AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 I just can't fight this feeling. Feat Riley Jenkins |Hot|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Xander Syrus
L'Agence

avatar


x Emploi : Agent de police
× Dollars : 228
× Humeur : Défiant
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 926

MessageSujet: I just can't fight this feeling. Feat Riley Jenkins |Hot|   Mar 22 Déc - 20:23



I just can't fight this feelingTrop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent. ( Junior Caldera → Can't fight this feeling )
Le soleil se couche. La lumière emporte tout ce qu'il y a d'humain dans ce monde. L'obscurité de la nuit ramène tout ce qu'il y a d'inhumain. Les histoires racontent que seulement la nuit apparaissent vos pires cauchemars. Ce ne sont pas des histoires. C'est une réalité.

Flash back on
PDV Stéphane on
Je la suis. Sans relache. Cette petite pute de vampire croit être discrète mais je l'ai vu. Je l'ai vu bordel !
Il y a deux jours de ça cette infame créature a tué un homme. Pur plaisir ou moyen de survit ? Je n'en sais rien, peut être les deux. Les vampires sont des bêtes sauvages sans coeur.
Tu n'a pas été assez discrète ma belle. Je te ferai subir le même sort que tu as réservé pour tes victimes. Je t'enverrai toi et ton espèce en enfer.
Tu peux fuir tes victimes. Fuir tes démons. Ils te rattraperont. Je te rattraperai.
PDV Stéphane off
Stéphane n'est pas rentré depuis deux jours chez lui. Il est sur une piste d'une jeune vampire depuis qu'il a vu celle ci achever froidement sa victime aprés avoir bu tout son sang dans la forêt. Johnson était là a ce moment là et tout en se cachant avait pu assister a toute la scène. Spectacle morbide a souhait.
Profitant que Svetlana était elle aussi partit en vadrouille de son coté, il l'avait simplement avertit d'un coup de téléphone qu'il ne rentrerait pas avant deux ou trois jours a la maison. Etrangement sa soeur n'avait pas cherché a en savoir plus malgré sa possessivité. Elle lui faisait confiance mais celle ci avait des limites. A son retour, elle l'attendrait de pied ferme.
Stéphane n'avait pas encore pu observer la vampire de prés mais il comptait bien la coincer.
Flash back off
Le sorcier jura aprés son portable. La nuit l'empêchait de voir correctement ou il mettait les pieds et la lampe torche de son téléphone n’éclairait pas assez loin . La vampire était passée par là il y avait quelques minutes il ne devait pas se faire repérer. Il grinça des dents quand une branche craqua sous son poid. Niveau discrétion les bruits de la forêt n'était pas l'idéal. Stéphane se demanda si sa proie l'avait repéré. Peu importe, il savait se défendre. Cependant il regretta de ne pas avoir prit de pieu avec lui. Un objet qui pouvait toujours s'avérer utile en compagnie de suceur de sang.
Il s'arreta devant une sorte de crypte puis regarda autour de lui. Ce sous sol était une cachette extraordinaire pour un vampire. Ayant perdu sa trace, celle ci avait peut être eu l'idée de s'y cacher. Johnson hésita puis finit par y entrer, son portable éclairant les quelques marches. Il n'était pas sur mais il cru déceler des traces de sang séchée au sol. Pourtant une fois en bas, Stéphane ne vit personne. Il s'était surrement trompé. L'homme balaya l'endroit du regard sans se douter qu'une présence l'observait dans l'ombre juste derrière lui, le surplombant au dessus des marches. Il ne tarda pas a s'en apercevoir quand il pivota pour remonter. Stéphane se retourna nez a nez avec l'ombre. Prit de surprise il lacha son portable qui dégringola les deux dernières marches et glissa au milieu de la pièce. La lampe torche pointant sa lumière sur le plafond du sous sol.

- Merde ! Cracha il d'une voix grave en rejoignant son portable.

Il se redressa sans quitter des yeux la femme en face de lui. Elle avait tout l'air d'être la fameuse vampire que Stéphane cherchait. Il pointa la lumière sur elle sans se soucier de l'éblouissement. Lumière qui éclairait par la même occasion une bonne partie de la pièce. Le sorcier la dévisagea de son regard froid.

- Qui êtes vous ?

Son ton glacial sans aucune pointe de peur en aurait fait fuir plus d'un...mais pas elle.

© 2981 12289 0

________________________________


I don't want to die alone@Nymeria


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité




MessageSujet: Re: I just can't fight this feeling. Feat Riley Jenkins |Hot|   Mer 23 Déc - 1:24



I just can't fight this feelingTrop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent. ( Junior Caldera → Can't fight this feeling )

FLASH BACK – ON

Je suçais les quelques dernières gouttes de sang qu'il restait dans son organisme, j'entendais son cœur cesser de battre petit à petit. C'était devenu mon nouveau rituel, depuis mon retour de Finlande j'avais repris mes mauvaises habitudes, sans doute en pire étant donné que je m'étais privée durant des mois. Pourquoi faire des efforts ? Ça ne payait jamais. Il était mon dîner, je ne le connaissais pas, j'avais juste joué à mon jeu préféré : faire la morte sur le bord de la route, me relever, le tuer. Facile, rapide, et nourrissant. Je devais bien manger de toute façon, mais en même temps les tuer sadiquement nourrissait plus que mon estomac. Et concrètement... Je n'en avais plus rien à foutre. Jan ignorait peut-être encore cette partie de moi qui avait refait surface, et s'il ne tardait pas à l'apprendre, peut-être qu'il prendrait ses jambes à son cou, ou se déciderait enfin à réutiliser ses pouvoirs. Contre moi. Quoiqu'il en soit je n'y étais pas encore mais écoutais patiemment ma victime quitter le monde des vivants pour rejoindre le pathétique monde des morts. Avant que son cœur ne s'arrête pour de bon, je rentrais mes crocs rapidement et lui brisais la nuque. D'un seul geste des mains, un craquement, la chute sur le sol, il était mort. Je le regardais gisant sur le goudron, un nouveau corps sans vie laissé sur le bord de la route par mes soins. J'avais impatience de voir ce que les autorités de Mystic Falls trouveraient comme excuse pour justifier ce nouveau meurtre. Je n'avais pas peur de me faire prendre, je n'étais pas une novice. Je m'essuyais la bouche d'un revers de main et enjambais avec dégoût le cadavre à mes pieds pour prendre la route de mon appartement. C'était fini pour aujourd'hui.

FLASH BACK – OFF

Il était l'heure de dîner. Il était tard certes, mais j'avais entendu dire qu'une fête étudiante se tenait à l'orée de la forêt, facile pour moi d'attirer un mâle en chaleur, de lui faire croire monts et merveilles et de transformer son rêve en cauchemar. Quel monde cruel. Trop facile. J'avançais discrètement entre les arbres, inutile de prendre la vitesse vampire, je devais rester sur mes gardes. Le moindre bruit attirait mon attention, notamment celui du type qui m'avait suivit depuis un bon moment déjà. J'avais eu cette impression d'être suivie depuis un moment, elle s'était confirmée par le craquement d'une branche sur le sol. C'était donc ça le lointain faisceau de lumière qui me titillait la vue depuis quelques minutes ? Intéressant. Je ralentissais la cadence pour qu'il ne perde pas ma trace, même si je ne doutais pas un seul instant qu'il ne la perdrait pas. Si c'était un humain, il n'avait qu'à regarder sur le sol. Si c'était un chasseur, son instinct le guiderait jusqu'à moi. Si c'était un sorcier, il avait ses pouvoirs. Et pour se guider dans la nuit avec la pauvre lampe torche LED de son téléphone portable, ce n'était définitivement pas un vampire, oh que non. Et si c'était encore un enfoiré de loup-garou, je n'allais pas hésiter à lui retirer le cœur d'un coup, cette fois-ci. J'avais donné niveau morsure.

Heureusement pour moi l'odeur de chien ne semblait pas se répandre dans la forêt telle une boule puante, pas de loup-garou à l'horizon, c'était déjà ça de pris. Je souriais en coin, amusée pour la situation et continuais mon périple à travers les bois. Si quelqu'un me suivait vraiment, je ne pouvais pas aller manger tranquillement, me mêler à la foule était la pire idée qui soit. Je n'avais pas une gueule d'étudiante, encore moins de celle qu'on invite à passer la soirée. Si quelqu'un disparaissait ce soir, les doigts se tourneront inévitablement vers moi. J'avais pris un autre chemin, celui du sous-sol des Lockwood. Mes craintes d'être suivie seraient résolues, si quelqu'un se pointait quelque minutes plus tard, c'était véridique. Si rien ne se passait, j'étais une grosse parano. Je me terrais dans l'ombre et prenais mon mal en patience, écoutant les pas de l'homme. Oui c'était un homme, aucun doute la dessus. Le type s'arrêta devant l'entrée, hésitant quelques secondes avant de s'y engouffrer. Grossière erreur. On me suivait bel et bien. Qui était assez idiot pour faire ça ? Aucune idée, mais j'allais vite le découvrir. Je mettais en éveil tous mes instincts de vampire, prête à attaquer au moindre mouvement suspect de la part de l'espion. J'étais bien trop curieuse pour me contenter de fuir et de le laisser poireauter dans le sous-sol où bon nombre de loups-garous s'étaient transformé les soirs de pleine lune.

