AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 Un peu de silence je vous prie... [Ft. Donna Holloway]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité




MessageSujet: Un peu de silence je vous prie... [Ft. Donna Holloway]   Jeu 19 Mai - 14:27





Un peu de silence je vous prie…
Ft. Donna Holloway
Je marchais en direction de la ville, les mains dans les poches de mon blouson, en réfléchissant à ma situation. Depuis que j’avais mis les pieds à Mystic Falls, je n’avais pas avancé d’un iota dans mes recherches sur l’identité de la personne qui m’avait transformé. Les jours passaient et la frustration allait en grandissant. Je ne m’étais pas attendu à la démasquer dès mon arrivée, mais force était de constater que j’étais toujours au point de départ et que je n’avais pas l’ombre d’une piste à explorer. D’ailleurs, le vampire en question était-il seulement ici ? J’en venais même à douter des informations que j’avais recueillies à Londres… La rencontre avec Ivy constituait le seul rayon de soleil depuis mon départ d’Angleterre. Mais il fallait que je continue de chercher. Il fallait que je trouve des réponses à mes questions. C’était pour ça que j’avais tout quitté. C’était pour ça que j’étais toujours… ici. Je ne pouvais pas me résoudre à utiliser le mot « vivant ». Pour moi, je ne vivais pas. J’étais là, mais je ne vivais pas. Je ne vivais plus depuis bientôt 30 ans. Depuis le jour où ce connard a gâché mon suicide. De colère, je serrais les poings.

Bientôt j’arrivais en vue de la Mystic Falls High School. Je m’étais récemment mis à rechercher des petits boulots, plus pour m’occuper l’esprit que par réel besoin financier d’ailleurs. Que des boulots où je serai tranquille, au calme, mais suffisamment occupé pour que mon esprit ne revienne pas immanquablement à cette nuit du 5 avril 1987. J’allais devenir fou si je ne faisais rien d’autre que ruminer. A partir de la semaine prochaine j’allais être employé comme fossoyeur au cimetière de la ville. Quand j’avais vu l’annonce dans le journal, je m’étais immédiatement rendu à l’adresse mentionnée dans l’article afin de proposer mes services. Le responsable n’avait pas été très compliqué à convaincre. En plus avec ma fascination morbide pour la mort, c’était l’endroit idéal où passer mes journées. A l’idée de côtoyer ces morts dont j’enviais le sort au quotidien, je n’avais pas pu résister. C’était plus fort que moi. Masochiste ? Peut-être. En grande souffrance ? Sans aucun doute.

Mais j’avais encore une semaine avant de commencer mon travail de fossoyeur. Et une semaine, c’est long. Très long. Du coup, je mettais mis à la recherche de missions intérimaires pour m’occuper jusque-là, laissant mes coordonnées chez la plupart des commerçants en indiquant que j’étais prêt à faire n’importe quel petit boulot. C’était finalement une secrétaire du lycée de la ville qui m’a appelé sur le portable que j’avais acheté pour l’occasion. J’allais lui dire que je n’étais pas intéressé (une journée entière au milieu d’une foule d’adolescents braillards, je préférais encore la passer à me torturer psychologiquement) quand elle me dit que le travail constituait à remplacer la bibliothécaire pendant la durée de son congé maladie. Un endroit où l’on vous foudroie du regard si vous avez le malheur de faire un peu traîner votre chaise, c’était déjà plus envisageable. En plus j’aurais juste à faire un peu de classement et d’archivage, rien de plus. Je finissais par accepter en lui promettant que je serais là à la première heure le lendemain.

Et j’y étais. En franchissant les grilles du lycée, je me sentis replongé plus de 40 ans en arrière, quand j’y commençais mes études en traînant les pieds. Je fuyais le vacarme de la cour pour me diriger rapidement vers le calme de la bibliothèque. La secrétaire m’y attendait déjà. Je la saluais poliment avant qu’elle ne me fasse visiter les locaux rapidement et m’explique plus précisément en quoi consisteraient mes tâches. Je la rassurais quand elle s’inquiéta de savoir si j’avais bien tout compris et lui promis de ne pas hésiter à aller la voir si j’avais le moindre souci. Entrer des références de bouquins dans le logiciel interne de l’Université, je crois que ce sera dans mes cordes. Après avoir pris congé d’elle, je m’installais au bureau qui m’étais dédié et me mit tranquillement au travail. De là où j’étais, j’avais une vue globale sur l’ensemble de la bibliothèque. Peu à peu les étudiants commençaient à arriver pour effectuer des recherches ou faire les travaux qui leur avaient été confiés. Je les observais à peine, me contentant de foudroyer du regard les quelques-uns qui faisaient trop de bruit à mon goût.

