AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  

Partagez | 
 

 Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité




MessageSujet: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   Dim 20 Déc - 17:54






Hard part is not falling. It's landing. Jan&Paige





Les cours venaient de se terminer pour la nouvelle arrivante de Mystic Falls et elle avait repris le chemin de son petit appartement, tranquillement. La nuit commençait a tomber, du coup Paige hâta le pas, son sac à dos sur les épaules.

Elle avait passé une sale journée et n'avait qu'une envie : retrouver son chez-elle, aussi miteux soit-il, et s'effondrer sur son lit en rêvant de la vie qu'elle aurait eue si ses parents ne l'avaient pas abandonnée. Jamais elle ne serait devenue si introvertie. Jamais elle ne se serait mise à détester les gens, n'importe quels gens.

Ses pensée se mirent à dériver sur sa rencontre avec Adrian, le premier jour de son arrivée de cette ville, et surtout ce qu'elle avait ressenti à son contact non-intentionnel. Elle frissonna à ce souvenir.

Un homme l'approcha, elle grogna dans sa barbe (qui n'existe pas, je précise) et avant même que l'homme eut le temps de prononcer une parole, elle l'arrêta d'un signe de la main.

Paige – Je ne sais pas, vas voir ailleurs.

Une bonne chose de faite. Elle repris sa route, toujours obnubilée par ses pensées, la tête en l'air à ce moment précis. Elle manqua de peu de se prendre un poteau et comme à sa grande habitude, devinez.... Elle grogna. En même temps qu'est-ce qu'il foutait là ce poteau ? On nous rabâche que les trottoirs sont faits pour les piétons, pourquoi foutre des poteaux qui nous gênent et manquent de nous assommer par moments ? C'est vrai quoi.

Enfin bref, comme tous les gens perdus dans leurs pensées, Paige n'avait pas fait attention au fait qu'elle ait correctement fermé son sac en partant de la fac ou non. Tout comme elle n'avait pas fait attention non plus au léger petit « toc » qu'elle avait entendu lorsque son carnet était tombé sur le trottoir alors qu'elle marchait vers son appartement. Elle s'était dit que ce n'était rien, bien évidemment. Alors elle continua à marcher pour rentrer chez elle en laissant son carnet derrière elle, tel un petit poucet 2.0.
© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   Jeu 24 Déc - 3:43






Hard part is not falling. It's landing. Jan&Paige





C'était une bonne journée, de celles où j'arrivais à sortir de chez moi seul et sans paniquer, de celles où je n'avais pas besoin de quelqu'un à mes côtés pour surveiller mon état, pour s'assurer que je n'allais pas craquer ou m'écrouler à tout moment, alors j'avais décidé d'en profiter et étais sorti simplement me promener dans Mystic Falls, comme je l'avais fait bien des fois auparavant.

On était en décembre, les ours polaires, les bonhommes de neige et les rennes avaient pris possession des rues et des devantures des magasins.
Je n'avais même pas vu le temps passer et en même temps pour le peu d'importance que j'y accordais ça ne m'étonnait pas vraiment...
Pour beaucoup le mois de décembre était celui de Noël, des retrouvailles familiales, des cadeaux échangés dans la bonne humeur mais personnellement, mes derniers contacts avec ma famille dataient du mois d'octobre, et pouvaient se résumer en deux tout petits mots « tentative d'assassinat ».
Autant dire que pour moi Noël en famille ne signifiait rien, tout ce qu'il me restait à présent, était Riley, et Lorenzo à qui j'avais fini par laisser une place importante dans ma vie. Mon entourage était très restreint et toute ma vie restait encore à reconstruire après ça, le Père Noël, les guirlandes électriques et les sapins n'avaient donc pas été ma priorité cette année.

Je me laissais glisser sur un banc soufflant sur mes mains pour les réchauffer et regardant autour de moi les gens qui passaient. Il fallait que je me rende à l'évidence, le monde continuait de tourner, j'avais failli mourir, j'avais encore du mal à retrouver ma place dans cette vie mais le monde avait continué à exister comme si de rien n'était, et dans un certain sens c'était plutôt rassurant. J'aimais me dire que quoiqu'il m'arrive, la vie continuerait, à tout instant je pouvais retrouver cette agréable sensation de familiarité, comme si cette ville était finalement devenu mon foyer.

Mes yeux se fixèrent sur une petite blonde qui avançait rapidement, l'air renfrogné,visiblement cette journée n'était pas magique et agréable pour tout le monde. Je ne savais absolument pas pourquoi au milieu de la foule c'était elle qui avait attiré mon attention en particulier, mais lorsque je vis son carnet tomber de son sac, je ne réfléchis pas très longtemps avant de me lever et de le ramasser.
Ce genre de geste ne me ressemblait pas, tout du moins en général, c'était probablement la magie de Noël qui me poussait à être altruiste.
Je me mis à lui courir après, ignorant les gens que je bousculais, ignorant les paires de pieds que je piétinais..

« Eh, t'as fait tomber ton carnet ! »

Mais elle ne semblait pas m'entendre dans le brouahaha ambiant, alors je pris la décision de l'attraper par l'épaule pour la stopper, quitte à me prendre une droite en retour.
Après tout, quand on avait dû subir les pires tortures existantes pendant plusieurs semaines, une simple droite ne serait rien de plus qu'une caresse.
© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   Dim 27 Déc - 14:16






Hard part is not falling. It's landing. Jan&Paige





Le noir se faisait de plus en plus rapidement dans les rues de Mystic Falls, en cette période de fête, les décorations de Noël étaient allumées dans cette petite ville comme dans tout autre ville. Décembre, les fêtes de fin d'année et les décorations qui vont avec sont une véritable institution. Mais Noël est bien quand nous avons une famille avec qui partager cette fête.

C'était aussi pour ça que Paige avait passé une sale journée et elle serait sûrement de mauvaise humeur jusqu'à l'année prochaine. Elle détestait, plus que tout, ces fêtes qui étaient censées se dérouler en famille, autour de la table, d'un joli sapin rempli de guirlandes et entouré de cadeaux faits avec amour. Ces moments de fêtes ne faisaient qu'accroître le sentiment de solitude de la jeune femme.

