AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 Times are changing, so do we. - Slade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Donna Holloway
Neutre

avatar


× Dollars : 301
× Humeur : Torturée
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 94

MessageSujet: Times are changing, so do we. - Slade   Lun 4 Juil - 14:03


❝ Times are changing, so do we. ❞
- Slade&Donna -
Parce que c'est toi et que j'ai besoin de toi. Comme tu as besoin de moi.
On ne s’était pas revu. 3 mois. 3 mois que je l’avais rencontré, 3 mois qu’il essayé de me voir, de me parler. Il avait tenté de m’appeler, j’avais reçu des messages, mais je n’avais pas répondu.
A quoi bon ? Mettez-vous un peu à ma place. Irlandaise pure souche, brutalisez toute sa vie par son père, anéantie, humiliée, désabusée. Qui quitte son pays, qui rencontre des monstres sans s’en rendre compte, qui vit dans une utopie parfaite. Une petite demoiselle paumée, qui vit mal sa vie, qui ne survit que grâce à un miracle et qui, du jour au lendemain apprend que les montres de ses légendes existent.
Je ne suis quasiment plus sortie de chez moi à partir de cette nouvelle. Terrifiée, j’ai appris que les vampires ne pouvait pas rentrer chez moi si je ne les invitais pas, je n’invitais plus personne, je ne voyais plus personne. Je lui avais dit à Slade, que je n’aurais peut-être pas le courage de l’appeler, j’aurais dû lui dire qu’aussi, je pourrais presque disparaitre. Si je m’en voulais ? D’être loin d’une personne qui m’avait fait du bien le temps d’une soirée ? Oui. Si je m’en voulais d’être loin de quelqu’un qui m’avait fait me sentir vivante et protégée ? Qui m’avait fait sentir que j’existais, que je n’étais pas juste…rien. Et j’avais remarqué ses regards, ses attentions. Slade aurait pu devenir un ami, si seulement je ne lui avais pas laissé porte-close. J’avais fini par éteindre mon téléphone, fermait les volets et je me faisais livrer ma nourriture. J’étais devenue une Hermite qui se complaisait dans sa solitude. J’avais peur du monde extérieur et je ne savais pas quoi faire, alors je me suis enfermée dans ma bulle. Parfois, je suivais les informations, mais depuis le premier jour, nous n’en entendions pas parler. Il y avait pourtant cette Agence. Paranoïaque,  je pouvais imaginer ce qu’elle faisait aux êtres magiques et je ne pouvais pas cautionner. Je ne voulais pas les côtoyer, alors je ne faisais partie de rien, je voulais juste survivre et j’avais l’idée que ça allait devenir très compliqué de survivre dans un tel monde.
3 mois… il s’était écoulé 3 mois et, je ne sais ce qui me poussa à le faire, mais j’allumais mon téléphone et appelé mon seul repère dans cette ville.
- Slade…C’est moi… J’ai besoin de te voir…
J’avais peur qu’il refuse, qu’il se moque de moi où qu’il soit en colère contre moi et mon silence. Il avait surement entendu mon sanglot, ma peur, ma voix tremblotante. Il accepta et me donner son adresse. Il m’aurait fallu à peine quinze minutes pour arriver chez lui, pourtant, j’arrivais quarante minutes plus tard.
J’avais eu peur de sortir de chez moi. Une jupe en jean, une paire de talon, un chemisier blanc et j’étais partie, la boule aux ventres et mon gilet resserrer sur moi. Je ne savais pas ce que je lui dirais. Que j’étais désolée ? Que je m’en voulais ? Que je n’aurais pas dû agir ainsi ? J’avais peur qu’il me rejette, qu’il me tienne rigueur de mon silence.
J’arrivais devant chez lui et patientait avant de sonner. J’avais peur, je n’osais bouger. Il pleuvait un peu, je commençais à être trempée. Mon visage était baigné par la pluie et par les larmes. Mon cœur battait la chamade.
Finalement, je me décidais à frapper chez lui. Après tout, il avait accepté de me voir. Le temps qu’il vienne m’ouvrir, je me retournais pour faire face à la pluie. Elle me rappelait mon père. Sous une pluie battante, il avait bu, il avait crié, il m’avait frappé. Hurlant, s’époumonant, j’avais vu la lueur de haine et son envie de me tuer. Il m’avait fait tomber et je m’étais éclaté le crâne sur le rebord de la cheminée. J’avais eu de la chance, Martha ma jeune amie, avait vu, elle avait eu peur des cris et bravant la pluie, elle avait regardé par la fenêtre. Elle avait appelé les urgences, à temps. Hémorragie. Ça aurait pu être pire, j’aurais pu me faire le coup du lapin, mais non, j’avais juste souffert de cette simple chose. Opérée, j’été resté quelques semaines à l’hôpital et quand j’étais revenue chez moi, mon père ne m’épargnait rien.
Un bruit de fond, avant de me rendre compte que c’est Slade qui a ouvert la porte, qui m’appelle depuis je ne sais combien de temps. Son contact, sa main sur mon bras, je sursaute. Je me retourne vers lui, les yeux humides. Mon père, les vampires, les loups, les sorciers, 3 mois de solitudes c’était trop pour moi. Avant qu’il ne puisse rajouter quelque chose, avant qu’il ne me rejette, je sautais à son cou. J’étais tremblante et mon gilet était trempée. Je le tenais, comme si je ne voulais pas le lâcher, mon corps collé au sien, mon visage dans sa nuque.
- Slade... Je suis tellement désolée...

