatigué mais ignore les appels au secours de son esprit. Milla vient de rentrer. Alors il prie pour que son corps ne lache pas. Pas dans un tel moment. Il fait un pas. Puis deux. Pour finalement la rejoindre.
Ses prunelles couleurs noisettes traversé, soudain, par un océan de bleu le rende encore plus beau. Changements qui s'opérait lorsqu'il utilisait la magie.  Ses cheveux en bataille, plus sexy.
Soudain le bleu de ses yeux disjonctent, laissant un abime sombre. Il se sent soudain plus faible que tout a l'heure, au point de s'appuyer sur le mur. Ce même mur qui était en train de changer de forme. De couleurs.
Le cauchemar prend forme. L'illusion se désagrège. Le mensonge s'impose. La vérité s'installe. Ce monde est en train de s'écrouler. Et les espoirs de Slade emporté. Disparues. Envolés.
La seule chose qui reste c'est cette douleur. Elle repart a l'attaque. Le lacère de ses griffes acérés. Pénètre en lui comme le venin d'un serpent s'insinuant dans ses veines jusqu'a atteindre son coeur. Un venin mortel...

- Slade…Tu es toujours aussi faible. Te voir ici me dégoute au plus haut point !

Il a, a peine le temps de remarquer que sa blessure est réapparu. Que le sang s'est remis a coulé. Les doigts de Milla s'enfonce dans la blessure. Pas de pitié pour les condamnés a mort. Sa tête bascule en arrière, il hurle a la mort et tombe dans les bras de son ex. Ses jambes refusent de le tenir une secondes de plus. Ses forces le lache. Son courage le lache. Sa vie le lache...
Il tente de se rattraper a elle, déséspérément telle une bouée de secours. Plus elle joue, plus il se contorsionne. Le gout du sang parvient jusqu'a sa bouche. Ce gout de fer qui traverse ses papilles. Ce sang. Son sang. Ce même liquide rougeatre que son coeur malade ne parvient plus a transférer dans tout son corps. Il sent le piège se refermer sur lui.
Le destin te rattrape toujours. Ou que tu sois il te retrouvera.
Moi... il m'a déjà retrouvé.

Ses mains se crispent sur les bras de Milla jusqu'a planter ses ongles dans sa chair.

- Que pensais-tu ? Que j’allais oublier avec un sort minable ? Regarde-toi, mon amour… Tu es plus faible que jamais et avec ce que je t’ai fait ce soir… Ce que tu as pensé faire, ton cœur est en plus mauvais état.

Pas besoin de réfléchir. Il a déjà comprit.
Milla recule. Lui, se rattrape comme il peut a la table et s'écrase lamentablement au sol dans une marre de sang. Son sang. Il rampe comme il peut pour venir s'assoire contre le mur. Use de ses dernières forces. Sa vision se trouble. Parcourue de tremblements, il a froid. L'instant d'aprés il brule de fièvre. Son regard cherche de l'aide. C'est le rire de Milla qui vient l’accueillir. Douce mélodie au porte de la mort. Car oui, il en est sur. Il va mourir.
Tic tac. Tic tac.
Tic.
Tac.
L'horloge dans sa tête lui indique que la délivrance n'est peut être plus trés loin. Ou bien trop proche.
Je vais mourir.
Son visage se crispe sous cette douleur infernale. Il songe que même la Morphine ne pourrait rien pour lui. Peut être pour ses douleurs physiques. Mais ce sont ces douleurs psychiques qui sont surrement les plus dur a supporter.
Je vais mourir.
Quitter ce monde sans avoir été pardonné. Triste déchéance. Il regarde l'amoncellement de cadavres derrière lui.
La fièvre a saisit tout son corps. Sa vision se brouille, la tête lui tourne. Est ce qu'il ce passe lorsque l'on meurt ? Est ce qu'il y a un temps de répit quand tout est finit ?
Est ce que tu as ressentit ça Aylin ?

- Allez, je vais te dire la vérité. Cette illusion a été faite pour que tu uses encore plus d’énergie alors que tes pouvoirs n’étaient qu’illusion. Te prendre de l’énergie pour aggraver ton état et surtout, pour que tu penses que ta blessure était fausse. Mais elle ne l’est pas.