Et maintenant, dans cette nouvelle ville, elle était encore plus seule que jamais, pour le moment. Arrivée à quelques mètres de son petit appartement, une main se posa sur son épaule, elle fit volte-face en un quart de secondes, furieuse et prête à mettre un coup de tête au propriétaire de la main s'il le fallait.

Paige – QUOI ?

Elle avait réagit un peu trop vivement, certainement. Devant elle se tenait un jeune homme qui n'avait rien de spécialement effrayant, il avait même une tête plutôt sympathique. Mais Paige avait appris à ne pas se fier aux apparences et même si parfois elles étaient réellement ce qu'elles étaient, la plupart du temps, elles étaient trompeuses. Et Paige était énormément méfiante. Surtout qu'elle ne reconnaissait pas l'homme devant elle et qu'elle était à mille lieux de s'imaginer ce qu'il en était réellement.

Paige finit par apercevoir un carnet dans les mains du brun, il voulait un autographe ou quoi ? Non. Elle écarquilla les yeux quand elle reconnut son carnet, son précieux carnet, qui contenait toute sa vie, sa vie entière. Et alors, elle comprit qu'encore une fois, elle avait gueulé pour rien. Boarf, nous avons le don de la parole, autant s'en servir.

Paige – Merde..

Merde. Simplement ça. Ce petit mot qui résume tout.

© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   Jeu 7 Jan - 18:43






Hard part is not falling. It's landing. Jan&Paige





Après avoir attrapé la jeune fille par l'épaule pour qu'elle s'arrête, j'attendais patiemment une droite qui ne vint pas, en revanche elle ne perdit pas de temps pour me demander, de manière assez brusque ce que je lui voulais...En clair elle venait de me hurler dessus un très distingué « QUOI ?» avant de se retourner avec énervement. Je ne pus me retenir de rire, on aurait dit un chaton en colère, pas de quoi m'effrayer en somme. Sans perdre mon sourire, je lui désignais le cahier que je tenais entre mes mains

« T'as fait tomber ça, je veux bien le garder mais je pense pas que ça me sera très utile.»

Loin de moi l'idée d'écrire un journal intime ou de coucher mes pensées et souvenirs sur papier pour ne jamais rien oublier.
Au contraire, je préférais oublier et ne surtout pas me souvenir ce qu'avait été ma vie jusqu'ici car à part quelques rares moments où j'étais en paix, je n'avais connu que la violence, la fuite, la peur et la douleur. Autant dire qu'il y avait mieux et que j'espérais que la suite serait meilleure, parfois j'avais envie d'y croire, aux happy end.

Je relevai la tête vers mon interlocutrice, plongeant mon regard dans le sien, fronçant légèrement les sourcils en réalisant que son visage ne m'était pas inconnu, il était un vague écho d'un passé que j'avais probablement déjà enterré mais il m'était familier.

« Attend... »


C'était dit d'un ton très doux que je ne me connaissais pas, ce n'était pas un ordre, juste une demande.
Je fouillais mes souvenirs, chaque recoin de ma mémoire, passant sur mon enfance, les coups, les insultes, les voyages soit disant pour rencontrer d'autres sorciers, les fugues et j'écarquillais les yeux. J'y étais, je ne pouvais pas me tromper.

« Paige. C'est ça. Paige,c'est toi ? »

Au pire je passerai simplement pour un taré, chose à laquelle je m'étais habitué et au mieux, je l'aurais retrouvée.
Paige, la gamine que j'avais sauvé à Chicago l'été de mes 17 ans et dont je m'étais occupé, celle à qui j'avais confié la plupart de mes secrets avant de retourner en Finlande. Je ne l'avais plus revu, et je ne pensais plus la revoir. Si c'était bien elle, c'était un miracle.

© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   Sam 9 Jan - 12:46






Hard part is not falling. It's landing. Jan&Paige





Paige venait de hurler sur l'inconnu, très en colère d'être arrêtée ainsi et il riait ? Elle fronça les sourcils, c'était d'elle dont il se foutait ou elle rêvait ? Elle bouillait de colère un peu plus maintenant.

- T'as fait tomber ça, je veux bien le garder mais je pense pas que ça me sera très utile.

Elle ne s'était donc pas trompée, elle avait bien fait tomber son petit carnet si précieux à ses yeux et c'était bien ça que ce jeune homme tenait dans ses mains. Il voulait seulement lui rendre un objet qu'elle avait bêtement laissé tomber au sol et elle lui criait dessus. Pour changer, elle se montrait fort sympathique. Pour changer. Elle tendit la main pour récupérer son carnet et remercier l'inconnu tout de même.

- Attend...

Quoi « attend » ? Qu'est-ce qu'il voulait ? Se foutre encore d'elle ? Et pourquoi il avait changé de ton en disant ça ? Et pourquoi il l'observait, les yeux plissés comme s'il essayait de lire en elle ? C'était gênant et Paige n'aimait pas ça, l'attitude du brun la mettait très mal à l'aise, tout ce qu'elle voulait c'était récupérer son carnet et rentrer chez elle, demandait-elle la lune ?

- Paige. C'est ça. Paige,c'est toi ?

Wut ? La jeune femme fit un pas en arrière, comment il connaissait son prénom ? Elle haussa un sourcil, il semblait réellement la connaître et même être très content de la connaître, ce qui n'arrivait pas souvent avouons-le.

Paige – Euh.. On se connaît ?

Décidément, non, elle avait beau chercher encore et encore dans le fond de sa mémoire, cet homme ne lui disait strictement rien. Mais il connaissait son prénom et il la tutoyait comme s'il était content de la voir... Ou de la revoir.

Paige – Tu es en cours avec moi c'est ça ? Je ne fais jamais attention aux gens autour de moi.