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


________________________________


crédit : code par quantum mechanics || image/gif par crédit || #codecouleurdialogue
I will stay strong. For everything you've done. I will stay. Alive & Strong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Slade S. Harper
L'Agence

avatar


× Dollars : 831
× Humeur : Ressuscitez moi, je crois que j'ai oublié ce qu'était la vie
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 334

MessageSujet: Re: Times are changing, so do we. - Slade   Mar 5 Juil - 17:21


   
ft. Donna & Slade

   
Times are changing, so do we

   
   

   

   
Slade…C’est moi… J’ai besoin de te voir…
A l'intérieur de la douche, l'eau creuse des cillons sur sa peau nue, ruissèle le long de ses cheveux en bataille, traverse son visage pour finir en millions de gouttes sur le sole de la douche.
C'est a peine si le bruit de la douche parvient a ses oreilles. Ce qu'il entend, c'est elle. Donna, au téléphone il y a quelques minutes de ça. Et ses quelques mots résonnent dans sa tête encore et encore.
3 mois qu'il n'avait plus eu de nouvelles et ce n'était pas faute d'avoir essayé de reprendre contact... en vain. Les temps était dur, une guerre entre humain et surnaturels se préparait. Donna avait elle eu vent des informations ? Possible, ce qui expliquerait son retranchement.
Et aprés tout ce temps, Slade entendait a nouveau le son de sa voix. Son ton tremblant, plein d'émotion l'obligea a lui conseiller de passer maintenant. Il avait trop pensé a elle pour laisser sa fierté le commander. Certes, elle l'avait oublié mais elle était revenu et avait besoin d'aide.
Le sorcier rejeta ses cheveux en arrière, plaqué sur son crane puis entreprit de sortir de la douche pour se sécher. La jeune femme n'habitait pas très loin, elle n'allait surrement pas tardé.
Il enfila ce qui lui tomba sur la main, a savoir un débardeur sombre qui mettait particulièrement bien ses muscles en valeurs ainsi qu'un jean tout aussi sombre.
Slade jeta un oeil dans le miroir puis passa une main dans ses cheveux qu'il n'avait pas prit le temps de sécher pour éviter toute mèche rebelle.
Arrivé dans le salon, il remarqua par la fenêtre que la pluie commençait a tomber, surrement la raison du retard de la demoiselle. Il faillit oublier la poche de sang vide qui tronait sur la table basse du salon, s'empressant donc de la jeter sans ménagement dans la poubelle de la cuisine. Il fit de même pour les deux autres dans l'evier, encore pleine, qu'il rangea dans le congélateur du cellier, spécialement réservé au sang de vampire.
Son trafique l'empêcha d'entendre la première sonnerie a la porte. C'est au deuxième coup qu'il s'empressa de venir ouvrir. Il tomba alors sur une Donna de dos, trempée jusqu'aux os et qui semblait en larmes. Vision qui lui fit de la peine.
Slade posa sa main sur l'épaule mouillée de la jeune femme mais celle ci ne réagit pas. Il l'appela une fois puis une deuxième fois avant quelle ne se retourne pour fondre sur lui tel un diable sortant de sa boite. Il la laissa se réfugier a l'intérieur de la maison, dans le creux de ses bras.

- Shht... doucement...

La vue de Donna dans un tel état lui donna presque mal au coeur. Que pouvait elle bien lui être arrivée...

- Slade... Je suis tellement désolée...

Un frisson parcourut son échine quand la jeune femme vint loger son visage humide dans sa nuque. Brisant sa solitude, il la laissa faire, caressant ses cheveux, attendant quelle se calme.

- Tu peux me parler Donna, tu es en sécurité ici.

Il se mit alors a espéré quelle avait eu vent des derniers événements dans la ville sinon... eh bien, il venait de faire une énorme gaffe.
C'est quand elle se mit a trembler qu'il réalisa quelle était trempée. Il la repoussa délicatement et alla chercher une serviette dans la salle de bain et une chemise a lui dans sa chambre, qu'il tendit a Donna.

- Ce serait bête d'attraper froid, miss.

Puis, l'irrésistible envie de venir la réchauffer en se collant a nouveau a elle vint l'effleurer. C'est ce qu'il fit d'ailleurs quelques secondes plus tard, ses doigts séchant les vilaines larmes sur ses joues.


   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   

________________________________


Nothing is impossible
Deux, trois, quatre, cinquante mille éclats d'émotion me poignardent en plein coeur, se liquéfient en gouttes de miel tièdes qui apaisent mes bleus à l'âme. On se tuait en essayant de rester en vie. + ms.palmer


Dernière édition par Slade S. Harper le Mar 5 Juil - 18:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donna Holloway
Neutre

avatar


× Dollars : 301
× Humeur : Torturée
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 94