Je m'étais approchée à pas de loup (ahah) et l'observais depuis le haut des marches. Mon ombre le surplombait, lorsqu'il s'en rendit compte, j'avais déjà réduit le peu de distance qui me séparait de lui. Je l'avais même fait sursauter, pauvre petit. Le sursaut lui fit lâcher son téléphone qui dégringola les deux dernières marches. Une voix grave surgit de sa gorge, le genre de voix virile qui me faisait frissonner de partout. La voix d'homme, celle qui ne laisse personne indifférent. Je fis une petite moue mêlée à un sourire, descendant doucement de nouveau les escaliers. J'étais pile poil à sa hauteur lorsqu'il se relèverait après avoir récupéré sa lampe torche improvisée. Il la braqua sur moi d'ailleurs, me dévisageant sans vergogne, voulant savoir qui j'étais. Je ne cillais pas, la lumière en plein visage ne me dérangeait pas. Monsieur me suivait depuis je ne savais combien de temps, autant qu'il sache à quoi il avait réellement affaire. Une humaine aurait râlée. Une sorcière aussi.  

« Riley Jenkins. On va directement passer au tutoiement puisque tu me suis depuis tout à l'heure. »

Ou peut-être plus, mais ça je lui laissais le loisir de me le dire, il serait bien content après tout. Il croyait me faire peur avec sa grosse voix ? Un rire aurait presque pu s'échapper de ma gorge. Il ne m'effrayait pas. Je n'avais pas peur des hommes de base, encore moins des hommes aux grosses voix, et encore moins des hommes aux grosses voix qui se veulent flippant avec leur air froid. Il pouvait le ranger son ton de barquette surgelée, baraqué comme il était, même un poisson pané ne faisait pas le poids niveau carrure. Quoiqu'il en soit, il avait cet air sexy, je le détaillais de la tête aux pieds sans être gênée le moins du monde par sa lumière façon interrogatoire de police. Il était bien mignon celui-ci mais il devait bien y avoir une raison pour laquelle il me suivait. Un autographe peut-être ?

« Alors ? Pourquoi tu me suis ? »

Non l'idée de lui proposer un autographe allait rester au stade d'idée. J'étais téméraire, mais pas débile.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Xander Syrus
L'Agence

avatar


x Emploi : Agent de police
× Dollars : 228
× Humeur : Défiant
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 926

MessageSujet: Re: I just can't fight this feeling. Feat Riley Jenkins |Hot|   Mer 23 Déc - 22:37



I just can't fight this feelingTrop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent. ( Junior Caldera → Can't fight this feeling )
Ce mec est une énigme et le restera sûrement jusqu'à sa mort.
Bien trop mystérieux pour qu'on le connaisse vraiment.
Bien trop odieux pour qu'on l'apprécie réellement.
Bien trop féroce pour qu'on ose l'affronter directement.

Ce n'était pas sa première rencontre vampiresque. Et surrement pas la dernière. Stéphane en avait déjà vu des plus coriaces. A regarder, la vampire ne paraissait pas bien dangereuse mais pourtant il y avait quelques choses en elle de différent. Une sorte d'aura mystique quelle dégageait. Quelques choses de sauvage émanait d'elle. Quelque chose qui ne laissa pas le sorcier indifférent.
Une rencontre qui allait se passer comme toutes les autres. Rien de plus, rien de moins certainement. Alors pourquoi avait il le sentiment que ce n'était que le préambule ?
Le regard du sorcier était pesant. Ils se jaugeaient. Chacun cherchant a percer la faiblesse de l'autre. Les paroles pouvaient en dire long mais un corps pouvait en dire d'avantage. Un sursaut, une respiration plus profonde que la normale, un muscle qui se tend, n'était que des réponses émotionnelles qui trahissait chacun de nous dans ce genre de situation. Qui serait le premier a laissé entrevoir a l'autre la peur cachée dans nos entrailles ? Ni l'un ni l'autre pour l'instant.
Stéphane avait beau la sonder de ses yeux sombres, de fond en comble, la vampire ne laissait rien apparaitre a la surface. 1 a 0 pour la suceuse de sang. Johnson avait déjà plus ou moins perdu a ce jeu là en laissant sa surprise apparaitre au grand jour. Ce n'était que partie remise.
La lumière de la lampe torche improvisée du sorcier braqué sur le visage de celle ci lui permit d'analyser les traits de son visage. Il fallait l'avouer, la vampirette avait du chien. Son style sombre lui donnait du caractère. Sa chevelure noir corbeau descendait en cascade le long de ses épaules et couvrant ainsi le haut de son dos.
Je vais te faire ôter ce sourire...
Un rictus insupportablement agaçant se lisait sur le visage de la jeune femme ce qui sembla titiller les nerfs de l'homme.

- Riley Jenkins. On va directement passer au tutoiement puisque tu me suis depuis tout à l'heure.

Ce fut au tour de Stéphane de sourire.
Oh elle parle.
La voix de Riley emplit le sous sol et vint bourdonner dans les oreilles du sorcier.

- Alors ? Pourquoi tu me suis ?

Le sourire s'accentua, se transformant en un rictus dédaigneux. Lorsque l'on connaissait le specimen, ce n'était généralement pas bon signe. L'ouragan Stéphane n'était pas bien loin. Les prévisions météo n'annonçait rien de bon. Forte bourrasque de vent mélé a un orage iminent. Mais Riley ne connaissait pas la tempête en question. Elle ne cillait pas, ne se doutant pas qu'une averse de grêle pouvait tomber d'un instant a l'autre. Tréve de météorologie. La vampire ne paraissait en aucun cas intimidée par la masse imposante qu'était Stéphane. Techniquement elle ne faisait pas le poids face a lui mais c'était sans compter sur ses capacités de vampire. Il avait tendances a un peu trop oublier ce léger détaille. Foncer tête baissé, un défaut que son deuxième corps Svetlana lui avait bien souvent reproché.
Stéphane la surprit en train de le détailler de la tête au pied. Il fronça les sourcils et changea de position.
Elle me reluque la vampirette ?
Il se racla la gorge et se décida a prendre la parole de sa voix rauque.

- Tu veux savoir pourquoi je te suis Riley ? Il prononça son nom en y mettant tout le mépris qu'il pouvait faire ressortir. Il se trouve que je t'ai vu a l'oeuvre il a peu...

Laissant sa phrase en suspend, il fit quelques pas pour se rapprocher d'elle tout en laissant un minimum de distance de sécurité. Il n'était pas fou. Du moins pas complètement. Le sorcier entreprit de la détailler de la même manière quelle l'avait fait pour lui auparavant, lui offrant comme cadeau son sourire le plus flippant. Un sourire qui avait tout l'air d'une menace. Il n'avait pas besoin de mots, l'expression sur son visage suffisait.

- Tu es un vampire et... oh quelle coincidence. Il prit un air faussement contrarié. Il se trouve que j'ai une facheuse tendance a vouloir tuer ces infames suceur de sang.

Le retour du sourire ravageusement flippant marqua la fin de sa phrase. Cherchant de quoi achever sa futur victime, il fit quelques pas dans le sous sol sans pour autant trop s'approcher de Riley.

- Tu t'attaques a des pauvres gens sans défense ? Je ne suis pas contre le fait de tuer des gens mais ... c'est pas un peu lache ça Riley ?

Round 1. Un point pour le sorcier psychopathe. Cette conversation commençait a grandement l'amuser, ignorant la voix dans sa tête qui lui disait que le fait de provoquer un vampire n'était pas bon. Du tout.
Stéphane croisa les bras, reprenant son sérieux.

- On a perdu sa langue vampirette ? Dit il d'une voix moqueuse.

Espérons que la vampirette en question n'avait pas trop le sang chaud. Il jouait avec le feu. Comme toujours.

© 2981 12289 0

________________________________


I don't want to die alone@Nymeria


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité




MessageSujet: Re: I just can't fight this feeling. Feat Riley Jenkins |Hot|   Mer 30 Déc - 21:57



I just can't fight this feelingTrop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent. ( Junior Caldera → Can't fight this feeling )

Il m'avait suivit, je doutais quand même parce qu'il m'arrivait d'être parano, mais le voir débarquer près de l'entrée du sous-sol des Lockwood et y descendre, en s'aidant de son téléphone portable pour y voir plus clair m'avait conforté dans mon idée principale : cet homme me suivait. Pourquoi je ne le savais pas encore mais je comptais bien le découvrir.

Quelle ne fut pas son sursaut quand il comprit que la vampire qu'il suivait depuis je ne sais combien de temps se tenait juste derrière lui, le surplombant de son ombre menaçante. Oui parfaitement, une femme aux courbes parfaites - je m'étouffe dans ma modestie - et aux cheveux tombant sur ses épaules c'est très menaçant. Je n'étais pas sûre de la véracité de mes pensées à ce moment-là. Quoiqu'il en soit le brun avait eut une telle frayeur qu'il en avait fait tombé son téléphone sur le sol, et celui-ci semblait toujours en bon état. Il devait aimer les Nokia. Nous nous étions jaugé en silence, parfois, cela valait mieux. Je restais tout de même sur mes gardes, Azriel était l'un des cinq mais j'avais la sensation que celui-ci n'était pas aussi ouvert d'esprit qu'avait pu l'être mon chasseur préféré. Qui me manquait, soit dit en passant. Comment un chasseur de vampire pouvait manquer à un vampire ? Cette question allait rester sans réponse puisque je reportais toute mon attention sur celui qui se tenait face à moi, et braquait sa lampe improvisée en plein sur mon visage. Il avait voulu savoir mon nom. Il devait le savoir puisqu'il me pistait ? De toute évidence non, et je n'avais pas tardé à lui donner sa réponse, qu'il le sache maintenant ou à l'agonie une fois que je lui aurais fait bouffer son portable ne changeait pas le résultat de l'équation. Il allait mourir, j'allais continuer ma vie. Alors pourquoi est-ce que j'avais l'impression que ça n'allait pas être aussi simple ?