Et c'était vrai. Et c'était possible, il pouvait très bien être dans sa classe sans qu'elle ne l'ait remarqué. C'était quand même une des seules filles à avoir passer une année entière avec les mêmes personnes sans réussir à reconnaître leur visage et sans connaître le nom d'au moins 25% d'eux. Il faut dire aussi qu'elle s'en fichait pas mal, ça explique pas mal de choses. Mais ça n'expliquait toujours pas qui était cet homme. Apparemment sa réponse plût au jeune homme puisqu'un grand sourire apparût sur son visage et une fraction de seconde, elle crût qu'il allait l'enlacer.
© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   Sam 27 Fév - 3:47






Hard part is not falling. It's landing. Jan&Paige





J'estimais mes chances de me tromper de personne à moins de 5%, je n'étais peut être pas le mec le plus physionomiste de la planète mais quel monstre aurais-je été si j'avais réussis à oublier les traits du visage de ma première amie ?  
Elle avait fait son apparition dans ma vie bien avant le lycée, bien avant Lemmi, bien avant les massacres, à l'époque où j'étais simplement le pauvre gosse qui se faisait frapper et insulter chaque jour pour avoir commis le seul crime d'être né différent, hors norme, la bête de foire du coven, l'erreur, la tâche de la lignée qu'on essaie simplement de camoufler à défaut de pouvoir l'effacer. Elle avait été l'espace d'un unique mois, ma confidente, la seule personne à ne pas avoir peur de l'ampleur de mes pouvoirs, à ne pas avoir peur de la colère qui déjà commençait à grandir en moi, cette rage qui avait fini par s'installer par la suite et par tout emporter avec elle, jusqu'à ma raison même.
Elle avait su voir au delà et me faire confiance, l'espace d'un été je m'étais enfin senti aimé mais jamais je n'avais imaginé la revoir, je savais à quel point ce genre de rencontres étaient éphémères et pourtant c'était bien elle en face de moi, même si elle ne semblait pas me reconnaître, elle confirmait au moins son identité.
Je n'avais qu'une seule envie, celle de la serrer dans mes bras, de lui dire à quel point elle avait pu me manquer, à quel point tout aurait pu être différent pour moi si elle avait été à mes côtés toutes ces années, elle me rendait bon, elle voyait le bien en moi, là où tout le monde ne voyait qu'obscurité, elle aurait su m'arrêter, elle aurait su trouver les mots pour que je ne commette pas l'irréparable, l'irréparable qui avait déclenché cette guerre, cette chasse à l'homme dont je restais traumatisé. Combien de vies épargnées ? De souffrances évitées si seulement elle avait été là ?
Je relevais la tête en l'entendant me parler, un peu perdu, j'étais parti beaucoup trop loin dans mes pensées.

« Hein ?»

J'eus un sourire en coin en me rappelant le nombre de fois où on m'avait repris, où on m'avait dit que « Non Jan, on ne dit pas hein, on dit excusez moi », à croire que malgré ça, je n'avais jamais vraiment réussi à me défaire de cette stupide manie. Toujours est-il qu'elle répéta sa question, me demandant si j'étais quelqu'un de sa classe, s'excusant même si c'était le cas, parce qu'elle ne faisait pas vraiment attention aux autres, ce que je ne pouvais absolument pas lui reprocher puisqu'au final même si les raisons différaient j'étais comme ça également, toujours dans mes pensées, trop déconnecté pour noter la présence d'autres êtres humains autour de moi.

« Euh non, non je vais pas en cours, je peux pas vraiment, je... »

Je me mordis les lèvres, ce n'était clairement pas le moment de me mettre à lui raconter ma vie, à quel moment une inconnue, ou du moins une personne qui se pensait être une inconnue en aurait quelque chose à faire des raisons qui me poussaient à éviter les amphithéâtres et autres salles de classe comme la peste ? La réponse était simple, jamais, et je devais à ses yeux passer pour un mec complètement dérangé, à croire que ça devenait la routine en ce moment. Dire que fut un temps je n'avais qu'à murmurer une formule pour inspirer les respect, j'avais bien régressé. Je secouai la tête, désespéré par mon propre comportement, respire Jan, et présente toi, tout ira bien.

« Je m'appelle Jan, je t'ai rencontrée à Chicago y a quelques années. J'étais blond à l'époque. Et mon accent finlandais était beaucoup plus marqué »

Je souris à cette pensée, amusé, c'était vrai que mon anglais ressemblait presque à celui d'un natif à présent, à croire que je détestais tellement mon pays que je m'appliquais à en effacer toute trace, jusque dans ma façon de parler.

« Pour être parfaitement honnête, je t'ai sauvé la vie à l'époque »
© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   Dim 6 Mar - 17:30






Hard part is not falling. It's landing. Jan&Paige





Je m'appelle Jan, je t'ai rencontrée à Chicago y a quelques années. J'étais blond à l'époque. Et mon accent finlandais était beaucoup plus marqué.

Jan... Ce nom dit vaguement quelque chose à la jeune femme. Cet homme avait dit qu'ils s'étaient rencontrés à Chicago ? C'était impossible, elle était à l'orphelinat et était catégorique, il n'y avait aucun Jan dans les orphelins. Ça, elle s'en rappelait parfaitement, regarder les listes des enfants encore et encore avait été sa seule occupation durant des mois. Et quand elle avait enfin fuit cet endroit, elle ne s'était pas arrêtée en chemin pour faire des rencontres.

Pour être parfaitement honnête, je t'ai sauvé la vie à l'époque.

Et là, tout s'éclaira... Elle se rappelait effectivement d'une certaine période de sa vie, à Chicago, qui était pire que tout le reste, pire que son passage à l'orphelinat. Elle avait presque fini par oublier cette période...

*flash back* PDV Paige

Je cours dans la rue, en regardant derrière moi de temps en temps, ça y est, j'y suis enfin arrivée, je suis enfin libre.. Un immense sourire décore mes lèvres, je ne m'étais jamais sentie aussi bien. Plus de règles, plus de contraintes, plus de solitude, plus d'enfermement entre 4 murs... La liberté, le monde s'ouvre à moi !