MessageSujet: Re: Times are changing, so do we. - Slade   Mar 5 Juil - 18:07


❝ Times are changing, so do we. ❞
- Slade&Donna -
Parce que c'est toi et que j'ai besoin de toi. Comme tu as besoin de moi.
N’ayant pas eu cette habitude, de pleurer dans les bras de quelqu’un, devant quelqu’un, je m’étais forgé une certaine carapace qui m’en empêcher. Voir même m’empêcher de pleurer, de ce fait, lorsque ça commence, j’ai quelques peu de mal à m’arrêter. Je ne sais pas ce qui m’avait poussé à me réfugier contre son corps, mais j’en avais besoin. Besoin d’un contact humain, chaud et réconfortant. Même si pour moi, une rencontre n’était pas assez pour établir de la confiance, j’avais confiance à lui, j’avais besoin de sa présence. Le souvenir d’être apaisée, lors de cette soirée, m’avait fait tenir, mais pas assez pour que je le revois. Je m’en voulais vraiment de l’avoir laissé de côté, mais je l’avais prévenu, à ma manière, mais je l’avais prévenu. Je frissonnais en sentant sa main sur mes cheveux. J’avais peur, d’une certaine manière, parce que trop proche, mais j’avais besoin, et je me laissais faire. L’odeur de Slade, la douce fragrance qui me parvint au nez me fit me calmer. Douce odeur, comme la personne qui la portait. Doux et tendre.
Il ne me repoussa pas, ne semblait pas m’en vouloir de n’avoir donné aucunes nouvelles. Il me rassura même en me disant que j’étais en sécurité. Pouvais-je le croire ?
Pendant qu’il partit chercher une serviette et une chemise, je ne bougeais pas, trop anxieuse à l’idée d’être chez quelqu’un d’autre. J’en fais un peu trop, mais je vous mets au défi, de vivre en ermite et de vous sentir à l’aise dans le monde. Il me donna donc les affaires et je lui adressais un léger sourire. Je devais avoir une piètre mine, puisqu’il revient vers moi, collant nos deux corps. Ses doigts effleurant ma peau, son visage si près du mien, son corps collé au miens, je me sentais tellement…bien.
Je lui adressais un rapide effleurement de mes lèvres sur sa joue avant de quitter son étreinte. Je devinais aisément la pièce qu’il venait de quitter et je décidais de m’y rendre à mon tour. J’étais trempée, j’avais froid. Dans la salle de bain, je me déshabillais presque entièrement. Mon chemisier, ma jupe, mes chaussures, je n’avais sur moi que mon ensemble de sous-vêtements. Je me regardais dans le miroir, j’avais piètre mine, vraiment. La couleur bleu de mon ensemble dénoté de ma peau blanche. Je me séchais rapidement les cheveux avant de rejoindre Slade ne portant sur moi que sa chemise et ma petite paire de chaussettes. J’arrivais, assez mal à l’aise, mais si je gardais mes vêtements, la pneumonie était assurée.
Lorsque je fut à ses côtés, je pu profiter de la chaleur de sa cheminée. J’allais me positionner devant l’âtre avant de prendre une profonde respiration. Mon accent tranchant passa mes lèvres d’une toute petite voix.
- Je suis désolée… Je ne voulais pas disparaitre comme ça… Quand j’ai entendu ce qu’il se passait dehors, j’ai pris peur. J’ai toujours eu cette peur au fond de moi…Et je pensais qu’être ici allait m’aider, mais je me suis trompée.
Je jouais avec mes doigts, nerveuse, tentant de retenir mes larmes. Je me suis mise à genoux devant le feu, tenant de faire sécher mes cheveux. J’avais peur de regarder Slade et d’affronter son regard.
- J’ai mal agit et je m’en rends compte… A ma défense, je n’ai pas eu le choix… Je n’ai jamais su agir autrement… J’ai réussi à quitter mon père, en fuyant. Parce que je ne voulais pas qu’il me tue… Quand j’ai refait ma vie, il a débarqué dans ma vie… J’ai fuis… Et… Quand j’ai entendu ça, quand j’ai appris que le monde était plus grand et plus étonnant que moi…J’ai fuis à ma manière.
Une douleur lancinante me pris dans l’épaule. Je grimaçais et mis mes cheveux en arrière, dévoilant une partie de mon cou. Sans m’en rendre forcément compte, je prenais un soin et une lenteur défiant toute sensualité.
- Avec l’humidité, certaines douleurs reviennent un peu trop souvent.
Je n’avais pas encore réagis, je n’avais pas encore saisi que j’avais parlé de moi, de mon passé, de ce qui faisait que j’étais moi. Sans doute comprendrait-il pourquoi j’avais mis des barrières entre lui et moi.
- J’ai peur de ce qui m’entoure…J’ai peur de retomber dans ses griffes…
J’avais plus peur de mon père que des vampires existant. Je jetais un rapide regard vers mon comparse, espérant n’y voir aucun ressenti, ni voir aucune animosité.
- Je ne veux plus être seule…
Je rejetais ma tête en arrière, voulant oublier tout ce que je venais de dire. Je ne pouvais pas changer ce qui c’était passé. Et j’avais trop parlé, sans doute que j’en avais besoin, comme j’avais besoin d’être avec lui.
- Tu me devais une Guiness, non ?


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


________________________________


crédit : code par quantum mechanics || image/gif par crédit || #codecouleurdialogue
I will stay strong. For everything you've done. I will stay. Alive & Strong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Slade S. Harper
L'Agence

avatar


× Dollars : 831
× Humeur : Ressuscitez moi, je crois que j'ai oublié ce qu'était la vie
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 334

MessageSujet: Re: Times are changing, so do we. - Slade   Mar 5 Juil - 19:19


   
ft. Donna & Slade

   
Times are changing, so do we

   
   

   

   
Slade sentit que le contact de son corps contre le sien la calmait peu a peu. Quant a lui, cette soudaine proximité l'apaisait mais le rendait aussi légérement nerveux. Il savait pertinnement comment ce genre de situation finissait et même si Donna était tout a fait a son gout, il préférait éviter ça. Ce n'était pas en couchant avec elle qu'il allait la protéger. Au contraire. Il ne voulait en aucun cas lui faire du mal ni même quelle éprouve un quelconque attachement, autre que de l'amitié, envers lui. Le sorcier n'avait aucune envie de briser le coeur de ce petit ange comme il avait pu faire avec Milla. Autant dire que Slade était un véritable nid a embrouille en compagnie de femme. Le mot "résister" lui était totalement inconnue. Du moins, depuis Milla, il apprenait a en comprendre le sens. Et pour un homme comme lui, c'était plus facile a dire qu'a faire.
Et malgré ces pensées, son corps refusait de se détacher de celui de Donna.
Ses muscles vinrent se tendre quand la bouche de la jeune femme effleura la joue du sorcier pour y déposer un baiser dés plus mignon. Il espérait quelle n'avait pas remarqué la chaire de poule qui venait d'élire domicile sur ses bras.
Il fut alors presque soulagé de voir Donna le quitter en direction de la salle de bain, surrement pour se changer. Le temps pour lui de faire passer cette tension qui s'était installé en lui tel un avertissement. Il poussa un soupire, le regard sur du vide en direction de là ou la jeune femme se trouvait un instant plus tôt avant de disparaitre dans la pièce d'a coté.
Par mesure de sécurité, il jeta un coup d'oeil dehors puis ferma la porte a clé. Quand il se retourna il crut a une hallucination.
Donna avait réapparu. Surprit, il cligna des yeux et détailla la jeune femme de haut en bas, s'arrétant quelques secondes sur ses jambes nues. Car oui, celle ci s'était délestée de ses vêtements mouillés et ne portait que la chemise de Slade qui lui arrivait en haut des jambes, juste assez pour cacher ses sous vêtements. Autrement dit, une tenue des plus sexy.
Il resta planté là a admirer son corps, les yeux écarquillés mais luttant du mieux qu'il pouvait pour laisser s'échapper un sourire des plus vicieux. Un sourire en coin finit par déformer son visage.
Tandis que Donna séchait ses cheveux prés de la cheminée, il se racla la gorge et laissa échapper un petit rire discret. Sa manière de dire que la vision ne lui avait pas déplu.
Slade se rapprocha derrière elle, jeta un coup d'oeil risqué en direction de sa chemise qui laissait entrevoir une minuscule partie de son soutien gorge. Deuxième frisson. Si Donna cherchait a le séduire, la mission était plutôt réussit.
Au risque de faire une erreur, il tenta de calmer son esprit sur le fauteuil prés de la cheminée. La voix de la jeune femme le ramena a la réalité.