Il ne l'écoute pas. Ne l'écoute plus. Il sait déjà cette douloureuse vérité.
Je vais mourir.
Sa respiration s'accélére. Il manque d'air. La douleur le consume. Le ronge. Le tue a petit feu. Et pourtant la mort ne viendra pas le soulager. Pas aujourd'hui.
Slade trouve la force de fusiller Milla du regard. Il ne mourra pas aujourd'hui. Il ne lui fera pas ce plaisir. C'était ce qu'il avait toujours dit.
Alors, dans un regain d'énergie, sa main plonge dans sa blessure. Nouveaux hurlements. Il s'extrait lui même la balle qui s'était logé dans son épaule puis arrache une partie de son t shirt pour tenter de faire un garrot. Il perd beaucoup trop de sang.
Soudain, un filet de sang s'échappe de ses lèvres. Un râle sort de sa bouche. Vision effrayante. Lui même ignore comment il peut être encore en vie.
Puis, Slade panique. Il est presque sur que son coeur vient de s'arréter. Pourtant non. Le besoin de sang se fait ressentir. Plus que jamais.
Il crache a nouveau du sang qui provient de son coeur. Il faut se lever. Chercher ce dont il a besoin dans le congélateur. Il trouve encore assez de force pour se lever, menacant a chaques pas de s'effondrer. La haine et la volonté de vivre était tout ce qui le maintenait encore en vie. Il mit plusieurs minutes a atteindre la cuisine. Gémissant a chaques pas de plus effectué. Il ignorait comment la douleur ne lui avait pas fait perdre encore connaissance. Sur le chemin, il renversa une lampe qui tomba dans un bruit sourd. Enfin il ouvrit le congélateur. Frisson d'angoisse. Slade manque de défaillir. Il croit rêver. Tatonne l'intérieur du congélateur. Vide.
Vide.
Vide...

- Non... Il parvient encore a parler. Non, non...

Tout ce qu'il lui reste c'est les deux dernières poches de sang au milieu de son lavabot. Tout ce que Milla lui a laissé. De quoi tenir encore 24h. Pas plus.
Je vais mourir.
Il se maintient a l'évier, chaques parcelles de son corps menace dangereusement de s'effondrer. Enfin, ses nerfs lachent. Sa fierté lève l'ancre. Il baisse les armes. Les premières larmes commencent a couler puis une crise de larmes, secoués de spasmes le prend au tripes. Il sanglotte en silence, exteriorise enfin tout ce qu'il a du encaisser pendant tant d'années. Plusieurs gémissements viennent accompagner ses pleurs.
Et la présence de Milla derrière lui qui l'achevait encore un peu plus. Il ne voulait pas quelle le voit comme ça. Pas aussi démunie. Pas aussi faible.

- Dégage. Murmura il, conscient que son ex n'avait pas bougé d'un pouce. Dégage !

Sa voix se brisa, éclata en mille morceaux.

- Fou le camp de chez moi...

Ce fut ces dernières paroles avant de se murer dans le silence. Il fallait reprendre des forces. S'accrocher au peu de vie qu'il lui restait. Comme il l'avait toujours fait...

________________________________


Nothing is impossible
Deux, trois, quatre, cinquante mille éclats d'émotion me poignardent en plein coeur, se liquéfient en gouttes de miel tièdes qui apaisent mes bleus à l'âme. On se tuait en essayant de rester en vie. + ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Milla B. Thorpe
L'Agence

avatar


× Dollars : 580
× Humeur : Transit d'amour
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 59