Très vite je réalisais que j’avais grandement surestimé la quantité de travail qui m’avait été donnée. Je n’étais pas là depuis deux heures que j’avais déjà fini l’archivage des nouveaux livres arrivés la semaine dernière. La journée promettait d'être longue… Afin de ne pas mourir d’ennui, je parcourais les rayons de la bibliothèque, recherchant de quoi m’occuper un moment. Dans le coin consacré à l’Histoire, mon regard fut attiré par un vieux volume poussiéreux dont la tranche indiquait « Histoire de Mystic Falls ». J’attrapais le bouquin et le ramenais à mon bureau afin d’en commencer la lecture...



codage adapted from jacks ღ

Revenir en haut Aller en bas

Donna Holloway
Neutre

avatar


× Dollars : 301
× Humeur : Torturée
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 94

MessageSujet: Re: Un peu de silence je vous prie... [Ft. Donna Holloway]   Mar 24 Mai - 0:14

Un peu de silence je vous prie...



Sans doute un peu stupide de ma part que de me rendre à la bibliothèque pour trouver des livres sur l’autodéfense, ainsi que sur ce que je pourrais faire dans un avenir plus ou moins proche. Je ne pense pas que ce travail de mannequin soit parfait pour moi. Ca n’est pas ce que je veux faire de ma vie, je veux faire autre chose, mais quoi, c’est la toute la question.
J’étais plutôt douée enfant, pour les études. Seulement, en grandissant, avec les coups de mon père, j’avais décroché. A quoi bon suivre les cours, si de toute façon, il me frapperait ?  J’avais été assez déçu et j’avais perdu envie d’apprendre. Sans doute pour ça que j’ai fini serveuse et mannequin, on ne demande pas beaucoup d’agilité cérébrale dans ces travails. Dans les deux, en gros, faut être joli et faire ce qu’on dit.  Je n’ai pas la prétention à dire que je suis jolie, mais si je ne l’étais pas, je ne ferais pas ce travail actuel. Malgré tout, je n’avais pas choisi ce que je voulais faire. Sûrement que tout ce qui était social n’était pas pour moi. J’ai du mal à être en contact avec les autres, je suppose que ça n’est pas fait pour moi. Pourtant, je ne sais pas quoi faire de ma vie. J’ai toujours pensé que mon père me tuerait, alors mon avenir… Maintenant, en Amérique, c’était différent. Je voulais vivre ce rêve Américain dont on discute souvent.
Pour l’autodéfense, c’est étrange de lire ça dans un livre, mais je veux savoir de quoi on va me parler. J’ai décidé de me prendre en main, d’une certaine manière. Si un jour je croise mon père, il faut que je sois apte à me défendre contre lui. Contre lui où contre d’autres. Je ne suis pas forte, je suis typiquement la femme de base qui a peur et qui hésite, mais il faut que je sois forte. Si je ne le suis pas, que va-t-il advenir de moi ?
Parfois, l’idée de mourir, par mon père, par un autre, me fait peur, mais pour autant, je me dis que ça sera une délivrance.
C’est ainsi, que les yeux sombres, le visage fermés, j’avais atterrit à la bibliothèque de la ville. On trouve son bonheur parmi les livres, non ? C’était encore une nuit où je n’avais pas dormi, hanté par les cauchemars, hantait par la vie en général. J’arrivais donc fébrile et pâle. En arrivant, elle trouva assez rapidement le rayon sport. Dedans, il était facile de trouver les livres que je voulais concernant l’autodéfense, les sports de combats. Je n’arrivais pas à trouver ce que je voulais concernant ma deuxième recherche. Je ne savais pas quoi cherché. Alors je me rendis à l’accueil, où un homme était en train de lire.
- Excusez-moi… Je cherche. Des livres sur… Je ne sais pas comment expliqué.
Je me mordis la lèvre en tenant la pile de livre contre moi.
- Je ne sais pas réellement ce que je veux faire de ma vie et je veux trouver des livres pouvant m’aiguiller sur des filières, sur des travails… Vous voyez ?










Shtoum (c)

________________________________


crédit : code par quantum mechanics || image/gif par crédit || #codecouleurdialogue
I will stay strong. For everything you've done. I will stay. Alive & Strong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un peu de silence je vous prie... [Ft. Donna Holloway]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MONSIEUR L'ADMINISTRATEUR RECTIFIER JE VOUS PRIE, CES ASSERTIONS MENSONGÈRES
» Je vous prie de bien vouloir m'excuser...
» Veuillez ne pas me déranger dans ma lecture, je vous prie...
» Je vous prie de me laisser tranquille
» Je vous prie de bien vouloir m'excuser...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always and Forever ::  :: Mystic Falls - Centre Ville :: Le Mystic Falls High School-