-  Je suis désolée… Je ne voulais pas disparaitre comme ça… Quand j’ai entendu ce qu’il se passait dehors, j’ai pris peur. J’ai toujours eu cette peur au fond de moi…Et je pensais qu’être ici allait m’aider, mais je me suis trompée.

La main du sorcier vint caresser sa barbe naissante. Elle était donc au courrant. S'ensuivit alors un flot de paroles ou Slade apprit les raisons pour laquelle elle était malheureuse et avait fuit son pays. Il l'écouta parler, interdit, sans dire un mot. Il était clair quelle avait besoin de parler, de dire tout ce quelle avait sur le coeur depuis, surrement, bien trop longtemps.
Il se surprit a ressentir de la haine pour tout le mal qu'on lui avait fait.

- Tu me devais une Guiness, non ?

Changement de sujet radical qui le fit sourire. C'était bien son genre. Il hocha la tête puis partit en direction du frigo, se retenant de regarder la tenue de Donna avec un peu trop d'insistance.
Une fois dans la cuisine, il prit deux bières puis retourna devant la cheminée ou il s'assit prés d'elle.

- Elle n'attendait que toi...

Et c'était vrai. Slade les avait acheté spécialement pour le jour ou elle viendrait chez lui. Il avait attendu longtemps mais ce jour était arrivé.

- Donna... je veux que tu saches que plus personne ne te feras de mal maintenant. Je te promet que je te protégerai. Tu as compris ?

Il l'a regarda dans les yeux, cherchant a voir une réponse mais son regard divagua sur le cou de la jeune femme. Il fronça les sourcils, passa son index sur les deux petits trous logées dans son cou.

- C'est quoi ça ?!

Sa voix était un peu plus dur. Mais au fond il savait pertinnement ce que c'était. Une morsure de vampire...


   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   

________________________________


Nothing is impossible
Deux, trois, quatre, cinquante mille éclats d'émotion me poignardent en plein coeur, se liquéfient en gouttes de miel tièdes qui apaisent mes bleus à l'âme. On se tuait en essayant de rester en vie. + ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donna Holloway
Neutre

avatar


× Dollars : 301
× Humeur : Torturée
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 94

MessageSujet: Re: Times are changing, so do we. - Slade   Mar 5 Juil - 19:56


❝ Times are changing, so do we. ❞
- Slade&Donna -
Parce que c'est toi et que j'ai besoin de toi. Comme tu as besoin de moi.
Rassurée. Apaisée. Il ne me tenait pas rigueur et j’étais contente de ça. Son regard sur moi, plus tôt, me fit plaisir. Même si ça n’était pas mon genre de penser à ce genre de chose, je ne peux pas nier qu’un regard bienveillant fait du bien. Un regard comme celui que Slade fait encore plus de bien, car il nous montre qu’on est attirante et on ne peut pas dire que c’est dérangeant. Ça me rendait un peu mal à l’aise, même si un sourire perla sur mes lèvres. Je restais, néanmoins, très peu habitée à tout ça. Le temps qu’il aille chercher les bières où tout autre rafraichissement, je pris une brosse qui était dans mon sac et commençait à me coiffer les cheveux. Je voulais éviter les nœuds, je voulais garder une certaine contenance, surtout que je ne devais pas être des plus belles avec cette tignasse mouillé. Il s’assit à mes côtés en me tenant mon nectar préféré. Je lui adressais un énorme sourire, mes yeux s’éclaircirent en voyant ce qu’il tenait. Ainsi c’était vrai. Sa voix, douce, délicate me fit sourire un peu plus, voir même un peu rougir. Pourquoi donc ? Aucune raison apparente. J’espérais qu’il ne le vit pas. Une bière dans une main, l’autre sur le bras de Slade avec dans le sourire, dans le regard ce qui ressemblait à un « merci ». Je ne savais pas depuis combien de temps ces bières m’attendait. Peut-être les avaient-elles achetés pour lui après tout. Peut-être n’étais-je qu’un vague souvenir dans sa vie. Un boulet qui venait s’incrustait ce soir. Mon regard devint plus sombre et l’écoutait ainsi, me remis les larmes aux yeux. Ce genre de promesses… Je n’avais pas entendu ces paroles et pourtant, j’en avais cruellement besoin. Cette soirée était sous le signe du besoin. J’allais répondre, mettre en doute ses paroles parce que, contre mon père, contre les vampires, contre les autres monstres surnaturels, il ne pourrait rien. Je le vis déglutir et le contact de son doigt sur ma peau m’irradia. Sa voix me fit sursauter et mon cœur s’emballa. Je ne comprenais pas pourquoi il s’énervait et avant que je parte dans des digressions alambiqués, je compris que ça n’était pas sur moi qu’il s’énervait mais quelque chose sur ma peau. Je me tournais vers le canapé, allant chercher un miroir de poche dans mon sac. Je lui offris, sans le vouloir, sans m’en rendre compte car peu habituée à ce genre de vêtements, à ce genre de situation, bref je lui offrais une vue impeccable sur mes jambes ainsi qu’une partie de mon fessier, la chemise s’étant relevé un peu.
Je me rassis, regardant ma peau. Deux trous qui cicatrisé sur ma nuque. Je n’avais jamais relevé cette marque car habituée aux cicatrices. Je me mordis la lèvre et recula un peu de Slade. Je ne savais pas quoi lui dire et j’avais peur qu’il s’énerve un peu plus.
- Je…Je sais pas…
Je me mordis la lèvre avant de prendre une gorgée de bière.
- C’est rien, sans doute…Je sais pas, je suis assez maladroite. J’ai dû me couper.
Je n’arrivais pas à me souvenir quand et où je m’étais fait ça et je voulais adoucir le regard de mon ami. Je le sentais tendu et énervé, mais à force de réfléchir, j’en venais à m’inquiétais. Pourquoi il réagissait ainsi ?
- Pourquoi… pourquoi tu réagis comme ça ? Qu’est-ce que c’est ?
Il devait voir la panique dans mes yeux et j’en vins à comprendre ce qu’il avait surement dû penser. Je lâchais le regard de Slade pour regarder à nouveau ma peau dans le miroir. Le miroir m’échappa et je portais mes mains à mon cou, la bouche entrouverte.
- Slade… Je…Je ne m’en souviens plus… Pourquoi…. Je… Dis-moi que je me trompe…
La cicatrisation était peu avancée, mais elle commençait, pourtant, j’étais resté chez moi, ce qui voulait dire que ce monstre était entré chez moi ? Mais je n’avais laissé entrer personne ! Mis à part ceux qui me livrait mes courses. J’avais beau tenté de me souvenir, je n’arrivais à rien. Je tremblais de peur, à nouveau. C’était assez pour moi, je ne voulais plus subir tout ça, je ne voulais pas craindre le monde entier et ne me souvenir de rien. Je me reculais un peu plus de Slade, ça n’était pas de lui dont j’avais peur, mais de la situation. Je n’arrivais pas à croire que c’était possible, je ne pensais pas être la proie d’un vampire.