Il m'intriguait, je ne saurais expliquer pourquoi mais il avait un petit quelque chose qui faisait que je me méfiais de lui plus que d'un autre. Je ne me laissais pas aller, je restais sur mes gardes, le moindre geste brusque pouvait m'être fatal, même s'il n'avait pas de pieu à porté de main. Un brise-nuque, le temps qu'il aille chercher une branche et on pouvait enterrer mon cadavre le lendemain. Quelles pensées glauques...

J'avais eu un rictus en lui faisant comprendre que je savais qu'il me suivait. Je n'étais pas un vampire né de la dernière pluie, j'avais plus de deux cents ans de vie, je savais quand on me suivait de trop près. Il avait eut la bêtise de le faire, et voilà où nous en étions. Pourquoi est-ce que cette situation me satisfaisait ? Il n'y avait pas de quoi. Je lui avais demandé pourquoi il me suivait, autant ne pas tourner autour du pot. Je n'avais pas manqué de l'observer de la tête au pied, histoire de voir à qui j'avais à faire, mais aussi, ne le nions pas, de pouvoir mater sans vergogne. Qui étais-je pour jouer la prude ? Qu'il le remarque ou non, ça ne changeait toujours rien. Il était sexy, mais s'il ne me foutait pas la paix il allait crever, à lui de voir où se situait ses priorités, parce que ça me fendrait le cœur de devoir arracher la vie à un si joli minois.

Il avait prononcé mon prénom avec tellement de mépris, celui-là ne devait vraiment pas aimer les vampires. Avais-je tué quelqu'un de sa famille ? Ah, possible.... Tant pis. La vie ça vient, ça part, au final les mortels crèvent tous alors pourquoi s'embêter avec un deuil et j'en passe. "Tu veux savoir pourquoi je te suis Riley ?" sa question me trottait en tête, et irrésistible envie de lui répondre "Oui, Captain Obvious, je viens de te le demander" me titillait au plus haut point, mais je me doutais qu'il n'avait pas fini, alors autant le laisser s'enfoncer, j'allais peut-être pouvoir en rire. Il continua, il m'avait vu à l'oeuvre. Encore une fois l'envie de lui dire que j'avais déjà réalisé des centaines d'oeuvre me titilla le bout de la langue mais je gardais les lèvres closes, ce n'était pas le moment. Il avança vers moi, me jaugeant de la même façon que je l'avais fait quelques secondes auparavant. Je relevais un peu le menton, gardant ma fierté pour moi, je n'étais pas facilement impressionnable, il pouvait avancer tant qu'il voulait, se coller à moi-même. Au moins, en baissant les yeux, il aurait de quoi regarder.

Le brun souriait, certes, de manière flippante, mais il souriait. Il avait donc des dents ? Bonne nouvelle, je n'aimais pas les gens sans dents. Je penchais un peu la tête sur le côté, souriant en retour, rien de flippant, un sourire normal. Mon sourire de Riley. Qui s'élargit lorsqu'il souligna encore une fois une évidence : je suis un vampire. Merci Einstein. Tout ceci pour me dire qu'il avait aussi une fâcheuse tendance à vouloir tuer les gens de mon espèce. Ponctuant cette phrase une nouvelle fois par son sourire, il n'arrivait pas à tenir en place puisqu'il fit de nouveau quelques pas. Il n'était pas contre de tuer des gens, seulement moi, je tuais des personnes sans défense, il en profitait pour m'insulter de lâche. Oh, seigneur. Il croisa les bras, me demandant si j'avais perdu ma langue. Perche tendue. Je la passais rapidement sur ma lèvre et descendis les quelques marches qu'il me restait pour être parfaitement à plat sur le sous sol. Je n'étais plus du tout à sa hauteur, mais qu'importe, l'essentiel n'était pas du tout là.

« Oui, je tue des gens et alors ? Les humains bouffent bien des vaches ou des porcs, est-ce qu'on leur fait un procès pour s'attaquer à de pauvres animaux sans défense ? Non, alors ne vient pas m'emmerder parce que j'ai tué des pathétiques êtres de ton espèce. »

Je ne croisais pas mes bras moi, j'avais posé les mains sur ma taille, soulevant une nouvelle fois l'évidence. Je m'étais approchée de lui, je me fichais pas mal de la distance de sécurité, je voulais l'observer de plus près. Un mètre devait nous séparer, tout au plus, je pouvais lui arracher la tête d'un coup, mais je n'en fis rien.

« Tu penses peut-être le seul à vouloir tuer des vampires ? Oh pitié, reviens sur terre mon petit cœur, tu n'es ni le premier, ni le dernier, et en ce qui me concerne, tu ne sera pas le dernier à me dire ça. »

Je haussais rapidement les sourcils et fis une petite moue malicieuse, je flirtais avec le danger sans me soucier de ce qui risquait de m'arriver. Pourtant j'aurais du, mais la situation m'emportait, la présence de ce type m'intriguait tellement.

« Je suis un vampire comme tu dis, et tu m'as vue à l'oeuvre. Mais quand était-ce ? Quand j'ai bu le sang du mec après l'avoir rendu saoul ? Quand j'ai fait croire à cette pauvre probable mère de famille que j'avais perdu mes clefs dans le caniveau ? Quand j'ai joué la morte sur le bord de la route et que j'ai tué lentement ce type qui n'avait rien demandé ? Tu vois, j'ai énormément d’œuvres à mon actif, et tu sais de quoi je suis capable. Pour être encore ici à me dire que tu as la fâcheuse tendance à tuer les vampires, c'est que tu ne tiens pas à ta vie. »

J'avais arrêté d'avancer, j'étais juste face à lui, mes bras était redescendu le long de mon corps et je ne quittais pas ses yeux du regard, je me noyais dedans. Mais ça, il n'en saurait rien.

« Alors la véritable question ce n'est pas de savoir si j'ai perdu ma langue... »

Puisque je rêverais de la glisser au creux de ton cou.

« Mais plutôt de savoir qui est l'imprudent qui se tient devant moi ? »

Oui je l'avoue je crevais d'envie de savoir qui était ce bel imbécile.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Xander Syrus
L'Agence

avatar


x Emploi : Agent de police
× Dollars : 228
× Humeur : Défiant
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 926

MessageSujet: Re: I just can't fight this feeling. Feat Riley Jenkins |Hot|   Jeu 31 Déc - 13:47



I just can't fight this feelingTrop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent. ( Junior Caldera → Can't fight this feeling )

PDV Stéphane on
Imortelle créature, sauvage et terrifiante. Elle est complètement hors de contrôle et sait parfaitement de quoi elle est capable mais ne sait pas de quoi moi je suis capable... Et même si je suppose qu' elle me déteste, je ne peux m'empêcher d'être fasciné par Riley.
Elle me cherche avec ces yeux profondèment noirs et je me sens soudainement coupable, sans comprendre pourquoi. Du moins si, je sais pourquoi mais je refuse de l'admettre. Je ne peux tout simplement pas m'autoriser a penser une telle chose. Mais cette fille m'attire. Elle réveille en moi quelques chose qui était enfouit dans mon corps depuis quelques mois : le désir. Mais un désir bien différent que celui que j'éprouve avec Svetlana. J'aime Svetlana, bien que je ne lui avouerai jamais. L'amour est une faiblesse, je ne peux me laissé allé a ce genre de sentiment même si ils sont pourtant là. Mais je controle. Alors que Riley provoque en moi un désir... sauvage.
Je détourne le regard, médusé. Comment puis je arriver a penser une telle chose venant d'un vampire ? J'en vient a me dégouter moi même. C'est impossible. Je m'efforce d'ignorer les battements de mon coeur qui s'accelère lorsque je la vois s'approcher de moi. Je me dis que c'est un cauchemars, que cette fille n'a jamais existé et que je vais me réveiller quelques part dans les bras de Svetlana. Je ferme les yeux.
Réveille toi Stéphane...
J'ouvre les yeux. Rien n'a changé si ce n'est que Riley s'est rapprochée. Encore et toujours.
Elle me dévisage. Elle est vraiment là, elle me regarde. Pourquoi, diable, cette petite pute de vampire me fait cet effet là ?! Tout mais pas ça, merde !
C'est la panique dans mon esprit mais rien ne se lit sur mon visage.
D'un seul coup je supplie mon esprit de n'imaginer rien d'autre que des murs. Des murs. Une pièce ou elle ne serait pas là. En vain. Riley a reprit la parole, faisant s'écrouler mentalement les barrières que je m'étais construite.

- Oui, je tue des gens et alors ? Les humains bouffent bien des vaches ou des porcs, est-ce qu'on leur fait un procès pour s'attaquer à de pauvres animaux sans défense ? Non, alors ne vient pas m'emmerder parce que j'ai tué des pathétiques êtres de ton espèce.