Quelques jours plus tard à peine, j'ai déjà déchanté. J'ai à peine mangé depuis que je me suis enfuie de l'orphelinat, je vis dans un squat sordide, ce n'est pas vraiment la vie idéale pour une fille de 14 ans. Et je pense que c'est tout ce que je pourrais avoir de toute façon, que pourrais-je faire d'autre de ma vie ?



Le pont... Je regarde par-dessus la barrière, l'eau est scintillante... Tout serait beaucoup plus facile si je n'étais plus de ce monde, tout s'arrêterait. Tout irait mieux. Toute à mes pensées, et sans vraiment m'en rendre compte, je saute par dessus le pont et atterrit dans l'eau glacée. Persuadée que c'était la meilleure chose à faire, je laisse peu à peu l'eau emplir mes poumons et je sens ma vie s'évader de mon corps sans que je n'ai envie de l'arrêter.



J'entrouvre les yeux, serais-je au paradis ? Un garçon est de dos en train de préparer quelque chose, je ne le connais pas... Il se tourne vers moi avec un sourire quand je toussote.

« Tiens, ça va te faire du bien, assis-toi pour boire. »

*Flash back off*

Paige ouvre grand les yeux, Jan ! Ça y est elle se souvient de tout, il a été là pour elle, il a été tellement gentil, s'occupant d'elle après sa... chute dans l'eau. Elle ne serait certainement pas ici aujourd'hui si lui n'avait pas été là à ce moment.

La jeune femme lui saute dans les bras, larmes aux yeux.

Paige – Jan ! Excuse-moi, je... Les images sont plutôt floues, je ne t'ai pas reconnu. Tu vas bien ? Qu'est-ce que tu fais ici ?

On sentait l'excitation dans sa voix, Jan avait été la première personne a qui elle avait ouvert son cœur, la première personne qui lui avait inspiré autre chose que du dégoût. Le peu de temps qu'elle avait passé avec lui avait suffit à comprendre que c'était un homme bien. C'était lui qui avait permis à ce qu'elle ait une seconde chance dans la vie, elle était suicidaire avant de le connaître. Il était son sauveur et ça la liait à tout jamais à lui.
© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   Mer 9 Mar - 20:43






Hard part is not falling. It's landing. Jan&Paige





Malgré mon incroyable capacité à oublier mes souvenirs, tout particulièrement ceux liés d'une quelconque façon à mon coven, je n'avais jamais réussi à effacer celui-là.
Je me souvenais encore de chaque détail, la dispute qui avait éclatée entre moi et mes parents, toujours les mêmes arguments, les mêmes accusations, la voix de mon père qui hurlait si fort que je ne pouvais l'ignorer.

« Tu es un monstre Jan, une abomination, une erreur de la nature, tu ne mérites pas de vivre un instant de plus sur cette planète »

Puis le bruit de son corps quand il avait percuté les murs de l'appartement qu'on louait après s'être avancé vers moi, et le froid, l'obscurité de la nuit qui m'avaient englouti alors que je fuyais, volant quelques précieux instants de liberté. Je n'avais pas prévu cette dispute, je n'avais pas prévu de fuguer, je n'avais aucun plan, ni A, ni B et aucune idée d'où aller dans ce pays dont je ne connaissais rien, à peine la langue, pourtant j'avais continué de courir, suivant un instinct que je ne me connaissais pas.
C’était ainsi que j'avais vu Paige pour la première fois ou plutôt que j'avais aperçu une silhouette frêle sautant d'un pont, une âme désespérée qui cherchait probablement la paix, dans la mort. Même aujourd’hui je ne pouvais pas expliquer pourquoi je ne l'avais pas laissé obtenir ce qu'elle voulait, pourquoi j'avais plongé dans les eaux sombres pour la rattraper et la ramener du bon côté du voile, je n'étais pas un héros, je n'en avais jamais été un, j'étais un des méchants de l'histoire, né comme ça, créé ainsi, mais pourtant je l'avais sauvée, et je m'étais occupé d'elle des jours durant, jusqu'au moment où j'avais dû repartir pour la Finlande, mon enfer personnel.
Je n'avais plus jamais eu de nouvelles d'elle ensuite et n'avais surtout jamais imaginé la retrouver un jour, pourtant elle était en face de moi à cet instant, elle loin de Chicago, moi très loin de Helsinki, à croire que parfois le destin aimait bien s'amuser et réunir ceux qui se sont quitté.

Je continuais de la fixer sans aucune gène, toujours aussi peu conscient des normes sociales, voyant son expression  passer d'une confusion totale, à une incompréhension rapidement remplacée par le choc d'une réalisation alors qu'elle se jetait dans mes bras, des larmes plein les yeux.
Je l'attrapais, la serrant contre moi et luttant contre mes propres larmes, j'avais passé ces derniers mois à maudire mon passé,  à tout faire pour l'oublier, le laisser loin de moi, mais j'avais juste oublié que malgré les horreurs qu'on m'avait fait, malgré les crimes atroces que j'avais commis, il y avait aussi eu des personnes, des moments, aussi rares que précieux où j'avais été heureux et où  je n'avais pas été tour à tout victime puis bourreau, parfois j'avais aussi été humain.

« T'en fais pas, c'est pas ta faute, j'ai beaucoup changé depuis »

Physiquement du moins, car au final intérieurement je n'avais toujours pas changé, le gamin en colère contre le monde entier qui fuyait pour avoir sa liberté était devenu un homme toujours autant en colère, toujours en fuite, l'ennemi n'avait pas changé, seulement le contexte et les méthodes utilisées.

« Je vais bien, je vis ici maintenant. »


Je la relâchais un instant pour pouvoir lui faire face, détailler de plus près chaque trait de son visage, chaque nuance de couleur de ses yeux comme si j'essayais de l'apprendre à nouveau.

« Longue histoire, pas très belle à raconter, pas vraiment le genre de chose qu'on a envie d'entendre avant de s'endormir le soir.»