code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


________________________________


crédit : code par quantum mechanics || image/gif par crédit || #codecouleurdialogue
I will stay strong. For everything you've done. I will stay. Alive & Strong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Slade S. Harper
L'Agence

avatar


× Dollars : 831
× Humeur : Ressuscitez moi, je crois que j'ai oublié ce qu'était la vie
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 334

MessageSujet: Re: Times are changing, so do we. - Slade   Mar 5 Juil - 22:04


   
ft. Donna & Slade

   
Times are changing, so do we

   
   

   

   
Le vampire qui s'était attaqué a la petite fille innocente et sans défense qu'était Donna allait surrement le regretter. Slade avait tout un attirail dans le placard de sa chambre qui n'attendait que ça. Mais avant tout, il devait avoir des informations. Et... ce n'était pas gagné.
La jeune femme semblait ne pas comprendre de quoi il parlait, tant et si bien quelle se leva maladroitement pour récupérer un miroir au fin fond de son sac, offrant un paysage inoubliable au sorcier.
Il serra les dents, sentant un feu en lui prendre posession de son corps. Lentement mais surrement. Il lacha un profond soupir trahissant sa soudaine envie de faire de Donna quelqu'un de bien plus qu'une amie. Nul besoin de vous faire un dessin...
Ses promesses de ne pas la toucher était en train de s'envoler une par une vers d'autres contrés lointaines. L'étincelle de trop qui avait mit le feu au poudre.
Le sorcier y mettait pourtant tout son coeur pour rester calme. Mais avec un coeur a moitié mort, etait ce réellement la meilleur expression ? ...
Un milliards de pensées fusaient dans son esprit tandis que la jeune femme observait son cou a l'aide d'un miroir. En voyant les marques, elle parut troublée et se mit a paniquer, cherchant a trouver une excuses mais il était clair quelle n'avait aucune idée de comment elle avait pu attraper ça.

- Pourquoi… pourquoi tu réagis comme ça ? Qu’est-ce que c’est ?

Il secoua la tête, rattrapa a temps le miroir que Donna venait de laisser tomber puis se rapprocha un peu plus d'elle, la prenant dans ses bras, encore. Elle était beaucoup trop perturbée pour que Slade lui raconte des histoires de vampires. Son regard s'adoucit mais son corps se contracta quand il combla le dernier espace qui restait entre eux.

- Slade… Je…Je ne m’en souviens plus… Pourquoi…. Je… Dis-moi que je me trompe…

Il tenta de la calmer en posant un doigts sur ses lèvres et son autre main caressant sa chevelure blonde. Même trempée et apeurée, elle était magnifique.

- Shht, je suis là maintenant, plus personne ne pourra te faire de mal. Je t'en fais la promesse... Chuchota il.

Sans s'en rendre compte, son visage s'était approché de celui de Donna. Son regard ne quittait pas le sien, perdu dans un abime couleur noisette.
Le silence s'installa, parfois interrompu par le crépitement des flammes a l'intérieur de la cheminée.
La tension est soudain palpable. Slade la sent. Mais c'est trop tard. Il ne peut plus reculer. Ne veut plus.
La main caressant ses cheveux, dégringole lentement jusqu'au cou de Donna et son index sur ses lèvres caresse sa lèvre supérieur puis chute sur sa lèvre inférieur. Elle est si douce.
Plusieurs mois qu'il n'a pas embrassé de femmes. Depuis son arrivée a Mystic Fall's. Il en ressent le besoin. Poser ses lèvres sur les siennes et ne faire plus qu'un. Mais pourtant, il ne veut pas l'effrayer.
Slade approche sa bouche de son oreille, elle peut sentir son souffle et ces paroles qui se veulent rassurantes...

- Je ne veux pas t'effrayer...

L'attente est longue, il essaye de se faire le plus doux possible. Il sait qu'il s'appréte a faire une erreur. Mais peu importe...
Sa bouche se pose enfin sur celle de Donna et toute la tension accumulée redescend. Il savoure, voudrait que cet instant ne s'arrète jamais. Il l'embrasse comme il a pu embrasser Milla autre fois. Sauf qu'il ne ressent rien pour Donna. Et ne ressentira jamais rien. Comme toutes les autres...
L'idée de faire souffrir la jeune femme l'effleure un instant. Mais il est trop tard.