Je hausse un sourcils. Brusquement, je me dégoûte. Je dois quitter cette pièce au plus vite, sinon mes propres pensées vont me déclarer la guerre. Mais une partie de moi bataille pour en savoir plus sur ce vampire, pour savoir jusqu'ou tout ça peut allé. Alors je reste, sachant pertinement que je vais le regretter tôt ou tard.
Je continue a l'écouter parler sans vraiment faire attention a ce qu'elle dit. Sa voix me fait l'effet d'une centaine de coup de couteau qui viendrait attérir dans mon dos.
Je me suis construit la réputation d’un monstre froid et insensible qui ne craint rien et se moque de tout. Alors ou est passé cet homme en ce moment même ? Je le cherche autant que vous.
Il y a quelque chose dans sa façon de me regarder qui donne l'impression d'être insignifiant et ça m'obsède, me rend littéralement fou. Elle ose se moquer de moi alors je prend ma respiration, me forçant a redevenir le Stéphane que j'ai toujours été. Elle se trouve juste devant moi, je suis bien plus grand qu'elle. Je vais lui faire regretter de s'être approché. Je pourrai trés bien lui briser la nuque et m'enfuir mais je ne suis pas un lache...
PDV Stéphane off

- Alors la véritable question ce n'est pas de savoir si j'ai perdu ma langue. Mais plutôt de savoir qui est l'imprudent qui se tient devant moi ?

Le sorcier fut presque surprit par cette dernière phrase.
L'imprudent...
Il lacha un petit rire moqueur, reprenant le contrôle sur son esprit et ses pensées.

- Stéphane Johnson.Enchanté. Dit il d'un air moqueur. Je ne te sers pas la main, je tiens a mon sang. Ricana il. Cette dernière phrase ressemblait étrangement a une moquerie. Chassez le naturel et il revient au galop.

Soudain tout devint clair. Il savait comment atteindre la vampire. Il allait la séduire comme il l'avait fait plus ou moins pour Rebekah, peut être qu'elle aurait la bonté de l'epargner. Il n'allait pas partir maintenant alors que le jeu venait juste de commencer. Cette Riley semblait bien plus réceptive que mademoiselle Mikaelson.
Stéphane détailla la vampire qui était venu se poster juste sous son nez, les mains sur les hanches. Sa position mettait sa poitrine en valeur. Elle était sexy, il fallait l'avouer. Personne ne pouvait passer a coté d'une telle évidence.

- Passons aux choses sérieuses Riley. Tu viens de coincer un humain dans un sous sol et il n'y a qu'une seule sortie. Alors que vas tu faire ?

Le retour du sourire déstabilisant. Il laissa sa phrase en suspend, guettant une réaction puis continua.

- Peut être vas tu commencer par caresser ma gorge, juste ici ? ...

Sur ses mots, il effleura du bout des doigts la gorge de la vampire.

- Peut être vas tu y planter tes crocs ?

Les doigts de Johnson s'arrétérent sur une veine. Il laissa ses pouvoirs envahirent l'esprit de Riley et controla le flux de souvenirs.

- Et si nous échangions les rôles vampirette ?

Stéphane fouilla dans l'esprit de celle ci jusqu'a tomber sur l'image actuelle. Il allait créer une hallucination mentale a Riley. Dans cette hallucination, elle ne serait plus qu'une simple humaine et le vampire serait lui. De quoi déstabiliser et moyen aussi de lui montrer qu'il était un sorcier et que ses pouvoirs pouvait l'aider si elle décidait a s'attaquer a lui.

Hallucination on
Stéphane caressa la joue de Riley laissant ensuite dériver sa main vers la commisure de ses lèvres ou il s'y attarda puis finit sa course dans son cou. Il retroussa les lèvres et laissa apparaitre ses canines de vampire.

- Ne bouge pas...

Il s'approcha lentement de sa proie et commença a déposer une série de baiser dans son cou, réveillant une nouvelle fois ce désir brulant dans le corps du vrai Stéphane et non pas de l'hallucination. Au moment venu, ses canines vinrent transpercer la peau de Riley.
Hallucination off

Stéphane relacha son emprise et laissa Riley revenir a la réalité. Il la lacha comme si sa main le brulait, rompant le contact.
A quoi est ce qu'il jouait ?
Son petit tour de magie l'avait amusé mais l'avait également fait monter son corps en pression. Un feu brulait en lui. Il ne cherchait même plus a nier l'évidence.
Une tension sexuelle régnait a travers le sous sol. Espérant ne pas être allé trop loin, il recula, tentant de se calmer puis s'adressa au vampire.

- Tu es un vampire. Je suis un sorcier. Nous sommes aussi dangereux l'un que l'autre...

Il ne continua pas sa phrase. A présent il en était sur, il était allé trop loin.
Qu'est ce qu'il m'a prit putain...

© 2981 12289 0

________________________________


I don't want to die alone@Nymeria


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité




MessageSujet: Re: I just can't fight this feeling. Feat Riley Jenkins |Hot|   Sam 2 Jan - 2:48



I just can't fight this feelingTrop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent. ( Junior Caldera → Can't fight this feeling )

Il parlait, il me traitait de lâche parce que je tuais des gens sans défense. Il savait que j'étais un vampire, il savait de quoi j'étais capable, alors qu'est-ce qu'il foutait encore ici ? Il pensait que sous prétexte qu'il a une carrure bien plus imposante que la mienne, il pouvait rivaliser ? Naïf. Au fil de ma tirade, puisqu'il pensait que j'avais perdu ma langue, je m'étais petit à petit rapprochée de lui. Le plus étrange dans toute cette situation c'était que j'avais envie de le tuer oui. Mais pas seulement. Il m'intriguait, il m'attirait, je voulais en savoir plus, j'étais même avide de l'entendre parler à nouveau. Mais ça l'admettre ? C'était difficile. La situation n'était pas comme avec mon ancien amant chasseur de vampire, lui ne cherchait pas à me tuer, ni à me piéger, et il ne m'avait pas en dégoût, j'en avais été persuadée après avoir visité sa piscine. Mais le brun face à moi était dégoûté par mon existence, par ce que j'étais. Il pensait que je l'avais choisi ? Etre un vampire avait bien entendu ses inconvénients, mais pour rien au monde je ne regretterais mon statut de créature de la nuit, même si je ne l'avais pas voulu à la base. J'avais achevé mon attaque verbale sur un petit trait d'ironie et d'humour. Non la question n'était pas de savoir si j'avais perdu ma langue puisque je savais très bien où elle se situait et où je voulais la mettre surtout, mais de savoir son identité à lui. Il m'intriguait tellement.

Stéphane Johnson. Son nom roulait sur ma langue d'une façon parfaitement délicieuse, agréable. Stéphane. Je répétais son prénom à plusieurs reprises dans ma tête, comme hantée. Par. Un. Putain. De. Prénom. Riley ? Fait toi soigner, vite. Il marqua la fin de sa réponse à ma question par une espèce d'ironie un peu... Futile et sotte. Je haussais un sourcil puis levais les yeux au ciel, il allait falloir qu'il renouvelle son stock de blagues nulles sur les vampires, c'était la base des bases là. Comme si je suçais le sang de quelqu'un en lui tenant la main. Je me tenais juste face à lui, bien plus petite certes, mais je ne baissais pas les yeux pour autant, je dardais mon regard noir sur le sien, nos corps séparés par quelques centimètres seulement. A tout moment l'un de nous pouvait tenter de tuer l'autre et pourtant mon ego et ma fierté me criait de ne pas bouger, de ne pas partir d'ici en prenant mes jambes à mon cou. Il m'avait suivit de toute manière, et vue à l'oeuvre d'après ses dires. Je ne savais pas depuis quand sa filature durait, mais depuis mon dernier repas j'avais eu le temps de repasser chez moi prendre une douche, il savait forcément où j'habitais, il me retrouverait facilement.

Il voulait qu'on passe aux choses sérieuses, ça tombait bien, moi aussi. J'étais seule, j'avais pris au piège un humain dans un sous-sol, qu'est-ce que je comptais faire ? Au fond c'était une bonne question. Je ne savais même pas, ma curiosité me poussait à le laisser en vie pour en apprendre plus sur lui, ma raison me disait de le buter sur le champs et de laisser son corps pourrir dans le noir. Il serait trouvé à la pleine lune par un loup-garou avisé qui viendrait se transformer en toutou à cet endroit. Mais je n'en fis rien et je ne lui répondis pas, de toute façon il reprenait déjà la parole. Peut-être que j'allais commencer par lui caresser sa gorge oui, à l'endroit même où il venait de déposer ses doigts sur la mienne. J'esquissais presque un mouvement de recul en le voyant approcher puis me toucher, mais je me laissais faire, méfiante. Je frissonnais de partout, son contact me brûlait, depuis mes entrailles jusqu'au cuir chevelu. C'était désagréable et agréable à la fois. Je me sentais affreusement bizarre à cet instant précis, mais je me laissais toucher par le brun, avide de plus. C'était malsain en tout point.