MessageSujet: Re: Je ne serais jamais loin de toi - Slade   Ven 22 Juil - 23:37


Slade

ft. Milla

Je ne serais jamais loin de toi.
Je n’aurais pas dû mette mes doigts dans sa plaie, je m’en doute. Je n’aurais pas du accélérer sa déchéance plus que ce que je n’avais fait, mais c‘était trop dur. Je voulais qu’il souffre autant que j’avais souffert et que je souffrais encore aujourd’hui. Son regard de feu se pose sur moi et je ne réagis pas, je connais et comprend sa douleur et sa haine, j’ai la même en mon sein. J’ai la même à son égard.
Il hurle, il se contorsionne, il me tient. Ça ne me touche pas, du moins, je ne veux pas lui montrer, je ne peux pas. Je ne peux pas me dévoiler, je n’ai pas le droit, pas après ce que je lui ai fait aujourd’hui. Il s’enlève la balle, je vois le petit morceau de bois imbibé de sang. Du bois… Cette balle n’était pas pour lui, mais pour un vampire. Il avait été ma victime, ça me donnerait des point à l’Agence et ça m’amènerais un peu plus près du désespoir. Si seulement Slade pouvait comprendre ce que je ressentais. Si seulement il pouvait comprendre que j’étais vide et meurtrie par ce qu’il avait fait, qu’il avait complétement éteint mon étincelle de vie, que je ne ressentais plus rien, car il m’avait trahi et qu’il n’était plus à mes côtés. Si seulement il pouvait savoir à quel point le voir hurler, à mes pieds me déchirait le cœur, mais si je venais à lui dire, il hurlerait encore plus, il me haïrait d’avantage.
Si seulement tu savais à quel point je t’aime encore…
Il crache du sang, il y a encore plus de sang sur le sol, là où il s’écroule. Il y a du sang partout, l’odeur me révulse. J’ai la nausée, j’ai envie de vomir en le voyant comme ça. Ma main se déplace légèrement, comme si je voulais l’aider, mais finalement, je ne bouge pas et détourne le regard, les poings sérrés. Je ne tire aucun mérite et aucune satisfaction de le voir comme ça.
Il se lève et le voir tituber ainsi, tout faire valdingué sur son passage. J’ai envie de l’aider, de courir et de le prendre dans mes bras. Je serre les dents, le voir ainsi m’insupporte. Comment on en est arrivé là ? A ce que je le déteste au point de risquer sa vie un peu plus que ce que j’ai fait, quelques années auparavant.
Je le suis, sans bruit, sans un mot, sans presque pas respirer. Je ne veux pas qu’il sache encore plus que je suis là, parce que ma présence l’oppresse un peu plus. Il me tourne le dos et je laisse court à ma tristesse. Je pleure sans bruit à mesure où mon cœur se détruit un peu plus en le voyant ainsi. Il ne peut pas voir mon visage imbibé des larmes de culpabilité et de tristesse, mais aussi d’amour. Il ne sait pas que mon cœur ne bat et ne battra que pour lui. Je mets une main devant ma bouche pour me rappeler que je ne dois pas parler, pas crier, pas réagir.
Il m’ordonne de partir et je sens mon cœur exploser. Ca n’est pas logique, je le sais. Je n’ai pas le droit de pleurer, je n’ai pas le droit d’avoir mal, mais j’ai mal. Je ne veux pas le quitter, je ne veux pas le laisser, si je pars, il meurt, je le sais. Si je pars, je ne le reverrais jamais plus. Si je pars… Je ne peux pas. Il ne veut surement pas que je le vois ainsi, parce que lui aussi se sent coupable et moi… C’est pareil. Un léger sourire passe sur mes lèvres, toujours caché par ma main. Nous serons toujours liés. Dans les mêmes sentiments, dans les mêmes réactions, dans les mêmes agissements. Nous serons deux pour l’éternité.
J’ai deux possibilités et pour ne pas qu’il croit que je suis encore à lui, je lui révèle la triste vérité. Une vérité qui lui fera encore plus mal que maintenant. Je sèche mes larmes et prends une profonde inspiration. Je sors encore un petit objet d’une petite poche et lui lance violement. Un cadenas. Je tente une dernière fois de faire « bonne figure » alors que mon cœur saigne autant que le sien.
- Tu reconnais ton cadenas ? Ta petite réserve… Tss tss… J’y ai, comme qui dirait, fait un tour…
Il comprendra rapidement que sa réserve n’est plus. Rien ne peut résister à une sorcière, rien ne peut resister à mes pouvoirs. Maintenant, il le savait. Plutôt dans la journée, en vérité avant que je ne le rejoigne, j’avais été détruire toute sa réserve et à présent que je le voyais ainsi, j’en venais à le regretter. Il allait mourir…Slade….
Les larmes reviennent à mes yeux lorsque je l’imagine mort. Je me tiens au mur à mon tour, la tête me tourne.
Comment ai-je pu te faire ça…Mon amour…