   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   

________________________________


Nothing is impossible
Deux, trois, quatre, cinquante mille éclats d'émotion me poignardent en plein coeur, se liquéfient en gouttes de miel tièdes qui apaisent mes bleus à l'âme. On se tuait en essayant de rester en vie. + ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donna Holloway
Neutre

avatar


× Dollars : 301
× Humeur : Torturée
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 94

MessageSujet: Re: Times are changing, so do we. - Slade   Mar 5 Juil - 22:51


❝ Times are changing, so do we. ❞
- Slade&Donna -
Parce que c'est toi et que j'ai besoin de toi. Comme tu as besoin de moi.
Paniquée. Je l’étais et pas qu’un peu. N’avoir aucune idée de comment, quand et pourquoi j’avais été pris pour cible. J’avais entendu un soupire de la part de Slade, j’étais loin de penser que c’était mon corps qui le rendait ainsi plutôt que la situation.
Alors que mon cœur s’emballait de peur, d’inquiétude, la chaleur du corps de Slade m’enveloppa. Sa main se posa à nouveau dans mes cheveux, tendre, douce. Son regard bienveillant dans le mien. Je ne pouvais espérer mieux comme ami, non, c’était sûr. Ce qui m’étonna était son doigt sur mes lèvres. Je ne parlais plus et cette proximité naissance me fit rougir légèrement.
- Shht, je suis là maintenant, plus personne ne pourra te faire de mal. Je t'en fais la promesse...
Comment ne pouvais-je pas le croire ? Il y avait de l’espoir dans ces paroles, il y avait des promesses, des attentions, de l’amitié, il y avait tout. Cette phrase que j’avais toujours eu envie et besoin d’entendre, il venait de la prononcé.
Son regard ne lâchait pas le mien et comme simple réponse je ne pus que lui sourire. Son regard était tellement intense et une lueur étrange y était animée. Je posais ma main sur son bras et je remarquais ce que je n’avais pas réellement remarqué jusqu’alors. Le débardeur qu’il portait, la couleur sombre qui lui donnait un peu plus de charme, mais aussi ses muscles saillant, son charisme, sa prestance. N’avais-je jamais remarqué que mon compagnon était un charmant homme ? Sans doute que mon peu d’expérience m’empêche de voir un homme comme un homme. J’avais pu percevoir de l’envie, du désir dans son regard et je le comprenais un peu plus quand à ses gestes qui se précisait.
Sa main descendait me fait du bien, ça me fait frissonner. Presque instinctivement, ma main sur son bras commence à faire quelques cercles, profitant de la douceur de sa peau. Son doigt sur mes lèvres, jouent avec celle-ci, la tension, je la sens à mon tour. Mon cœur s’emballe, la suite me fait peur. La distance qui nous s’épare s’amenuise, son visage s’approche du mien, je peux sentir quelques mèches de cheveux qui chatouillent ma peau.
- Je ne veux pas t'effrayer...
Je n’ai jamais fait ça. Du moins, je ne l’ai fait qu’une fois, une infime fois, il y a de ça quelques mois. Pourtant, avec la tendresse qu’il m’octroie, je pense le vouloir. Mon regard se pose sur lui, le dévisage, garde en mémoire la moindre parcelle de son corps. Au fond de moi, je sais que ça n’est pas bien, je sais que je ne l’aime pas et je sais, du moins, je pensais pouvoir faire ça seulement que par amour, pourtant, avec lui, j’en ai envie.
Sa bouche se pose sur la mienne. J’écarquille les yeux, je ne pensais pas réellement qu’il le ferait, pourtant… Je lève ma main sur son épaule et hésitante, je lui rends son baiser. Je l’attire un peu contre moi et par envie, je me redresse pour lui rendre un baiser aussi doux et tendre, mais plus poussé. Je sens nos langues qui commencent un jeu dangereux. S’il y avait une barrière à ne pas briser, nous venions de le faire. Je n’avais jamais réagi par mes envies, tel était le cas ce soir. Ne pas se poser de question. Pourtant…
Je mets un terme à ce baiser et m’écarte un peu, sans pour autant le lâcher, ni le faire me lâcher. Mon cœur s’emballe, comme à l’instant où ses lèvres ont touchées les miennes. Je meurs d’envie de gouter à cette saveur sucrée, pourtant, la suite me fait peur.
- Slade… Je… Je n’ai pas d’expérience…
Sans doute allait-il pensé que j’étais vierge et vu mon expérience en la matière, c’était la même chose. Je ne voulais pas souffrir, je voulais, pour une nuit, tout oublier, penser que la douleur me quitterait pour m’apaiser, pour que lui, m’apaise un peu plus encore qu’il ne le faisait. J’entendais pourtant, ma conscience me dire, que c’était une erreur, mais les erreurs sont faites pour apprendre, non ? Ma main quitte son épaule pour venir contre son torse, reprenant les dessins que je faisais tantôt, lentement, doucement. Me rira-t-il au nez ? Arrêtera-t-il ? Me prouvera-t-il qu’un instant, ne serait-ce qu’un infime dans ma vie, je peux tout oublier ?




code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


________________________________


crédit : code par quantum mechanics || image/gif par crédit || #codecouleurdialogue
I will stay strong. For everything you've done. I will stay. Alive & Strong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Slade S. Harper
L'Agence

avatar


× Dollars : 831
× Humeur : Ressuscitez moi, je crois que j'ai oublié ce qu'était la vie
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 334

MessageSujet: Re: Times are changing, so do we. - Slade   Mer 6 Juil - 11:24


   
ft. Donna & Slade

   
Times are changing, so do we

   
   

   

   
Douce, fragile créature sans défense. Il craint quelle ne le rejète, ferme les yeux. Mais rien ne se passe. Donna répond a son appel et sa langue, bien que timide, vient effleurer la sienne. Son baiser est incertain comme si elle n'avait que trés peu d'experience en la matière. Etrangement cela ne l'étonne pas. L'expérience du Mystic Grill l'avait amené a penser que la jeune femme devait fuir les hommes. Raison de plus pour profiter de cet instant.
Slade se laisse submergé par ce qu'il ressent et sans s'en rendre compte l'embrasse un peu plus intensément. Les femmes finiront par le perdre...
C'est Donna qui rond en premier cet instant magique.
La bouche entre ouverte, les yeux assombrit par l'envie, Slade la voit prendre un peu de recul. Son coeur se crispe.
Ne me rejète pas...
Et dire qu'il avait dit exactement la même chose a Milla lorsqu'il avait cherché a l'embrasser pour la première fois. Cette pensée semble lui tordre l'estomac.
Pourtant la main de la jeune femme semble ne pas vouloir le quitter. Enfin, l'objet de ses tourments résonnent a travers sa bouche, d'une voix peu assurée mais que l'envie fait pourtant trembler légérement.