Une histoire de vengeance, d'alliance, de folie, de meurtre, guerre et torture. Celle de deux exclus, un homme et une femme, qui avaient uni leurs pouvoirs pour faire tomber leurs bourreaux et qui avaient presque réussi, jusqu'à ce que la femme meurt de leurs mains et que l'homme se fasse torturer jusqu'à en perdre ses pouvoirs, ne devant sa survie qu'à l'intervention de sa meilleure amie. Notre histoire. A Lemmikki et moi.

« Et toi, comment t'es arrivé ici ? »
© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   Lun 14 Mar - 10:26






Hard part is not falling. It's landing. Jan&Paige





Jan... Tout lui revenait en mémoire à présent, elle n'avait jamais vraiment oublié cette semaine passée en sa compagnie, ce souvenir avait été simplement caché, enfermé dans un tiroir de sa mémoire, à double tour. Et elle avait jeté la clé jusqu'à ce que Jan la trouve.

Les deux amis fraîchement retrouvés étaient collés, dans une grande étreinte de retrouvailles. Paige était aux anges. Mais l'excitation de ces retrouvailles céda rapidement la place à de la curiosité, Jan avait l'air... différent. Il semblait vouloir cacher son accent finlandais et surtout elle sentait qu'il avait un poids sur les épaules, quelque chose qui lui collait à la peau.

Ils avaient parlés de tout et de rien quand il lui avait sauvé la vie mais surtout d'elle. Jan changeait de sujet dès qu'elle essayait d'en parler et faible comme elle était, elle n'avait pas insisté. Revoir Jan lui rappelait la gratitude qu'elle avait éprouvé envers Jan. Son heure n'était pas encore venue à l'époque.

- T'en fais pas, c'est pas ta faute, j'ai beaucoup changé depuis.

Il lui expliqua ensuite qu'il vivait ici, à Mystic Falls, maintenant, comme quoi le monde est petit, et la lacha ensuite. Paige prit le temps de détailler longuement Jan, effectivement, il avait les traits plus marqués, plus durs, il n'avait plus rien de l'adolescent qu'il était à Chicago. Ça intrigua la jeune femme. Elle prit le bras du jeune homme et l'attira vers un banc, s'asseyant avec lui pour discuter tranquillement.

- Longue histoire, pas très belle à raconter, pas vraiment le genre de chose qu'on a envie d'entendre avant de s'endormir le soir.

La petite sorcière plongea ses yeux dans ceux de Jan, elle sentait que des choses lourdes se cachaient derrière les paroles peu détaillées de son premier ami. Le regard de Jan se voilà quelques secondes, le temps de faire un voyage dans ses souvenirs puis se reposa sur Paige.

- Et toi, comment t'es arrivé ici ?

Paige – Eh bien, j'habite ici maintenant aussi. J'ai fais transférer mon dossier de la fac de Chicago à celle de Whittmore, je cherchais une petite ville calme et... je pensais l'avoir trouvée en trouvant Mystic Falls.

La jeune femme déglutit, à ce moment, elle n'était pas au courant du surnaturel ambiant dans cette ville ni de sa condition à elle. La seule chose qu'elle savait et dont elle était certaine c'était que cette ville était bizarre même si elle ne pouvait pas mettre de mots dessus. Et que son ami n'allait pas si bien qu'il le disait, ça se voyait.

Paige – Tu es sûr que ça va bien ? De ce que je me souviens, tu n'as jamais voulu parler de toi mais... Je sens que tu as quelque chose dont tu ne veux pas parler encore. Il s'est passé des années, je n'ai plus 14 ans, Jan, je peux encaisser une histoire, qu'elle soit glauque, effrayante ou pire encore.

Elle posa une main sur l'épaule de Jan, comme pour l'encourager. Heureusement que Riley n'était pas dans le coin, surtout que Paige était à mille lieux d'imaginer qu'une certaine vampirette aurait envie de la tuer si elle la voyait toucher le jeune homme.


© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   Dim 20 Mar - 23:59






Hard part is not falling. It's landing. Jan&Paige





Je ne pus empêcher un petit sourire amusé de se dessiner sur mes lèvres lorsque Paige m'expliqua qu'elle avait choisi Mystic Falls en espérant y trouver le calme caractéristique d'une petite ville isolée, si seulement elle savait qu'elle avait choisi malgré elle la ville la plus surnaturelle des États-Unis, si seulement elle savait que la moitié de la population qui l'entourait, moi y compris n'avait rien d'humain...
Peut-être le devinait-elle d'ailleurs peut-être était-elle capable de ressentir l'étrange atmosphère qui y régnait, je n'en savais rien, je me souvenais avoir été marqué par cette ambiance dés l'instant où j'avais foulé le sol de cette ville mais rien ne me disait qu'un humain pouvait le ressentir aussi.
Quand bien même cette humaine-ci semblait, en l'occurrence, parfaitement dotée d'un talent tout à fait unique pour ressentir des choses qu'elle n'aurait jamais dû détecter, tel le mensonge que je lui avais servi sans la moindre honte, sans même un battement de cil, le crime parfait à mon sens mais pourtant insuffisant pour passer à travers ses capacités de déduction et d'observation.