Je me retourne, je dois partir, je ne dois pas me laisser attendrir, pourtant, j’en suis incapable. Je tourne la tête vers lui, une loque sur le sol qui se vide de son sang. SI je pars, il est mort. Je sais exactement ce qui m’a pris lorsque je me suis élancer vers lui, où je glissais presque sur le sol pour le récolter dans mes bras avec la plus grande des tendresses. Ma main sur son visage, je fais en sorte qu’il perde connaissance. Il ne se souviendra pas que je suis resté après lui avoir donné son cadenas. Il pensera que je suis partie sans me retourner, alors que je ne pourrais jamais le faire.
Ma main sur sa plaie, je fais les mêmes incantations que Slade avait faites sur moi des années auparavant. J’ai du mal, ça n’est pas mes sorts de prédilections, mais je l’ai vu faire tellement de fois. Je ferme les yeux et me souviens.
Slade était là, comme la première fois, comme chaque fois que j’étais blessée. Sa main sur ma plaie, il plantait toujours un regard doux et tendre dans le mien et en plus de calmer la douleur, il arrivait à me soigner. Son regard me donnait cette force qui m’aidait à ne pas hurler tant la douleur de la plaie qui se referme fait un mal fou, mais il était tendre et doux et amoureux… Amoureux… Il ne l’est plus, il ne l’a jamais été, sinon, il ne m’aurait jamais fait ça. Jamais.
Je ferme les yeux, ma main sur le trou béant de sa plaie. J’ai du sang plein la main et mes nausées reviennent. Je m’en veux terriblement. Il est brulant et blanc à la fois, je suis inquiète, mon cœur se serre un peu plus. Ma voix s’élève et je dois m’y prendre à plusieurs fois pour faire stopper le flot de sang qui coulait encore jusqu’à maintenant. Le sang de mon amour de toujours se retrouve sur ma tenue et après une dernière caresse sur sa joue, je pose sa tête sur le sol et je me mets à courir en dehors de cet apparemment.
Je fuis. Je fuis comme si j’avais la mort aux trousses, comme si un adversaire, comme si les fantômes de mon passé, courraient derrière moi et voulaient me tuer. Je ne m’arrête pas, j’ai besoin de courir, de vomir, de crier, d’hurler, de tout casser tant cette soirée a été douloureuse pour lui comme pour moi.
Je pousse la porte de chez moi violemment et une fois celle-ci fermé, je me laisse tombé au sol. Je lâche cette rage que j’ai en moi. Mes poings se serrent et ça me fait mal, mais pas aussi mal que l’image d’un Slade presque mort dans mes bras. Si je n’avais pas agi, je l’aurais tué et malgré tout ce que je dis, j’en suis incapable. Ma tête se repose sur mes genoux, mes bras enlacent mes jambes, je me sers au plus possible contre moi et mes nausées reprennent. Je pensais être plus forte, plus froide que ça. J’avais rêvé de cet instant tellement de fois et jamais, ö grand jamais je n’avais pensé que je craquerais.
Cet instant de Slade&moi sous les étoiles me ravit l’esprit et me rappelle le passé. Je ne voulais pas le perdre, ni avant, ni maintenant. Je rêve de le voir prêt de moi, à genoux devant moi qui me caresse les cheveux en me promettant que c’était un cauchemar et c’était faux, que rien ne s’est passé, mais ‘est faux. Slade est presque mort, encore plus qu’avant que j’intervienne, dans sa cuisine.
- Mon dieu….Slade, je t’en supplie, ne meurt pas…






selena gomezthe heart wants what it wants
(c) black.pineapple

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Je ne serais jamais loin de toi - Slade   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je ne serais jamais loin de toi - Slade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le fruit ne tombe jamais loin de l'arbre[Solo]
» le passé n'est jamais loin ► thorgan, jeremiah et camille.
» Le surnaturel n'est jamais loin [Ariane Crawford et Marina Blaye]
» billy&april ~ jamais deux sans trois dit-on... je crains le pire.
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always and Forever ::  :: La Une du Vampire Enchaîné :: Les Archives :: Archives de vos RPs-