- Slade… Je… Je n’ai pas d’expérience…

Le sorcier passa sa langue sur ses lèvres encore humide tandis que son regard s'assombrissait d'avantage. En disant cela, elle venait de lui laisser entrevoir la chance d'allé plus loin. Le fait quelle n'ai pas d'experiences n'était pas un problème pour lui.
Un sourire en coin se fige sur son visage. Rictus qui, dans un autre contexte, aurait presque pu être effrayant. Tandis que sa main droite range une mèche de cheveux rebelle derrière l'oreille de Donna.
Sa respiration s'accélère.

- Tu me fais confiance ?

Il n'a pas besoin d'attendre de réponse, celle ci ce trouve au fond de ses yeux. Il est le seul en qui elle a confiance.
Alors Slade glisse un bras sous ses jambes et la hisse dans ses bras a la manière d'une princesse portée par son prince charmant. Elle ne le sait pas encore mais... il n'a rien d'un prince charmant.
Pourtant, pour Donna, il veut faire les choses bien. Il l'apporta jusqu'a son lit et la déposa délicatement. La vue de la jeune femme vétu d'une simple chemise, allongée dans son propre lit lui fit l'effet d'une bombe dans sa tête. Il rejetta ses cheveux en arrière, puis, sans la lacher des yeux, retira son débardeur. Tel un prédateur, il grimpa lentement au dessus de Donna, effleurant ses jambes avec l'une de ses mains.

- Je ne t'oblige pas Donna...

Phrase qu'il eu bien du mal a prononcer tant l'envie était forte mais heureusement le sourire de la jeune femme lui donna le feu vert pour continuer.

- Laisse toi faire...

Sa voix était grave et sensuelle. Il vint déposer quelques baisers dans le cou de Donna qui frissonna, ce qui eut le don de le rendre littéralement fou. Lentement, il vint déboutonner les premiers boutons de la chemise pour dévoiler son soutien gorge qu'il caressa avec envie, s'imaginant a quoi pouvait ressembler ce qu'il y avait en dessous. Il caressa son ventre puis sema quelques bisous jusqu'au bord de sa culotte en dentelle. Il émit un petit grognement quand il entendit la respiration de Donna s'emballer. Son souffle remonta jusqu'a sa poitrine. Sa main glissa dans son dos et il sentit la jeune femme se contorsionner pour laisser Slade accéder a son soutien gorge qu'il dégraffa d'une main. Le sorcier dévisagea Donna puis sa main baladeuse vint légérement écarter le soutien gorge, dévoilant une partie de sa poitrine.
Il savait si prendre...


   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   

________________________________


Nothing is impossible
Deux, trois, quatre, cinquante mille éclats d'émotion me poignardent en plein coeur, se liquéfient en gouttes de miel tièdes qui apaisent mes bleus à l'âme. On se tuait en essayant de rester en vie. + ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donna Holloway
Neutre

avatar


× Dollars : 301
× Humeur : Torturée
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 94

MessageSujet: Re: Times are changing, so do we. - Slade   Mer 20 Juil - 22:55


❝ Times are changing, so do we. ❞
- Slade&Donna -
Parce que c'est toi et que j'ai besoin de toi. Comme tu as besoin de moi.
Se poser la question du « est-ce que je peux ou pas », ça pourrait, mais à l’instant, ça serait hypocrite, inutile, futile, parce que de toute façon, maintenant qu’on y est, sur le lit que je me rends compte que j’ai envie de lui, qu’il me donne envie et que j’ai peur. Il fallait que je mette des mots sur mon expérience avec les garçons, parce qu’il le verrait aussitôt et je ne voulais pas qu’il se moque. Pourtant ça ne se passa pas comme l’une de mes craintes, c’était différent.
J’avais toujours été anxieuse face à ce petit souci. A présent, les gens de mon âge, homme ou femme ont de l’expérience, mais moi, pas réellement et je ne pense pas que ce que l’on ne connait pas soit un réel manque. J’ai fait ma vie sans en avoir envie où très peu alors à quoi bon penser toujours à ça ? Pourtant, avec Slade, j’en avais comme besoin. Etait-ce pas parce que je craquais, que j’avais besoin de tendresse et que je pouvais lire la même chose dans son regard.
Sa voix résonne, il ne se moque pas, il me rassure. Comment peut-il me demander si j’ai confiance en lui. Je ne sais pourquoi, mais j’ai une confiance aveugle en lui. Je me sens plus forte et à l’instant, dans ses bras, à la manière d’un prince qui s’éclipse avec sa femme. Au-dessus de moi, alors qu’il se touche les cheveux, qu’il enlève son haut, je ne peux m’empêcher de rougir. Je rougis d’envie, je rougis de honte et d’anxiété sur la suite. Mes yeux se posent sur son corps et à mesure qu’il se positionne sur moi, une de mes mains, glisse, hésitante sur son torse. A plat d’abord, sentant son cœur s’emballer, elle se met par la suite à glisser sur sa peau brulante d’envie.
Je penchais la tête en sentant ses lèvres et les yeux dans les yeux, je le vis me déshabiller. Mon cœur s’emballa. J’ai beau faire un métier où l’on vante mon corps, mes cicatrices me dégoutent. Mes mains glissent sur les draps et les serrent tout en réprimant un gémissement, pourtant ma respiration me trahi. Ce qu’il me fait, on ne me l’a jamais fait. Ca n’était pas comme ça avec Smith. Il avait attendu 2 ans pour m’avoir, ça n’avait pas été parfait et surtout lui, il n’avait pas été si doux. Ses doigts brulant me font gémir et frissonner.
Alors qu’il dégrafe mon soutient gorge, je me relève, assise face à lui. Je ne sais ce qu’il me prit, mais pour moi, c’était logique, instinctif et pourtant, c’était une première. Je laisse glisser la chemise lentement, tout en détournant les yeux de Slade. Une fois celle-ci sur le lit, je fais glisser le tissu qui recouvre ma poitrine et mes bras viennent la couvrir. Il doit me sentir nerveuse et je le suis. A la lumière de sa chambre, je peux voir certaine cicatrice de mes bras, j’imagine qu’il doit les voir lui aussi. Il peut aisément comprendre ou tenter de saisir pourquoi mon corps en a autant, surtout à mon âge, surtout pour une fille aussi discrète que moi. Je prends une profonde respiration et passe mes bras autour de la nuque de mon compagnon avant de poser mes lèvres sur les siennes. Avec une fougue peu connue de moi-même mon baiser se fait plus pressant, plus vif, nos langues viennent à commencer une danse sensuelle.
Mes mains glissent sur sa peau, mes ongles se faufilé sur celle-ci avant de descendre jusqu’à sa ceinture. C’est la logique des choses, la continuité. Je commence à enlever sa ceinture, lentement tout en plongeant mon regard dans celui de Slade. Je lis la même envie qu’il peut lire dans mon regard. Je ne peux allez plus loin, je commence à trembler. Je ne sais pas quoi faire, je n’ai pas envie de le décevoir, je n’ai pas envie de faire mal les choses. Je détourne le regard un instant avant de l’attirer vers moi, me recouchant sur le lit. Il doit savoir que ce soir, c’est lui qui prend les reines, c’est lui qui me guide, c’est lui qui profite.
Ma main glisse sur son visage, caressant sa joue, remettant une mèche de cheveux en place. Mon regard l’implore de ne pas me faire mal, d’être doux, d’être agréable. Mon regard lui demande aussi de faire de moi celle qui partagera sa couche ce soir, de me faire du bien, de prendre soin de moi, de faire ce qu’il veut de mon corps à l’instant.