Je le laissais me caresser la gorge du bout des doigts, ce n'était pas spécialement doux, mais surtout électrisant. Il me demandait si j'allais planter mes crocs, et venait déposer ses doigts sur une de mes veines. Je me sentais bizarre, quelque chose d'anormal se produisait et même si mon cerveau me criait de fuir, mon corps refusait d'obéir, j'étais captivée par ce qu'il me disait, je voulais savoir la suite. Et j'allais être servie, puisqu'il me proposa d'échanger les rôles. Je n'eus pas le temps de répliquer, ses doigts remontèrent jusqu'à ma joue. Qu'est-ce qu'il faisait ? Je me sentais absolument impuissante, mon regard était trouble, mon ouïe plus lointaine, mon odorat ne percevait plus que l'horrible odeur de renfermé, quant à mon cœur... Il s'accélérait à une vitesse folle. Je réalisais à présent : j'étais humaine. La réalité s'imposait à moi, et j'en étais horrifiée. Les doigts de Stéphane vinrent à la rencontre de la commissure de mes lèvres, je me sentais mal, perturbée par toute cette situation, je ne comprenais pas ce qu'il m'arrivait. Je le regardais, un peu paniquée, il était tout ce qui me raccrochait à avant, comme la seule et unique bouée au milieu de l'océan. Il ne voulait pas que je bouge, et pourtant je le voulais, je refusais même d'obéir, mais je ne pouvais pas m'en aller. Mes membres refusaient d'agir, le brun retroussa ses lèvres, dévoilant des crocs de vampire. Je paniquais, il m'avait hypnotisée.

Stéphane se pencha dans mon cou et y déposa des baisers. Je subissais un nouveau choc, mes pensées prirent une toute autre tournure, je ne voulais pas partir, je voulais me coller à lui. Je sentais tout mon ventre exploser, chatouillé par de multiples sensations. Il continuait de m'embrasser et je frémissais de partout, jusqu'à l'inévitable. Je sentis ses dents se planter dans mon cou, je ne criais pas, je fermais les yeux et ouvrais un peu la bouche, laissant un petit gémissement s'échapper de ma gorge. Je le sentais aspirer mon sang, ça devenait douloureux au fur et à mesure. Je luttais tellement contre l'hypnose que lorsque tout redevint comme avant, quand je revins à la véritable réalité, à force de pousser contre cette barrière invisible, je me retrouvais à moitié collée à Stéphane. Je clignais des yeux et me décollais de lui rapidement. Je portais ma main à mon cou pour toucher l'endroit où il venait de me mordre... Je n'étais plus une petite humaine vulnérable, j'étais redevenue moi-même. Et je l'avais mauvaise. Très mauvaise. Il s'était joué de moi, et ça m'énervait d'autant plus quand je sentis le tissu humidifié entre mes jambes. Je le détestais, mais en même temps je le désirais, là, maintenant. J'étais encore plus piquée au vif, et je sentais le feu me monter aux joues. Je regardais ailleurs, l'air pincé, quand il annonçait clairement les faits. Cet enfoiré n'était pas un chasseur, mais un putain de sorcier. Il se pensait aussi dangereux que moi ? La blague.

« Tu veux savoir ce que je vais faire, Stéphane ? »

Mon poing partit tout seul se loger dans la tempe du sorcier. Je ne l'avais pas tellement contrôlé, mais il s'était introduit dans mes pensées pour y créer une illusion, et j'avais particulièrement horreur que les sorciers fassent des petits tours de passe-passe sur moi. Jan m'avait prise pour sa cobaye à notre première rencontre, et maintenant le brun face à moi s'amusait à me modifier mes pensées. Le poing qu'il venait de se bouffer était amplement mérité. Il n'était pour autant pas tombé, il avait juste reculé de quelques pas, et sa tête était tournée vers la droite. Je m'approchais de lui encore une fois, l'attrapais par les joues d'une main en la passant sous son menton et lui tournais le visage vers moi, plantant mon regard dans le sien.

« Je ne suce pas le sang par la main, mais bien par la bouche. »

Et j'étais bien trop près de la sienne, mais il m'avait mis les nerfs en pelote à jouer avec mes émotions comme ça. Je n'appréciais pas spécialement ce qui se passait entre mes jambes depuis son petit manège. Ou si. J'appréciais. Je ne voulais juste pas admettre. Je lui repoussais le visage d'un geste sec et reculais à mon tour, m'approchant de la sortie tout en retirant ma veste, bien que je ne savais pas pourquoi. Je me retrouvais en débardeur devant lui, et j'avais chaud, mais je m'en fichais.

« Pars. Arrête de me suivre, oublie mon existence, oublie moi, oublie même de m'avoir parler, oublie tout ça. Juste, dégage. »

Je balançais d'un geste sec ma veste et continuais de lui tourner autour comme un fauve en cage. S'il ne se barrait pas je savais que j'allais lui sauter à la gorge. Et peut-être pas pour l'idée première que je m'en faisais, de ce saut. J'avais encore la sensation de sa bouche sur mon cou, c'était tout simplement horrible. Horriblement excitant.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Xander Syrus
L'Agence

avatar


x Emploi : Agent de police
× Dollars : 228
× Humeur : Défiant
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 926

MessageSujet: Re: I just can't fight this feeling. Feat Riley Jenkins |Hot|   Mar 5 Jan - 18:03



I just can't fight this feelingTrop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent. ( Junior Caldera → Can't fight this feeling )

Quelle étrange sensation de se voir en tant que vampire le temps d'une illusion. Lui qui haissait tant les vampires en avait été un pendant quelques minutes dans une dimension parallèle. Les pouvoirs des Johnson rendait les choses si réel que parfois eux même pouvait s'y perdre si ils n'étaient pas assez concentré sur la magie. Ces pouvoirs ne modifiait pas que les images mais aussi les émotions, les sentiments, les sensations. Si Riley avait pu ressentir le temps d'un instant les sensations d'un simple être humain, Stéphane avait de son coté, par manque de concentration, pu ressentir les sensations et émotions d'un vampire. Là était tout le problème. Si le sorcier avait été assez concentré pour gérer sa magie, il aurait pu faire en sorte de ne rien ressentir et tout ce serait passé seulement dans la tête de Riley.
Son dégout du vampirisme s'accentua. A sa grande horreur il réalisa qu'il n'avait pas vraiment détesté être une de ces créatures. Le temps d'un instant ses émotions c'était intensifié. Son désir avait augmenté en flèche et tout ce qu'il ressentait l'avait frappé de plein fouet. L'odeur humide du sous sol, le vent dans les arbres a l'extérieur, une chauve souris qui bat des ailes a quelques metres de là, indécelable pour un simple humain. Ou encore le coeur de Riley qui s'emballe, la brulure de ses lèvres dans le cou de son ennemie, la chaleur de son sang...
Il pouvait faire une liste complète de tout ce qui avait changé pendant ce court instant. Tout ce qui l'avait rendu encore plus fou.
Réalisant qu'il respirait un peu trop fort, il calma sa respiration tant bien que mal. Jamais. Plus jamais il ne referait ça. Que ce soit avec Riley ou quelqu'un d'autre. Jamais...
Stéphane reposa son attention sur la vampire. Elle ne pouvait pas lui mentir. Le sorcier avait ressentit toute son excitation pendant son tour de magie légérement malsain. Tout deux se faisait le même effet. Ils avaient passé le point de non retour.

- Tu veux savoir ce que je vais faire, Stéphane ?

Johnson n'eut pas le temps de réagir, une droite particulièrement rapide vint se loger dans sa tempe, le faisant légérement basculer. Sous le choc il tourna la tête de l'autre coté, ignorant la douleur qui le lança.
Il lacha un grognement douteux et cracha de la salive tout en passant sa main a l'endroit de l'impact. Il venait de se faire frapper par une fille. Et pas n'importe laquelle. Riley. En tant normal il l'aurait déjà plaquer contre un mur et brisé la nuque et transpercé d'un pieu.
Riley venait de le frapper et ça l'excitait. Il ne cherchait même plus comprendre l'immense bordel emotionnel qui se dressait dans sa tête. Il y avait quelque chose entre eux. Et ce quelque chose était puissant.
Son sexe trésaillit lorrsque Riley prit son visage entre ses mains, le forçant a la regarder, faisant disparaitre instantanément sa douleur. La seule douleur qu'il ressentait a présent se situait un peu plus bas dans son pantalon et encore une fois la vampire n'y était pas pour rien.

- Je ne suce pas le sang par la main, mais bien par la bouche.


Oh bordel...
Stéphane était incapable de regarder autre chose que ses lèvres entrouvertes. Il aurait volontier posé les siennes dessus mais il ne le fit pas, tentant de garder un semblant de controle. En vain.

- Pars. Arrête de me suivre, oublie mon existence, oublie moi, oublie même de m'avoir parler, oublie tout ça. Juste, dégage.

La dernière once de controle quitta son corps lorsqu'il vit Riley retirer sa veste, laissant voir un peu plus sa poitrine terriblement exitante.
Son cerveau vrilla, il l'a plaqua contre le mur, se foutant totalement de si il avait blessé son dos ou pas. C'était un vampire, elle s'en remettrai. Il colla son corps contre le sien, son érection contre son ventre. Il posa sa main autour de son cou pour l'empêcher de bouger.

- C'est trop tard... Dit il dans un souffle.

Stéphane ressera son emprise et posa ses lèvres sur les siennes. La sensation était délicieuse et l'effet lui fit comme un éléctrochoc. Il l'embrassa fougueusement, glissant sa langue a l'intérieur de sa bouche.
Plus rien ne le controlait et lui même n'avait plus envis de le controler. Cessant de l'embrasser, il mordilla le lobe de son oreille puis son cou et enfin son décolté mais ne descendit pas plus bas. Il plongea ses yeux dans ceux de Riley.