En effet je n'allais pas vraiment « bien », pas au sens propre du terme en tout cas, disons que j'étais vivant, ce qui, au vu des derniers événements était déjà un miracle en soi, mais que je restais encore fragilisé, incapable d'utiliser mes pouvoirs et tout juste capable de sortir de chez moi, d'avoir une conversation, un contact avec une autre personne sans frôler la crise d'angoisse.
Autant dire que en ce sens je n'avais plus rien à voir avec le jeune adolescent qu'elle avait connu, le blondinet qui avait cette passion, ce charisme, cette violence même qui se déchaînait dés qu'il ouvrait la bouche, ce gamin constamment révolté et en quête de son identité personnelle.
Ce gamin était mort à l'instant même où tout ses plans tordus avaient dégénérés, où la guerre l'avait consumée jusqu'à ne plus rien laisser de lui, jusqu'à tout détruire sur son passage et ne plus rien laisser d'autre que des ruines, des cendres, tout un monde intérieur à reconstruire.
Mais comment aurais-je pu lui expliquer ça ? Comment expliquer cette histoire à une humaine sans passer pour le dernier des tarés ? Ce n'étais pas une question d'âge, 7 ans plus tôt ou à présent, je ne savais toujours pas comment lui parler de moi, comment faire pour qu'elle me croit, pour qu'elle ne prenne pas peur et ne me fuit pas.
Je me passais une main sur le visage, laissant mes yeux vagabonder sur la place, regardant ça et là les passants, une jeune mère avec son enfant, un couple d'adolescents, jeunes, insouciants et l'espace d'un instant je me surpris à rêver d'une autre vie, une vie où j'aurais eu comme seuls préoccupations mes notes ou mon couple. Si j'avais été comme eux j'aurais simplement pu dire à Paige que je n'allais pas bien parce que j'avais peur de ne pas réussir à être admis dans l'université de mes rêves, je lui aurais parlé du futur qui m'effrayait tant, du temps qui passe trop vite et de la peur de ne pas réussir à vivre assez, tout ces sujets incroyablement banals et terriblement humains. Si j'avais été comme eux je n'aurais pas eu à me torturer l'esprit, si j'avais été comme eux tout aurait été plus simple...Mais je n'étais pas comme eux.

« Ce n'est pas vraiment une question d'âge tu sais, plutôt une question de croyance »

Un sourire se dessina à nouveau sur mes lèvres, rapidement, furtivement, à peine décelable pour un œil non habitué à mes expressions aussi rares que changeantes.

« Ne va pas t'imaginer que je viens d'une famille de religieux un peu tarés ou quoique ce soit, je parle d'un autre type de croyance »

Le temps d'inspirer, de lever les yeux vers le ciel, d'adresser une prière silencieuse à un Dieu auquel je ne croyais même pas et je me lançai

« Est-ce que tu crois au surnaturel Paige? »
© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   Dim 3 Avr - 18:03






Hard part is not falling. It's landing. Jan&Paige





En pleine conversation avec Jan, Paige était aux anges. Après des années sans nouvelles de son ami, sans même se rappeler de lui, elle était heureuse de l'avoir retrouvé. Cette ville était une mine de bizarrerie mais elle amenait aussi de la joie...

Elle n'avait jamais compris pourquoi Jan l'avait sauvée ce soir là, elle n'était pourtant qu'une inconnue à ses yeux à ce moment précis, mais elle était plus que reconnaissante à son ami pour cet acte héroïque à ses yeux. Paige chérissait la seconde chance que lui avait donné la vie.

Des années auparavant, Jan s'était occupé d'elle des jours durant, sans jamais parler de lui, focalisé sur la santé de la jeune fille autant physique que mentale, le finlandais avait fait office à la fois d'infirmier, de médecin et de psychologue pour Paige, jamais elle ne l'oublierait. Aujourd'hui, c'était au tour de la jeune femme d'être là pour son ami puisqu'elle voyait très bien que quelque chose le tracassait.

- Ce n'est pas vraiment une question d'âge tu sais, plutôt une question de croyance.

Croyance ? Ce sentiment de mal-être qu'elle sentait venant de Jan était lié à une religion qu'on lui imposait ? Ou qu'on lui avait imposé ? Tout de suite dans la tête de Paige se forma plusieurs hypothèses, les parents du jeune homme était peut-être mormons ou quelque chose comme ça et avaient donc rejetés leur fils quand il n'avait pas voulu être comme eux ? Ou Jan était simplement attiré par les hommes et ça n'avait pas plus à sa communauté ? Le monde actuel était tellement cruel que ça n'aurait étonné Paige qu'à moitié.

- Ne va pas t'imaginer que je viens d'une famille de religieux un peu tarés ou quoique ce soit, je parle d'un autre type de croyance.

La sorcière leva un sourcil, à part la religion, elle ne voyait pas d'autres types de croyances là tout de suite... Et elle avait beau chercher, rien, absolument rien ne lui venait à l'esprit. Elle fixait Jan, un air très interrogateur sur le visage, attendant la suite, qu'il lui explique de quelle autre croyance parlait-il.

- Est-ce que tu crois au surnaturel Paige ?

Là, l'interrogation laissa place à de la perplexité qui teinta rapidement le visage de la jeune femme. C'était complètement absurde... Elle commença à secouer la tête et se ravisa en voyant la micro-expression du jeune homme, l'espace d'une seconde, elle sentit de la tristesse. Et elle ne voulait pas ça.

Laissant de côté son ressentiment, elle décida de garder l'esprit ouvert, même si elle finirait sûrement par penser qu'une explication très scientifique et rationnelle se cacherait derrière les paroles de Jan. Il avait sûrement vu une chose étrange et l'avait assimilé avec une chose surnaturelle qui n'existait pas à cause d'une imagination débordante...

Paige – Comment ça ?

Ça ne répondait pas à sa question mais elle ne voulait pas lui mentir. Cependant, Paige ne croyait pas au surnaturel (à cet instant) et elle voulait quand même que son ami lui parle. Des concessions devaient être faites.

© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   Mar 12 Avr - 6:04






Hard part is not falling. It's landing. Jan&Paige





Ce n'était pas tant que je ne voulais pas expliquer à Paige ce qui n'allait pas mais je ne savais pas dans quelle mesure je pouvais exposer la vérité, en parler à Riley, ou à Enzo, tout deux vampires ne me posait aucun problème mais face à une humaine quand bien même était-elle une amie de longue date, je ne savais pas comment me positionner. Comment lui dire que j'étais un sorcier, qu'on m'avait traité comme un monstre toute mon enfance jusqu'au jour où, accompagné d'une autre paria, j'avais fini par réellement devenir le monstre qu'ils avaient toujours vu en moi, les décimant un par un juste pour embrasser la sensation d'un pouvoir grandissant ? Comment lui dire que j'avais repoussé les limites de la magie jusqu'à faire des actes interdits ? Comment lui dire qu'aujourd'hui ils s'étaient vengés par la torture et que j'en étais sorti vivant mais plus fragilisé que jamais ?
Comment...Alors même qu'elle ne semblait pas croire au surnaturel et qu'elle me répondait par une autre question, préférant éviter de me répondre, probablement pour ne pas me blesser.
Je ne voyais qu'un moyen pour qu'elle m'écoute, pour qu'elle me croit et c'était de lui montrer les choses, pour qu'elle ne puisse pas douter un instant ensuite des explications qui allaient venir.
Le problème restait que mes pouvoirs étaient limités, là où avant je pouvais relever les morts si l'envie me prenait, là où avant je pouvais même manipuler les éléments, aujourd'hui j'étais à peine capable d'allumer une petite flamme vacillante, loin d'être suffisant à mes yeux, bien trop médiocre selon mon égo démesuré, je décidais toutefois que ce serait assez, pour cette fois.