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


________________________________


crédit : code par quantum mechanics || image/gif par crédit || #codecouleurdialogue
I will stay strong. For everything you've done. I will stay. Alive & Strong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Slade S. Harper
L'Agence

avatar


× Dollars : 831
× Humeur : Ressuscitez moi, je crois que j'ai oublié ce qu'était la vie
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 334

MessageSujet: Re: Times are changing, so do we. - Slade   Sam 30 Juil - 18:18


   
ft. Donna & Slade

   
Times are changing, so do we

   
   

   

   
Les gestes de Donna sont maladroits, comme si elle marchait sur des oeufs, craignant de briser quelque chose a chaques gestes effectués. Etrangement, Slade trouve ça "mignon".
Il continue a faire monter un peu plus l'envie chez elle. Doucement. Calmement. C'est une belle initiation que le sorcier lui offrait là.
C'est en croisant le regard de la jeune femme qu'il se surprit a éprouver une pointe d'apréhension. Il ne craignait pas de mal s'y prendre pendant l'acte. Non. C'était une toute autre chose. Ce dont il avait peur c'était qu'elle s'attache... et lui avec. Il ne voulait pas la faire souffrir. Lui, souffrait déjà bien assez. Si il n'y avait pas toutes ces barrières, il aurait peut être pu en tomber amoureux, avec le temps. Beaucoup de temps. Remplacer Milla. Remplacer cette souffrance qui s'était nichée a l'intérieur de lui. Il se crispa. Non. Il ne pouvait pas. Ne voulait pas.
Sa main caressa son corps entièrement nue. La voir ainsi était si beau. Si magique. Mais ses pensées l'empêchait de se laisser aller complétement. L'idée que quelqu'un lui fasse du mal lui était insupportable. Surtout si ce "quelqu'un" était lui. Et c'est malheureusement ce qui pouvait arriver si ils s'attachaient l'un a l'autre.
Il faisait preuve de temps de douceur, tant de patience. Si différent de ses anciennes relations. Tout était définitivement différent avec Donna. Et c'était cette différence qui l'effrayait en quelques sortes. Pourquoi la traitait il différement ? Comme si il pouvait y avoir une quelconque chance qu'ils finissent leurs jours ensembles...
Peut être parceque Slade y avait vu cette même souffrance dans son propre regard. Pour une fois ce n'était pas le corps d'une femme qui l'intéréssait mais bien cette femme elle même. Tout comme Milla auparavant.
Il fait glisser lentement la culotte de Donna le long de ses jambes, ne loupant pas une miette de ce qu'il dévoile.
Tout comme Milla auparavant...
Devait il y voir un quelconque avertissement dans cette pensée obscure ? Bien sur. Et pour une fois il allait écouter le petit ange qui tronait sur son épaule. Le diable de l'autre coté avait déjà fait assez de mal comme ça.
Slade sentit le corps de Donna se contracter quand il caressa son entre jambe, il l'interrogea du regard mais ne vit qu'une réponse positive. Elle voulait continuer.
Il renouvela plusieurs fois son geste avec un peu plus d'intensité. Quand il sentit qu'elle était prête, il quitta le lit et se mit debout, en face du lit. Il entreprit de terminer ce que Donna avait commencé, a savoir, retirer son pantalon. Son regard brilla d'une intensité nouvelle quand son pantalon vint choir sur le sole.
Slade lui sourit, fit le tour du lit, lentement mais surement, affolant un peu plus les sens de la jeune femme, qui, elle, était totalement nue sur le lit. Un ange dénudé sur son propre lit. Vision excquise.
Il s'installa a nouveau au dessus d'elle. Le sorcier saisit la main fébrile de Donna et la posa sur l'élastique de son boxer, la défiant du regard.

- C'est toi qui décide maintenant... Lui susurra il a l'oreille d'une voix envoutante avant de lui mordiller le lobe de l'oreille.

Elle pouvait faire ce quelle voulait de lui. Meilleur moyen pour faire disparaitre sa peur.


   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   

________________________________


Nothing is impossible
Deux, trois, quatre, cinquante mille éclats d'émotion me poignardent en plein coeur, se liquéfient en gouttes de miel tièdes qui apaisent mes bleus à l'âme. On se tuait en essayant de rester en vie. + ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Times are changing, so do we. - Slade   

Revenir en haut Aller en bas
 
Times are changing, so do we. - Slade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PA GEN DYOL -NEW YORK TIMES LAN BOUNDA MARTELLY
» [F] ▲ LAURA SLADE WIGGINS - Destruction is his game
» Yon ATIK ENTERESAN NEW YORK TIMES sou GUY PHILIPPE
» LOS ANGELES TIMES
» Changing Times - Axel Rudi Pell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always and Forever ::  :: Mystic Falls - Willow Creek :: Les Appartements, Maisons-