- Tu as toujours envis que je parte vampirette ?

Il connaissait la réponse. Non biensur. Il voulait juste l'énerver encore un peu. Elle était tellement excitante lorsqu'elle s'énérvait.
Le sorcier appuya un peu plus sur sa gorge et passa son autre main sur sa tempe endolorit.

- Et ne refait plus. Jamais. Ca...

N'attendant pas la réponse, il la lacha pour enlever sa veste qu'il laissa tomber, se retrouvant en tee shirt moulant qui mettait ses muscles en valeurs. Puis se remit a l'embrasser sauvagement, glissant une de ses mains sur un de ces sains sans pénétrer a l'intérieur du soutien gorge. Sentant sa poitrine sous ses mains, il poussa un grognement de plaisir qu'il ne chercha pas a dissimuler.
Svetlana était bien loin dans sa tête a présent.

PDV Stéphane on
Si ce n'est rien d'autre que de l'attirance sexuelle, je suis sûr que je n'aurais pas à subir une telle humiliation. Mais je veux tellement plus que son corps.
Elle me rend fou. Complétement fou...
Juste pour une nuit elle est a moi.
J’ai touché terre. Je suis passé au travers. De toute ma vie je n’ai jamais ressenti ça. Il y a quelques chose d'irréel dans sa façon de m'embrasser. C'est le genre de baiser qui vous pousse à réaliser que l'oxygène est surfait.
Je vais coucher avec elle. Je vais lui faire tourner la tête. Et quand je la reverrai, je la tuerai. La revanche ne m'a jamais paru si douce.
PDV Stéphane off

© 2981 12289 0

________________________________


I don't want to die alone@Nymeria


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité




MessageSujet: Re: I just can't fight this feeling. Feat Riley Jenkins |Hot|   Mar 12 Jan - 19:39



I just can't fight this feelingTrop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent. ( Junior Caldera → Can't fight this feeling )

Cet enfoiré était entré dans ma tête pour modifier mes pensées ou je ne sais quoi, s'amusant à créer l'illusion la plus désagréable qui soit. J'adorais ma vie de vampire et je ne la troquerai pour rien au monde, encore moins pour redevenir une pathétique humaine, mortelle et fragile. Et c'était exactement ce qu'il avait fait, ce Stéphane. Il m'avait fait croire que j'étais humaine, qu'il était le vampire, et non seulement il avait réussi à m'exciter avec ses lèvres dans mon cou, mais en plus il m'avait sucé le sang. C'était le pompon pour moi, je ne me laissais pas faire, et une fois mes esprits retrouvés, évitant d'ailleurs de m'étaler sur lui parce que j'étais encore dans le trouble, je lui collais une droite en plein dans la tempe. Il avait réussi à me transformer en paquet de nerfs avec une simple petite illusion. Monsieur n'était pas chasseur il était sorcier, tant mieux pour lui. En ce qui me concerne ça n'empêchait pas que j'allais le tuer. Enfin ça c'était avant que je ne remarque son regard posé sur mes lèvres. L'idée s'échappa de mes priorités. Je savais ce qui se passait entre mes jambes, et je refusais catégoriquement qu'il le sache. Je m'écartais de lui avant de craquer, avant de faire l'inévitable si je restais aussi proche. Je lui crachais de partir, de dégager rapidement, de m'oublier, d'oublier cette conversation. Je n'allais pas le tuer, pas tout de suite. J'allais faire pire et c'était une belle erreur. Cependant, malgré tout ce qui se passait dans ma tête, par simple mécanisme je commençais à me déshabiller, ma veste en fit les frais puisque je l'envoyais valser plus loin dans le sous-sol. J'avais chaud, j'avais le sang en ébullition et l'entre-jambe frustré. Non Stéphane ne devait pas rester ici. Sauf qu'il décida que si, il allait bien rester ici.

Le bruit de ses pas attira mon attention, et avant que je ne puisse comprendre ce qui se passait, je me retrouvais plaquée contre le mur derrière moi, sentant d'ailleurs une de mes côtés se casser. Mais là n'était pas l'essentiel. L'essentiel c'était qu'il venait de coller son corps au mien, et que je pouvais sentir tout l'effet que je lui faisais. Non ce n'était pas sa boucle de ceinture que je sentais appuyé contre mon ventre, c'était bien son érection. Il en avait autant envie que moi si ce n'est plus. Malgré la douleur dans mon dos j'esquissai un léger sourire alors qu'il déposait sa main sur ma gorge, me coupant doucement la respiration. C'était trop tard d'après lui. Son souffle balayait les quelques cheveux sur mon visage, il m’enivrait totalement, et je ne pouvais m'empêcher de fixer ses yeux et ses lèvres successivement. Je n'allais pas mourir ce soir, ni les autres d'ailleurs. Ce soir j'allais juste prendre mon pied au beau milieu d'un sous-sol miteux spécial loup-garou. N'attendant même pas ma réponse, Stéphane resserra davantage sa prise sur moi et enfin... Enfin !

Il posa ses lèvres sur les miennes. Sa langue força naturellement le passage et Stéphane s’immisça en moi, il me goûtait, il me testait. Il était sauvage, et je répondais à son baiser, je mêlais ma langue à la sienne en dépit de l'horrible sensation de ma côte se remettant lentement. Je ne pouvais même plus respirer, mais je ne voulais pas le lâcher, je ne voulais pas qu'il se retire, sauf qu'il le fit quand même, à mon plus grand regret. Il dirigea sa bouche vers mon oreille, je sentais son souffle, je le sentais pressé contre moi, les papillonnements dans mon ventre ne cessaient de s'activer. Je crevais de désir pour lui, et alors qu'il descendait dans mon cou, je n'avais pas résisté, je baissais mes armes, je baissais la garde, et je glissais une main dans ses cheveux, l'accompagnant dans sa descente rapide vers mon décolleté. Ses lèvres sur la naissance de ma poitrine m'électrifiait, je sentais la chaleur monter en moi et l'humidité s'intensifier entre mes jambes. Je savourais l'instant et les sensations qu'il me procurait, mais il y mit fin, une nouvelle fois, plantant son regard dans le mien. Avais-je toujours l'envie qu'il parte ? Surement pas. Je commençais à sourire lorsque de nouveau sa poigne se resserra sur ma gorge, je me retrouvais presque à suffoquer, mais dans cette situation, c'était pire qu'excitant. Il me montrait sa tempe, me menaçant presque de ne plus jamais le faire. C'était mal me connaître, vraiment.

A ces mots, il relâcha son étreinte sur ma gorge avant de se reculer pour retirer sa veste à son tour. Je le jaugeais du regard, le détaillait. Je bavais intérieurement. Levant les yeux vers lui, je haussais un sourcil aguicheur, il était de retour sur mes lèvres et je passais mes bras autour de sa nuque, me collant à lui, me frottant limite à son corps. Sa langue jouait avec la mienne tandis que sa main palpait mon sein, le caressait, je soupirais de plaisir à son contact alors qu'il grognait. Le genre de grognement sexy, grognement de mâle, m'envoyant une décharge électrique dans le corps. C'était le bon moment. Avec un léger élan, je lui écrasais violemment le pied avec le mien. Il s'écarta, j'en profitais pour me glisser hors du sandwich dans lequel je me trouvais. Me faisant face, je ricanais doucement, et me mordis les lèvres dans un dernier rire avant de reprendre la parole.

« Je ne l'ai pas refait. »

J'avais fait autre chose. Oui, c'était de la pure provocation. Si le frapper l'excitait et le mettait en colère, le voir en colère m'excitait moi. D'un pas rapide je le plaquais contre le mur à mon tour, les deux mains sur sa taille, et d'une habile dextérité, je lui relevais le t-shirt d'un coup pour l'envoyer par terre. Il était torse nu face à moi, et je l'observais l'espace de quelques secondes, avant de planter mes lèvres sur les siennes. J'agrippais d'une main son sexe par desus son jean, il était toujours aussi dur, et je trouvais ça dommage qu'il ne soit pas encore libre. Malheureusement je ne pouvais pas glisser ma main entre son corps et son jean, alors je m’attelais à le lui défaire, rapidement, avec mes mains d'experte. À ce rythme là, Stéphane allait finir nu avant moi, mais ce n'était pas un mal pour un bien, bien au contraire. Quoique. Je haussais les sourcils, lâchant ses lèvres quelques instants, le temps de me reculer.