« Regarde »

Fouillant dans mon sac, j'en sortis une bougie que je venais d'acheter, la déposant entre nous deux. Je fermai le yeux l'espace d'une seconde, tentant de bloquer tout sentiment négatif, tentant d'ignorer la peur et la douleur qui revenait comme une réminiscence du passé, j'inspirais profondément, la main au dessus de la bougie avant de murmurer d'une voix presque inaudible la formule dont j'avais besoin.
Lorsque je rouvris les yeux, je soupirais de soulagement, la bougie brillait, faiblement certes mais j'avais réussi à l'allumer, ce qui pour moi était un exploit.
Je ne relevais pas la tête vers Paige préférant me lancer immédiatement dans des explications, ne pas lui laisser le temps de poser des questions.

« Je suis un sorcier. Selon la norme de notre espèce la plupart des enfants commencent à développer leurs pouvoirs à l'adolescence, parfois un peu avant, parfois un peu après, ça varie d'un individu à l'autre. Mais dans de rares cas, il peut arriver que l'enfant y accède avant même de pouvoir parler ou marcher. Il y a pas mal de légendes concernant ces bébés là, l'idée globale reste qu'ils sont démoniaques, fut un temps ils étaient sacrifiés, aujourd'hui ils sont juste écartés du groupe »

Juste écartés du groupe...J'avais envie de rire hystériquement en voyant avec quel calme je résumais l'enfer qu'avait été mon enfance, être isolé constamment, ne pas avoir le droit d'adresser la parole aux autres, et surtout, se faire battre à chaque fois que j'utilisais mes pouvoirs, même par accident...L'expression juste écarté du groupe ne représentait même pas le quart du tiers de l'horreur qu'était la vie de ces enfants là.

« J'étais un enfant comme ça, j'avais le droit rien, tout juste celui d'exister. Quand on s'est rencontré j'avais profité d'un voyage pour fuguer, j'avais envie d'être libre, mais ils m'ont forcé à revenir, à repartir et c'est là que tout a commencé à m'échapper. Je suis entré au lycée, j'ai rencontré une autre sorcière, une comme moi, et à nous deux on a commencé à faire des choses à nos familles, des choses pas très belles à raconter. On était jeunes, on se croyait libres, et surtout on se croyait au dessus de tout, plus puissant que n'importe qui...On était tellement cons »

Mais surtout terriblement adolescents, des adolescents qui avaient un pouvoir illimité et des années de souffrance à venger, comment aurait-il pu en être autrement ? Personne à notre place n'aurait pu faire mieux.

« On a fini par partir, loin de la Finlande, ici à Mystic Falls mais ils nous ont retrouvé et ils l'ont tué sous mes yeux, j'aurais dû mourir aussi ce jour là, je sais même pas comment j'ai survécu, je me l'explique pas et je suppose que je saurais jamais »


Je me rappelais juste 'avoir ouvert les yeux au milieu des ruines d'un champ de bataille, au milieu des flammes, je me rappelais la douleur et l’incompréhension, comme si c'était hier.

« Après ça j'ai décidé de me venger, sans réfléchir, et je suis tombé dans un piège, ils m'ont torturé, physiquement, magiquement, pendant des jours et des jours avant que ma petite amie actuelle vienne me sauver. C'était horrible ensuite, la douleur, la peur, il m'a fallu des mois pour m'en sortir, et encore aujourd'hui j'ai à peine récupéré 5% de ce qu'étaient mes pouvoirs, ça m'a complètement détruit »

© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   Sam 16 Avr - 18:43






Hard part is not falling. It's landing. Jan&Paige





Jan sortit une bougie et se concentra quelques instants avant de regarder Paige, histoire de lui faire comprendre qu'elle venait de s'allumer par magie. Par magie... C'était impossible bien sûr, la magie n'existait pas et la jeune femme pensa que cette bougie était une bougie utilisée exprès par les magiciens de spectacle tels qu'Houdini.

Jamais à ce moment elle n'aurait pu imaginer que Jan ne venait pas de lui faire une farce, loin de là, mais tout simplement de se mettre à nu devant elle et de lui révéler son plus grand secret. La révélation n'était d'ailleurs pas terminée et elle ne se rendait pas compte de la peine qu'elle allait lui causer.

- Je suis un sorcier. Selon la norme de notre espèce la plupart des enfants commencent à développer leurs pouvoirs à l'adolescence, parfois un peu avant, parfois un peu après, ça varie d'un individu à l'autre. Mais dans de rares cas, il peut arriver que l'enfant y accède avant même de pouvoir parler ou marcher. Il y a pas mal de légendes concernant ces bébés là, l'idée globale reste qu'ils sont démoniaques, fut un temps ils étaient sacrifiés, aujourd'hui ils sont juste écartés du groupe.

- J'étais un enfant comme ça, j'avais le droit rien, tout juste celui d'exister. Quand on s'est rencontré j'avais profité d'un voyage pour fuguer, j'avais envie d'être libre, mais ils m'ont forcé à revenir, à repartir et c'est là que tout a commencé à m'échapper. Je suis entré au lycée, j'ai rencontré une autre sorcière, une comme moi, et à nous deux on a commencé à faire des choses à nos familles, des choses pas très belles à raconter. On était jeunes, on se croyait libres, et surtout on se croyait au dessus de tout, plus puissant que n'importe qui...On était tellement cons.