Postée à un mètre de lui environ, je ne le touchais plus, ne l'embrassais plus. Je le fixais du regard et ne le quittais pas. Lentement, je commençais à relever moi-même mon débardeur, le laissant profiter avant de lui envoyer en plein visage, rigolant doucement. Non je n'en avais pas terminé pas avec lui. Je m'attaquais au jean que je portais, défaisant le bouton avec lenteur, faisant glisser la fermeture petit à petit, je fixais Stéphane dans les yeux, dévorant parfois son corps du regard. Je m'approchais de lui, effleurant ses lèvres avec les miennes, j'attrapais une de ses mains et la fis glisser sur mon bassin. Progressivement je fis baisser mon jean, m'en débarrassant rapidement et me retrouvais en sous-vêtement devant lui. Poussant le vice dans ses derniers retranchements, je me retournais pour me retrouver dos au brun et me collais à même son corps. Je déplaçais mes cheveux sur le côté pour lui libérer la vue, frottant lentement mes fesses sur son érection, et relevais la tête vers lui pour l'embrasser à nouveau. Je remontais un bras en l'air pour le passer derrière sa tête et glisser ma main dans ses cheveux. J'étais -presque- totalement à sa merci.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Xander Syrus
L'Agence

avatar


x Emploi : Agent de police
× Dollars : 228
× Humeur : Défiant
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 926

MessageSujet: Re: I just can't fight this feeling. Feat Riley Jenkins |Hot|   Mer 13 Jan - 16:19



I just can't fight this feelingTrop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent. ( Junior Caldera → Can't fight this feeling )

PDV Stéphane on
Nous sommes entièrement seules ici. Personne ne peut venir nous déranger. Elle sait tout comme moi qu'il n'y a plus aucun retour en arrière possible. L'ambiance est chargée d'électricité. Il y a un orage a l'intérieur de ma tête, une tempête dans mon corps. Plus aucune prise de controle.
Je suis une véritable flamme. Un incendie qui se propage et Riley risque de se bruler.
Nous ne sommes plus que sensation. L'adrénaline déferle dans mes veines. Riley vient de s'aventurer dans un terrain trés dangereux...
PDV Stéphane off

Son corps tout entier se contracta quand la vampire répondit a son baiser, ne le repoussant pas. Elle en avait envis autant que lui. Cette nuit promettait d'être riche en émotion. Oh que oui.
Non Riley, je ne vais pas te tuer. Pas maintenant...
Il coule a pic dans les profondeurs d'un désir animal. Il ne la voit pas, il la sent. Il entend même sa respiration régulière, maintenant. Son souffle. Celui d’un fauve.
Les yeux du sorcier se tintèrent d'une couleur encore plus sombre que la normal, encore plus effrayant. Le désir brillait jusque dans ses pupilles.
Stéphane sentait la respiration de sa partenaire s'accélérer quand il toucha sa poitrine, l'excitant encore plus.
Soudain Riley entreprit d'entourer ses bras sur sa nuque tout en l'embrassant sauvagement, le faisant durcir encore plus. Jamais personne ne l'avait excité de cette manière. Riley le rendait littéralement fou.
Son sexe se gonflait et se dégonflait tout seul a mesure qu'elle se frottait a lui. Il ne faisait aucun effort pour cacher ses petits grognements de plaisir.
Stéphane sentait le bout de son erection s'humidifier a travers son boxer. Il s'apprétait a lui arracher ses vétements quand celle ci lui écrasa le pied, provoquant un mouvement de recul de la part du sorcier.

- Je ne l'ai pas refait.

La vampire semblait prendre un malin plaisir a se jouer de lui.
Ses poings se serrèrent et il fit un petit claquement de langue, se retenant de mordre a pleine dent dans la lèvre que Riley venait de se mordiller pour le provoquer.

- Petite pute... Cracha il dans un souffle.

PDV Stéphane on
Etrangement j'ai l'impression que me voir en colère, l'excite.
Grand bien lui face, je ne vais pas tarder a lui faire manger le mur a coup de reins si elle continue.
Mes pensées salasses finissent presque par me choquer moi même.
Le désir explose dans tout mon corps tel un feu d'artifice du 14 Juillet quand elle me déshabille. Je me retrouve torse nu devant elle et je la laisse admirer mon corps. Je ne peut m'empêcher de retenir un sourire légérement pervers.
Riley me matte et... oh bordel que c'est excitant !
Je n'ai plus qu'une seule envie : qu'elle s'attaque au reste de mes vétements et je réduirai les siens en charpie.
Je veux quelle s'attaque au reste de mes habits mais pas que...
Je jouis intérieurement en pensant a ce quelle pourrait me faire. En réalité je n'attend que ça.
Une envies de la dominer s'empare de moi. Je vais soumettre Riley. Son corps sera entièrement a moi. Je frissonne a cette idée.
Oh Riley, qu'est ce que tu me fais...
Je ne vais bientôt plus pouvoir contenir l'animal qui tambourine a travers mon corps.
Riley. Je n'ai plus que ce nom a la bouche.
Riley. Riley. Riley...
Elle m'embrasse une nouvelle fois avec dextérité et passion et voila que...
Je ne peux m'empêcher d'emettre un petit gémissement. Elle me touche...
Je ne peux durcir plus que ça, je pense avoir atteint la limite de l'excitation.
Je me libère de ses lèvres et penche la tête en arrière, touchant le mur.
Je n'arrive même plus a réfléchir comme si tout le sang avait déserté mon cerveau pour attérir dans une seule et même zone.
Je n'ai plus qu'une seule et même envies. Pourquoi me fait elle autant attendre alors qu'elle en a autant envie que moi.
Riley...
Je la sens me lacher, elle recule. Et j'ai la sensation de me briser en mille morceaux. Je ne vais plus tenir.
Mes yeux tentent de déchiffrer son visage, ce quelle a l'intention de faire ou de me faire. Mon coeur palpite par intermittence.
PDV Stéphane off

Stéphane passa sa langue sur sa bouche, humidifiant ses lèvres lorsqu'il vit Riley commencer a se déshabiller devant lui. Lentement. Ses gestes était calculés. Elle savait décidement s'y prendre avec les hommes. Il n'était pas tombé sur une amatrice.

- Hmm... Un sourire fendit son visage. Tu joue décidement a un jeu dangereux vampirette.

Il ne pu retenir les tremblements de désir dans sa voix.
Se retrouvant en sous vétements devant le sorcier, Stéphane ne se fit pas prier pour se rincer les yeux. Tout deux étaient en petite tenue mais c'était encore beaucoup trop pour Johnson.
Poussant le vice dans ses derniers retranchements, Riley se colla a lui, dos a Stéphane, frottant son sexe contre ses fesses.
Il émit un soupir un peu trop fort et planta ses ongles sur les bras de Riley, l'obligeant a se coller encore plus a lui. Il avait une vue plongeante sur sa poitrine. Elle était a lui. Et il n'allait pas s'en priver.
Stéphane fit glisser sa main droite sur ses sains et pénétra a l'intérieur de son soutien gorge et le dégraffa de son autre main avec habilité. Il la tourna face a elle pour admirer sa poitrine libérée.
Magnifique...
Il y déposa quelques baiser puis commença a titiller son téton droit qui pointa presque tout de suite puis le mordilla doucement avec quelques coup de langue en prime. Les choses sérieuses commencait. Il fit de même de l'autre coté.

- A moi de jouer maintenant...

Stéphane palpa ses sains un peu plus fermement tout en l'embrassant et mordillant son cou. Il se colla a nouveau a elle et fit glisser une de ses mains sur son ventre puis vint caresser sa culotte. Il émit un petit rire pervers quand il constata l'humidité a travers celle ci.

- On se laisse aller Riley ?

Voulant jouer un peu a son tour, il commença a la caresser par dessus son sous vétement tout en s'occupant de sa poitrine. Ils restérent ainsi pendant quelques secondes, le temps que la vampire mouille encore un peu plus. Vu l'état du sorcier, c'était de bonne guerre.
Puis, ne pouvant plus attendre, il glissa une main a l'intérieur de sa culotte ou il commença a la caresser plus ardement. L'excitation était a son comble. Stéphane joua un peu avec son clitoris puis lui arracha sa culotte. Le sorcier se mordit la lèvre d'excitation devant le corps nu de Riley.
Frottant son sexe contre son ventre, il introduit un doigts dans son intimité et commença des aller/retour trés lentement pour l'exciter encore plus puis accelera tout en introduisant un deuxième doigts. Il titillait en même temps son clitoris sensible avec son pouce.
Soudain il s'arréta net et retira sa main. Il attrapa la main de la vampire et la posa sur son erection a travers son boxer.

- Impressionne moi vampirette.

Sur ses mots il porta a sa bouche la mouille sur ses doigts tout en regardant Riley de son regard sombre et vicieux. On ne pouvait faire plus clair...

© 2981 12289 0

________________________________


I don't want to die alone@Nymeria


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité




MessageSujet: Re: I just can't fight this feeling. Feat Riley Jenkins |Hot|   Dim 13 Mar - 0:09



I just can't fight this feelingTrop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent. ( Junior Caldera → Can't fight this feeling )

L'étrangeté de la situation n'aurait échappé à personne, si seulement quelqu'un avait été présent. J'étais seule face à mon destin, face à cet homme qui me surplombait et me faisait atrocement envie, comme si je ne pouvais lui résister. Et pourtant tout mon être le détestait, autant qu'il le désirait. Ma qualité de vampire n'arrangeant rien, face au sorcier, tous mes sens s'éveillaient avec le farouche instinct qui l'accompagnait. Je ne voulais que le détruire, et le goûter, juste avant. Je m'étais permis cet écart, et il ne fallut pas longtemps pour que les choses ne dérapent. S'immiscer dans ma tête n'avait pas arrangé les choses entre Stéphane et moi, et une fois qu'il avait compris que j'en avais autant envie que lui, il n'avait pas attendu mon feu vert pour se jeter sur moi. Il était terriblement brutal et sauvage. Et alors que je venais de lui écraser le pied, d'un air malicieux, plein de défis et d'amusement, je me mordis la lèvre, déclenchant chez lui une réaction qui ne me laissait pas spécialement de marbre, bien que je ne lui montrais rien. Pute ? Moi ? Petite pute. Je venais de me manger une baffe. Mais je ne disais rien, ma vengeance n'en sera que plus goûteuse, pour moi. Le voir énervé m'excitait tout de même alors je continuais de m'engager sur ce terrain plus que dangereux, pour lui comme pour moi. Je l'avais plaqué contre le mur avec ferveur, lui retirais son t-shirt et laissais vagabonder mes yeux l'espace de quelques instants, profitant du spectacle.

Stéphane avait l'air d'apprécier, de quoi redoubler d'assurance et fondre à nouveau sur ses lèvres. Malheureusement je trouvais que le brun portait encore bien trop de vêtements et cette situation ne me convenait plus. Incapable de me glisser entre son jean et sa peau, je retirais son pantalon d'un doigté expert avant de venir lui caresser le sexe à nouveau. A mon contact, je sentais le brun trépigner d'impatience, comme s'il arrivait à la limite de l'excitation, comme s'il ne pouvait pas l'être davantage. Je continuais de le caresser, avant de finir par le relâcher et de m'éloigner de lui, l'observant attentivement. Je pouvais faire pire que ça, je le savais, c'est pourquoi j'avais commencé à me déshabiller, lentement, lascivement, je voulais qu'il bave, qu'il soit tellement excité par la situation qu'il en ait mal entre les jambes. Il souriait de satisfaction après s'être humecté les lèvres. Je souriais en coin en entendant sa phrase. Je jouais un jeu dangereux. Je continuais de sourire, il ne savait pas à quel point. Pour toute réponse je lui envoyais mon débardeur au visage en rigolant doucement, j'étais joueuse. J'étais rusée, aussi. Je l'avais laissé m'observer un petit peu avant de venir me frotter à lui, dos contre son torse, lui offrant une parfaite vue plongeante sur mes seins. Toujours aussi excité, le sorcier planta ses ongles dans mes bras pour que je me colle à lui un peu plus, il n'attendit pas longtemps avant de glisser sa main dans mon soutien-gorge et de le dégrafer de l'autre. Stéphane me retourna pour que je sois face à lui et déposa ses lèvres sur ma poitrine. Je soupirais de plaisir et fermais les yeux, portée par le plaisir que sa langue me procurait en cet instant. Ses mains se firent baladeuses, elles se dirigèrent vers le sud, et lorsqu'il atteint sa cible, un petit rire s'échappa de sa gorge. Mon intimité était mouillée par l'excitation, il ne se priva pas pour le constater à voix haute. Un sourire se dessina sur mon visage.

« Oui, autant que toi visiblement. »

Vu ce que je sentais contre mon ventre en même temps... Sa main entre mes jambes m'excitait encore plus, il restait en suspend, me faisant me languir de lui, attendant patiemment qu'il veuille bien daigner me satisfaire. Je soupirais d'excitation et d'impatience, avant de finalement sentir ses doigts s’immiscer dans mon sous-vêtement pour venir caresser mon entrejambe. C'était presque l'apothéose, je n'entendais plus vraiment, j'étais focalisée sur ses doigts qui me caressaient, avide d'en avoir plus. Stéphane mit fin à ma rêvasserie en arrachant d'un coup mon sous-vêtement. Je fronçais les sourcils, pourquoi avoir fait ça, j'y tenais moi. Seulement il ne me laissa pas le temps de protester, le brun inséra un doigt en moi, je poussais un soupir de soulagement, pas tout à fait comblée quand même. Il commença quelques va et vient avant d'en insérer un second, s'aidant de son pouce pour me pousser au septième ciel. Je résistais comme je pouvais, mais j'étais avide de plus, de beaucoup plus. Il coupa court à mon plaisir en se retirant d'un coup, attrapant ma main pour la poser sur son boxer. Je haussais un sourcil, oui je sentais déjà son érection. Il voulait que je l'impressionne, et comme pour ponctuer sa phrase, il porta ses doigts trempés de mon intimité à sa bouche. Je souriais en coin avant de venir délicatement poser mes lèvres sur les siennes, goûtant ma propre... Substance. Je passais ma langue sur un de ses doigts avant de rire.

« Vu ce que j'ai entre les mains tu es déjà impressionné. »

Ceci étant dit, il avait encore trop de vêtement sur lui et je m'empressais de lui faire descendre le boxer, délivrant enfin son engin qui pointait vers moi, tendu et raide comme un bout de bois. Je l'attrapais à pleine main et entamais des va et vient répétitif, plus ou moins rapidement, jouant avec ses nerfs. Je faisais durer le plaisir à plusieurs reprises, lui attrapant par moment les bijoux de famille pour les masser avec douceur. Je descendais mes lèvres le long de son torse, faisant traîner les choses comme il l'avait fait pour moi, avant de finalement venir déposer ma bouche sur la base de son sexe. Je remontais au fur et à mesure vers son extrémité, pour prendre son membre en bouche, d'abord gentiment, puis plus goulûment. Je commençais à le gober, avec passion et plaisir, avec envie, je le goûtais, je le découvrais un peu plus. Je lui jetais des regards furtifs par moment, dévastée par le désir qui m'habitait. Je finissais par m'arrêter au bout d'un moment et me redressais contre lui, au plus proche de ses lèvres sans venir les goûter une nouvelle fois. Je passais mes bras autour de sa nuque, il savait ce qu'il avait à faire à présent.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

Xander Syrus
L'Agence

avatar


x Emploi : Agent de police
× Dollars : 228
× Humeur : Défiant
× Disponible pour RP :
  • Oui

× Messages : 926

MessageSujet: Re: I just can't fight this feeling. Feat Riley Jenkins |Hot|   Mer 6 Avr - 12:01



I just can't fight this feelingTrop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. Le désir peut faire de votre vie en enfer. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent. ( Junior Caldera → Can't fight this feeling )

PDV Stéphane on
Et je me contre fou de savoir si ce petit jeu des plus malsain va se retourner contre moi. Contre nous.
Ses lèvres contre mon sexe me laisse sans voix et m'oblige un peu plus a chaque va et viens a sombrer.
Un peu plus.
Dans la.
Violence.
Je m'efforce a garder une toute dernière once de controle. Riley n'a pas idée de ce quelle vient de déclencher. Pire qu'une tempête. Pire que la transformation d'un loup garou. Elle a déclenché le monstre. Le monstre qui était destiné a tuer le coupable de la mort d'Anyssa et de ma mère. Ce monstre ne lui était pas destiné. A moins que la coupable en question soit actuellement en train de s'occuper de moi...
PDV Stephane off

Toute la pression que la vampire appliquait sur lui allait bientôt se retourner contre elle. Un feu brulant lui léchait chaques centimétres de son corps en fusion. Sa tête bourdonnait comme si une barrique d'explosif était a deux doigts d'exploser. La fièvre lui montait a la tête. Ses iris s'enflammait de je ne sais quel feu des enfers.
Quelqu'un ne survivrait pas a cette confrontation hors norme.

Un déclic résonna dans la tête du sorcier quand Riley revint a ses lèvres. Il la saisit fermement par les hanches et la plaqua violement face contre le mur, sa main droite faisant pression sur le cou de la vampire pour que sa joue ne puisse se décoler de la facade froide, appuyant de toute ses forces. Il la pénétra sans pitié dans un rugissement animal et entama de puissants va et viens. A chaques coup de reins, la tête de sa partenaire s'écrasait un peu plus sur le mur et sa main se refermait un peu plus sur sa gorge.
La barrique d'explosif a l'intérieur de sa tête venait d'exploser emportant sa toute dernière once de controle avec elle. Stéphane n'était plus que feu et sang.
Ses coups de reins s'intensifiait minute par minute, il avait depuis bien longtemps touché le point G de Riley. Elle allait se souvenir de cette nuit encore longtemps.
Se souvenir. Faut il encore être vivant pour avoir des souvenirs...

L'idée d'avoir un vampire a sa merci était littéralement jouissif. Une nuit a marqué d'une pierre blanche. Peu importe Svetlana. Peu importe ses principes. Ce soir il allait tuer un vampire de la meilleur des façon qui soit.
Johnson redoubla d'intensité de plus belle, il ne tiendrait plus comme ça trés longtemps, il fallait agir avant la fin. Il rapprocha son visage de Riley qui ne cessait de gémir. De douleur ou de plaisir, difficile de savoir. Le sorcier promena ses lèvres dans le cou de celle ci puis la mordit sauvagement. Enfin il remonta a son oreille. Ce qu'il y chuchota faisait froid dans le dos. Il ne cachait plus son jeu.

- Je vais t'offrir la plus belle des morts Riley... mourir dans un orgasme.

Il allait lui briser la nuque et reviendrait pour lui planter un pieu dans le coeur. Stéphane n'avait jamais été aussi prêt du but.
Sur ses mots, dans un coup de reins final, il porta ses mains a sa nuque pour porter le coup fatal. Mais rien ne se passa comme prévu...

© 2981 12289 0

________________________________


I don't want to die alone@Nymeria


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: I just can't fight this feeling. Feat Riley Jenkins |Hot|   

Revenir en haut Aller en bas
 
I just can't fight this feeling. Feat Riley Jenkins |Hot|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 05. Can't fight this feeling anymore.
» Bite fight...
» Davy Back Fight !
» Dino Fight
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always and Forever ::  :: La Une du Vampire Enchaîné :: Les Archives :: Archives de vos RPs-