- On a fini par partir, loin de la Finlande, ici à Mystic Falls mais ils nous ont retrouvé et ils l'ont tué sous mes yeux, j'aurais dû mourir aussi ce jour là, je sais même pas comment j'ai survécu, je me l'explique pas et je suppose que je saurais jamais.

- Après ça j'ai décidé de me venger, sans réfléchir, et je suis tombé dans un piège, ils m'ont torturé, physiquement, magiquement, pendant des jours et des jours avant que ma petite amie actuelle vienne me sauver. C'était horrible ensuite, la douleur, la peur, il m'a fallu des mois pour m'en sortir, et encore aujourd'hui j'ai à peine récupéré 5% de ce qu'étaient mes pouvoirs, ça m'a complètement détruit.

La réaction de la jeune femme fut sans attendre, sans appel et... absolument pas correcte. Mais que voulez-vous actuellement elle prit le flot de paroles de Jan comme une vaste blague, elle chercha du regard la caméra cachée en explosant de rire.

Paige – Jan... Si tu voulais me faire une blague, j'ai un humour assez infantile, j'aurais rigolé au moindre « prout » tu sais !

Ignorant les signaux qui indiquaient à Paige que Jan était très sérieux, elle se releva, sac en main.

Paige – Ton effort est apprécié en tout cas, il faudra qu'on se revoie mais il va falloir que j'y aille là, j'ai beaucoup de boulot pour demain. A plus tard.

Après une rapide bise elle s'éclipsa vers son petit studio miteux. Nul doute que ces deux là se reverront une fois que Paige aura réalisé que Jan était plus que sérieux et qu'elle s'était littéralement foutu de lui...

© Jawilsia sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité




MessageSujet: Re: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   Dim 17 Avr - 22:33






Hard part is not falling. It's landing. Jan&Paige





 Jan... Si tu voulais me faire une blague, j'ai un humour assez infantile, j'aurais rigolé au moindre « prout » tu sais ! 

Ces mots, ce rire...Ce n'était pas comme si c'était une réaction étrange au fond, et si j'avais été parfaitement honnête avec moi-même depuis le début, j'aurais deviné que personne d'équilibré, aucun être humain sensé n'aurait pu croire un mot de ce que je venais de dire.
On leur apprenait tellement vite à arrêter de croire au surnaturel, à arrêter de croire en la magie, pour nous protéger, pour les protéger, que ce n'était pas si étonnant, pourtant malgré moi je me sentais blessé, j'avais espéré, naïvement, qu'elle puisse me croire, qu'elle puisse me faire confiance et m'écouter.
Elle était l'une des rares personnes de mon passé toujours en vie, et une des rares à qui j'avais eu spontanément envie de me confier depuis des mois...Tout ça, pour ça. Totalement prévisible certes mais tout de même horriblement décevant. Je ne laissais toutefois rien paraître, juste un simple sourire que j'espérais satisfaisant alors qu'elle m'attirait contre elle pour me faire une bise rapide.

« On se rappelle, à plus tard »

Et, alors même que je pensais que plus rien ne pourrait être pire aujourd'hui, que j'étais déjà arrivé au quota limite d'événements blasant pour une seule et même journée, je sentis une légère décharge parcourir mon corps, quelque chose de familier, de lointain, mais que je n'arrivais pas à identifier malgré mes efforts. Secouant la tête, je décidais d'avancer, de partir d'ici, c'était probablement la fatigue, mêlé au bruit de la foule et à toutes les émotions dont je venais de me libérer qui me faisaient avoir des hallucinations, je me sentirais bien mieux une fois chez moi, dans le calme, j'avais probablement juste surestimé mes limites une nouvelle fois.
Du moins c'était ce que j'essayais de me faire croire alors que quelques mètres plus loin les décharges reprenaient de plus belle, de plus en plus forte, me forçant à me laisser glisser sur un banc alors que je réalisais dans un éclair ce qui était en train de se produire.

« Oh merde, putain »


Ces sensations, je les connaissais, je les avais déjà ressenties, une fois, une seule et unique fois il y a bientôt un an, quand en levant le sort qui bloquait mes souvenirs j'avais soudainement récupéré la totalité de mes pouvoirs et failli perdre la vie au même moment.
Ces décharges, cette sensation soudaine de ne plus pouvoir respirer ni tenir debout, c'était mes pouvoirs qui revenaient violemment, qui reprenaient possession de mon corps, c'était mes pouvoirs que je ne contrôlais absolument pas, ou du moins que je ne contrôlerai bientôt plus et qui risquaient de tout dévaster autour de moi si personne ne venait m'aider. Il fallait quelqu'un, et vite, un sorcier capable de me canaliser, ou n'importe qui, capable de me faire sortir d'ici avant qu'un drame ne se produise, tant de vies humaines, tant d'innocents autour de moi, il fallait que je réagisse.
Sortant mon téléphone de ma poche d'une main tremblante, j'entrepris de chercher dans mes contacts le numéro d'une personne capable de m'aider, avant de me rendre compte qu'au rythme où allait les choses j'aurais fait exploser mon propre téléphone avant même d'avoir pu appeler à l'aide, j'appuyai alors sur la touche d'appel au hasard, espérant tomber sur quelqu'un de compétent.

Mais parmi tous, parmi Enzo, Riley, Tatia, parmi tous mes amis, il avait pourtant fallu que je l'appelle lui
L'hybride originel dont j'avais jadis été le sorcier
Klaus Mikaelson.

© Jawilsia sur Never-Utopia


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hard part is not falling. It's landing. ⁎ Jan&Paige
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Les membres du CEP frappés d’interdiction de départ
» Mentor/Apprentie Le Départ!
» Départ de Sybille pour Limoges {Nathan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Always and Forever ::  :: La Une du Vampire Enchaîné :: Les Archives :: Archives de vos RPs-